Forum francophone dédié au groupe Status Quo
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Petite et grande histoire du Quo - 1980

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean-Marie
Admin
avatar

Nombre de messages : 15488
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 61
Localisation : Meuse (55)

MessageSujet: Petite et grande histoire du Quo - 1980   Dim 18 Mai - 9:49

1980



En 1980 la crise au sein de Status Quo s’amplifie. Alan Lancaster vit définitivement en Australie avec sa femme, Sheila, ce qui complique considérablement les relations dans le groupe. John Coghlan a de plus en plus de mal à assumer la pression. C’est un groupe usé et miné par les tensions internes qui se réunit au début de l’année au studio Windmill de Dublin pour enregistrer l’album annuel. L’ingénieur du son John Eden est engagé pour co-produire l’album mais aussi pour servir de médiateur dans les divergences qui peuvent surgir surtout entre Alan et Francis. Les premières séances sont difficiles, le courant ne passant plus entre Rossi, Parfitt, Lancaster et Coghlan. Les deux derniers désapprouvent la production. Parfitt se fait plus discret mais chacun sait qu’il n’est pas pleinement satisfait des séances d’enregistrement, Rossi s’imposant de plus en plus comme le leader du groupe. Pourtant, l’approche de la prochaine tournée devrait réunifier tout ce petit monde. Mais, le 11 février, suite à des examens médicaux, les médecins décèlent des problèmes de cartilage à la colonne vertébrale de Rick Parfitt et lui imposent trois mois de repos. Coup dur pour le groupe !



Les problèmes de santé de Parfitt font donc avorter la tournée française de 11 dates qui devait commencer le 1er mars à Lille. La tournée allemande sera elle aussi annulée. Pas de concerts pour Status Quo en ce début d’année ce qui ne contribue pas à un rapprochement des quatre musiciens. Vertigo en profite pour sortir une compilation, "12 gold bars ". Objet d’une campagne publicitaire sans précédent et disposant d’un budget avoisinant les 2,5 millions de francs, cet album, sorti le 22 mars, se classera n°5 dans les charts et y séjournera 48 semaines. Un succès exceptionnel pour " 12 gold bars " qui contient , il faut dire, les plus grands hits de Status Quo de 1972 à 1979.



En mai, après avoir pris ses trois mois de repos, Rick retourne avec les autres au studio de Dublin pour poursuivre l’enregistrement de l’album. Mais, les différences ne se sont pas estompées, chacun voulant imposer aux autres ses propres idées, sa manière de voir les choses, en bref d’imposer sa propre direction musicale. Pourtant, le groupe profite de sa présence en studio pour enregistrer les titres du prochain album " Never too late ". Colin Johnson, de son côté, met à profit cette période d’inactivité pour négocier un nouveau contrat de distribution en Amérique du Nord. Il part donc aux Etats-Unis en compagnie de Francis Rossi, Rick Parfitt et Andy Bown pour remixer l’album " Whatever you want " qui se rebaptisera " Now hear this " pour le marché américain, Lancaster et Coghlan ne se sentant pas concernés par ce projet. D’ailleurs, le batteur se sent frustré par cette période d’inactivité et tourne beaucoup avec son propre groupe, ‘Diesel Band’. Cependant, au début de l’été, Status Quo songe sérieusement à mettre sur pied une nouvelle tournée alors que des rumeurs de plus en plus persistantes de séparation voient le jour. Mais le 11 Août, Heïdi, le petite fille de Rick Parfitt, meurt noyée dans la piscine de la demeure familiale. Rick se met alors à boire énormément et à se droguer d’une manière inconsidérée pour oublier. Il est incapable de travailler. Néanmoins, l’amitié qui le lie à Francis se trouve renforcée dans cette dure épreuve creusant encore un peu plus le fossé entre les deux guitaristes et les autres. Tout projet de tournée est alors définitivement abandonné. Parfitt erre comme un fantôme. " Perdre un enfant est quelque chose qu’on ne peut pas traduire avec des mots, seuls les parents ayant vécu un tel drame savent ce que je ressens. Ce fut un accident dont personne n’est véritablement responsable. Je croyais Heïdi avec Marietta et elle pensait qu’elle était avec moi. Dans un premier temps, j’ai voulu mourir moi aussi. " explique le guitariste rythmique.

Pourtant, les rumeurs persistantes sur une séparation éventuelle du Quo ressurgissent et se font de plus en plus fortes. La sortie de l’album " Just supposin ‘ " le 17 octobre rassure les fans, d’autant plus qu’il est d’une excellente facture. Pourtant la critique musicale ne l’épargne pas, jugeant la production trop arrangée et reprochant à Status Quo d’avoir perdu son énergie. A contrario, en France, le magazine Best trouve le Quo « au sommet de sa forme », ce qui explique sans doute l’excellent accueil réservé à l’album et surtout au single qui suivra...



" Just supposin’ " entre dans les charts le 25 octobre pour 18 semaines. Il culminera à la 4ème place. " What you’re proposing " (C’est le morceau de Francis Rossi que préfère Rick Parfitt) , le premier single qui en est extrait, sort le 11 octobre, se classe n°2, juste derrière Barbara Streisand ( !) et séjourne 11 semaines dans le top single.



Le 28 novembre sort le double single,une première, " Lies/Don’t drive my car ". Il entre dans le Top le 6 décembre et se classera n°11 en janvier 1981. Il y restera 10 semaines.



Pour la première fois depuis 1962, Status Quo ne donne aucun concert. Aucun pays, pas même l’Angleterre ne verra le Quo sur scène en cette année ce qui entraîne un profond désaccord avec la maison de disques, ces derniers reprochant au groupe de ne pas vouloir promouvoir " Just Supposin’ ".
Revenir en haut Aller en bas
Eric

avatar

Nombre de messages : 2158
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: Re: Petite et grande histoire du Quo - 1980   Dim 18 Mai - 10:04

En bonus, le départ et l'arrivée de Rick Parfitt pour le studio de Dublin :

‘Le voyage à Dublin fut un véritable cauchemar. Je m’étais levé très tard et devais conduire comme un fou pour être à l’aéroport à temps. D’Allemagne, je devais rejoindre l’aéroport d’Amsterdam où je devais prendre un vol direct pour Dublin alors que Marietta, avec les enfants, devait prendre, avec la voiture, le ferry pour rentrer à Londres. Je suis arrivé à l’aéroport et découvert que mon vol avait été annulé. J’étais seul à l’aéroport, Marietta était repartie. J’avais énormément de bagages avec moi, guitares, valises, même un ampli. A l’époque, il n’y avait pas de téléphones portables pour demander à Marietta de revenir. Je ne savais pas quoi faire’. Après s’être renseigné auprès d’une hôtesse, Rick se fit dire que le prochain vol pour Dublin était complet. La charmante employée lui déclara que le seul moyen d’être à Dublin dans la journée était de louer un jet privé. ‘Mais, naturellement, quelqu’un comme vous ne peut se le permettre, me dit-elle, le groupe était énorme en Allemagne mais moins aux Pays-Bas et elle ne m’a pas reconnue’. Finalement, Parfitt optera, à prix d’or, pour le jet le plus rapide et rejoindra Dublin en moins d’une heure. Le champagne coulant à flot, c’est un Parfitt passablement éméché qui est accueilli par Rossi à l’aéroport de Dublin. Titubant à son arrivée au studio, Francis lui offrira une ligne de cocaïne pour le remettre en forme. :guitar:
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Marie
Admin
avatar

Nombre de messages : 15488
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 61
Localisation : Meuse (55)

MessageSujet: Re: Petite et grande histoire du Quo - 1980   Dim 18 Mai - 10:24

L'en a déjà eu pas mal des histoires d'avion notre ami Rick. Dont une avec le Concorde. Il faut que je recherche. Ca doit être sur le dernier vol, je crois.
Revenir en haut Aller en bas
Eric

avatar

Nombre de messages : 2158
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: Re: Petite et grande histoire du Quo - 1980   Dim 18 Mai - 10:27

Jean-Marie a écrit:
L'en a déjà eu pas mal des histoires d'avion notre ami Rick. Dont une avec le Concorde. Il faut que je recherche. Ca doit être sur le dernier vol, je crois.

Oui, c'est comme le jour où il en est venu aux mains avec Alan car ils n'étaient pas d'accord sur la vitesse de l'avion dans lequel ils se trouvaient. C'est Colin Johnson qui les avaient séparés ...
Revenir en haut Aller en bas
quorreze

avatar

Nombre de messages : 23798
Date d'inscription : 20/08/2007
Age : 51
Localisation : ussel 19

MessageSujet: Re: Petite et grande histoire du Quo - 1980   Dim 18 Mai - 11:02

Incorigible !
Revenir en haut Aller en bas
fromthemakersof

avatar

Nombre de messages : 2709
Date d'inscription : 12/10/2007
Age : 53
Localisation : Isère

MessageSujet: Re: Petite et grande histoire du Quo - 1980   Ven 23 Mai - 22:56

Boisson + cocaïne = :bom: notre Rick
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Marie
Admin
avatar

Nombre de messages : 15488
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 61
Localisation : Meuse (55)

MessageSujet: Re: Petite et grande histoire du Quo - 1980   Jeu 21 Aoû - 17:47

.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Petite et grande histoire du Quo - 1980   

Revenir en haut Aller en bas
 
Petite et grande histoire du Quo - 1980
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petite et grande histoire du Quo - 1996
» Petite et grande histoire du Quo - 1980
» Petite et grande histoire du Quo - 1975
» Petite et grande histoire du Quo - 2010
» Petite et grande histoire du Quo - 1986

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Status Quo le forum francophone :: STATUS QUO :: L'histoire du groupe-
Sauter vers: