Forum francophone dédié au groupe Status Quo
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 1999 remasterisé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eric

avatar

Nombre de messages : 2162
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: 1999 remasterisé   Sam 22 Avr - 19:14

Tandis que Rick, Rhino, Andy et la femme de Jeff sont atteint de la grippe, Francis fête tranquillement la nouvelle année en famille. La convalescence est donc de rigueur avant de reprendre la route. Heureusement, le groupe n’a pas prévu tourner au mois de janvier. En fait, ça fait plusieurs années, sept pour être exact, que Status Quo n’a pas parcouru les routes, en ce premier mois de l’année. Après les traditionnelles tournées de décembre, qui, physiquement laissent des traces, les organismes sont mis au repos. Rossi avoue avoir horreur d’avoir à tourner après Noël. Et puis, en janvier, les routes sont souvent mauvaises et la formation préfère s’octroyer, maintenant, un certain confort ! Terminé l’époque où le Quo dormait sous son camion, en pleine neige ! Mais, auparavant, Rick et Francis donnent une interview au magazine Classic Rock afin de promouvoir le futur album. Rick, de son côté, affirme qu’il a une affection particulière pour les premiers albums de la période boogie des années 70 genre ‘Piledriver’, ‘Hello’, ‘Quo’. On s’en serait douté ! De son côté, Francis choque quelque peu le lecteur en déclarant, qu’à cette époque, il y avait environ de 60 à 70 % de matériel à jeter même s’il y a eu des choses grandioses.
Entre Rossi et Walker, de petits accrochages voient le jour. Francis reproche à son manager de donner à Status Quo, l’image d’un groupe de reprises au détriment de sa propre musique. En effet, si ‘Thirsty work’ a eu peu de promotions, on ne peut pas en dire autant de ‘Don’t stop’ qui a lui, bénéficié d’une publicité extraordinaire. ‘J’étais content avec le succès que ses idées nous avaient apportées mais j’étais contrarié de voir notre propre musique à ce point négligée’. La tension est même intensifiée lorsque la maison de disques soumet plusieurs idées de pochette du futur album. L’un des projets représentant une fourchette tordue, a l’adhésion du groupe mais Walker la refuse catégoriquement au profit de celle représentant l’enseigne du pub. Pour lui, elle collait mieux avec le titre qui pouvait signifier ‘sous l’influence de l’alcool. ‘Pour couronner le tout, je déteste, vraiment, cette pochette’ affirme Rossi.
Status Quo donne son premier concert de l’année, le 20 février, à Ramsau en Autriche. Le concert est sold-out. Il ne serait en être autrement : Les entrées sont gratuites. Le 6 mars, lors de l’émission ‘Noel’s House Party’ de la B.B.C One, le groupe interprète ‘Rocking all over the world’ et en avant première, le futur single qui semble recueillir les faveurs du public. Deux jours plus tard, le 8 mars, le premier simple extrait du nouvel album est mis en vente. Il s’intitule “ The way it goes ” et renoue avec le boogie Quo. Status Quo l’interprète, ce même jour, sur le plateau de l’émission ‘GMTV’ de la chaîne ITV. C’est un titre écrit par le duo Rossi/Frost qui n’a pas produit de singles depuis cinq ans. Le titre est dynamique mais n’a malheureusement pas la magie des titres antérieurs, même si le résultat est, quand même, supérieur à ce qu’à pu donner ‘Thirsty work’. Est-ce la présence de Lancaster qui permettait au groupe d’accoucher de ses chefs d’œuvre ? Reconnaissons, honnêtement, que depuis son départ, même s’il n’a composé aucun gros hit, le groupe n’a rien produit de bien terrible. Le succès n’est pas à la hauteur des espérances puisque ce nouveau single n’obtient qu’une maigre 39ième place et disparaît aussi vite qu’il est apparu. Les premiers résultats ne sont guère encourageants. C’est pourtant ce titre, qui, pendant un moment va ouvrir les concerts du groupe. C’est la première fois, dans l’histoire du groupe, que le single qui vient d’être mis sur le marché, ouvre. Le 27 mars, la formation se produit, sous la neige, à Kleine Scheidegg en Suisse, à plus de 2.000 mètres d’altitude. C’est certainement la première fois qu’il est possible de voir Status Quo jouer sur scène … en manteaux ! Pendant “Rain”, Parfitt chante ‘Snow, that’s falling … on my head’. Comique ! Malgré les efforts du groupe, le concert est écourté ne durant qu’une heure, la neige redoublant et le froid s’accentuant.
Deux jours plus tard, ce que tous les fans attendaient depuis 1994 arrive. C’est la sortie du nouvel album studio fait de matériel original. Pour l’occasion et pour essayer de reconquérir ‘discographiquement’ son public, le producteur Mike Paxman été engagé sur des conseils de Rhino et Andy. Producteur de 45 ans, il a, notamment, travaillé avec Nick Kamen.“ Under the influence ” sort donc le 29 mars. A la première écoute, il est facile de reconnaître la différence. Le son Quo est de retour. Il est important de signaler que Paxman a encouragé le groupe à enregistrer en live et à utiliser l’overdub seulement quand cela s’avérait nécessaire. Les guitares sont remises en avant et l’énergie du groupe semble décuplée. Rick Parfitt, qui n’avait composé aucun titre de Thirsty work’ écrit, ici, deux titres dont le superbe ‘Shine on’. ‘C’est un véritable retour aux sources’ confient Rossi et Parfitt. Pourtant, l’album n’obtient qu’une note de 2 sur 5 dans le magazine ‘Classic Rock’ du mois d’avril. Depuis plusieurs années, le groupe est constamment confronté à la même question. ‘Pourquoi ne réalisez-vous plus des albums comme avant ? Las d’entendre, tout le temps, la même interrogation et placé, maintenant le dos au mur avec une certaine obligation de rassasier les fans, Status Quo semble apporter la réponse avec cet album. Sans pour autant atteindre le génie de ses illustres prédécesseurs, ‘Under the influence’ a le mérite de prouver que le groupe n’est pas totalement englué dans des productions trop léchées qu’il ne maîtrise pas. Seulement voilà, Status Quo s’est assagi avec l’âge. Il n’y a plus cette folie dans les compositions. Parfitt a perdu toute inspiration. A titre d’exemple, il lui a fallu sept mois pour venir à bout de ‘Little white lies’. Où est le légendaire compositeur, celui qui accouchait de ‘Mystery song’ en une nuit ? Le duo Rossi/Frost montre, ici, ses limites lorsqu’il s’agit de muscler un peu les titres. Ce sera, d’ailleurs, la dernière collaboration du duo, Frost disparaîtra sans laisser ni adresse ni numéro de téléphone. Lancaster et Coghlan manquent, Young aussi. Afin de promouvoir l’album au mieux, Status Quo décide de faire le tour des pubs anglais, du 29 mars au 11 avril. Le groupe n’a plus joué dans ce genre d’endroit depuis le début des années 70 et ceci semble être un certain retour aux sources. La promotion a débuté, le 24 février, grâce à divers articles de presse notamment celui du Sun qui met sur place un concours sollicitant ses lecteurs en leur demandant, en en courte phrase, les raisons pour lesquelles le groupe doit venir se produire près de chez eux. 10.523  réponses, pour être exact, affluent ! L’article est intitulé ‘Get Quo to play in your boozer’ qu’on peut traduire par ‘Amener Quo à jouer dans votre troquet’. A la suite de quoi, le management du Quo parcourt tout le pays pour se mettre en quête des lieux. Le 12 mars, date butoir du concours, dix pubs sont retenus. C’est un succès, ceci permettant aux fans de voir leurs idoles dans de toutes petites salles d’environ 250 places. Inutile de préciser que les tickets, mis en vente, le 15 mars s’arrachent comme des petits pains, créant même quelques échauffourées à l’entrée de certains pubs. Par contre, le 31 mars, au Stumble Inn de Cannock, le groupe joue dans le pub le plus petit de la tournée. Seulement 150 personnes sont admises dans la salle. 80 fans pensant jusqu’au dernier moment, pouvoir avoir un ticket restent gentiment sur le parking adjacent pour écouter la représentation accompagné de la douzaine de policiers dépêchés sur place. Aucun incident n’est, ici, à déplorer. ‘Il y avait plusieurs personnes dehors qui écoutaient la musique, applaudissaient et le tout dans la bonne humeur. Ils chantaient à chaque titre. C’était une atmosphère fantastique. Nous n’avions encore jamais vu ça’ confirme Reg Walker, le responsable de la sécurité. Status Quo retourne à ses racines. ‘Il n’y a pas de loges. Nous devons traverser le public, monter sur scène et jouer, c’est sympa’ affirme Rossi. ‘Nous faisons le tour des stades, chaque année, aussi cela représente t-il un changement, pour nous, de faire ce genre de choses. Les fans aiment être confinés dans un espace réduit avec le groupe. Là, ils vont pouvoir réellement vivre ça’ poursuit-il. Un autre aspect sympathique vient agrémenter la vie du groupe comme l’explique Francis Rossi : ‘Ce fut très agréable d’un point de vue nouveauté. Et puis ça nous a appris à utiliser un seul AC30 chacun et de trouver un équilibre. Je n’avais plus fait ça depuis l’âge de 16 ou 17 ans’. La pochette de l’album représente une affiche de pubs. Si cela avait été un stade, nous aurions fait le tour des stades’ plaisante Parfitt. Le groupe effectue également une tournée des pubs en Hollande et en Allemagne pendant une semaine. Néanmoins, l’album ne se classe qu’à la 26ième place des Charts pour 4 semaines de présence, seulement. Le fait que le disque soit édité par un petit label ne favorise pas sa distribution et il est, quelquefois, difficile de le trouver même en Angleterre.
Financièrement, la tournée des pubs est à peine équilibrée. Le management le sait et ce n’est pas le but premier. Ce tour a une connotation plus médiatique que financière. Néanmoins, il doit permettre d’augmenter considérablement les ventes de ‘Under the influence’. En ce mois de mars pourtant très occupé, Status Quo multiplie les apparitions télévisées, ceci devant permettre de toucher un large panel d’acheteurs potentiels. A chaque émission, ‘The way it goes’ est interprété mais les ventes ne décollent pas ! Loupé ! Cependant, les membres sont très satisfaits du résultat discographique certainement plus que du chiffre des ventes. Chacun y va de son morceau préféré. C’est ‘Twenty wild horses’ pour Francis, ‘Little white lies’ pour Rick, ‘Under the influence’ pour Andy et Jeff et enfin ‘Little me and you’ pour Rhino. Le 31 mars, le groupe entier est présent pour une séance de dédicaces à HMW à Birmingham. A 10 heures 30, l’inquiétude envahit les esprits des cinq musiciens. En effet, seules vingt personnes sont présentes pour la séance. Mais, petit à petit, la fréquentation devient plus conséquente rassurant pour de bon la formation. Pendant ce temps, comme de coutume, les compilations pleuvent. Castle édite, le 23 mars, ‘Matchstickmen-The psychédélic years’. En Russie, douze CD de ‘Dog of two head à In the army now’ sont réédités par couple. Étrangement, il manque Whatever you want et Just supposin’. Status Quo, groupe jovial, s’il en est, participe dans le même temps, à l’émission allemande, ‘Lass dich überrraschen’ dont le principe est faire une surprise à une personne. Celle qui est choisie est une fan du groupe qui, au retour de sa journée de travail, le jour de son anniversaire aura la délectation de trouver la formation, dans son salon, interprétant ‘Caroline’ et ‘The way it goes’. Le 6 avril, c’est au HMV de Glasgow, le 7, au HMV de Market Street, le 8 au HMV de Newcastle, le 9 au HMV de Leeds, le 10 au HMV d’Ipswich et le 11, au HMV de Brighton que des dédicaces sont données. Le 22 avril, c’est la radio hollandaise, ‘Denk aan Henk’ qui interview Rossi et Parfitt. Trois titres du nouvel album sont diffusés. Quelques jours plus tard, une émission spéciale ‘Status Quo’ est diffusée à la télévision néerlandaise où Rossi et Parfitts sont interviewés par Jan Labee, le président du fan-club local. Mais rien n’y fait, aux Pays-Bas, également, ‘Under the influence’ est un échec.
Le groupe s ‘embarque pour une tournée allemande du 25 avril au 24 mai juste avant que Francis Rossi ne fête ses 50 ans, le 29 mai. Pendant cette tournée, Polydor Allemagne produit une nouvelle galette de quatre titres (‘Driving to glory’, ‘’Fighting with the pack’, ‘I knew the bride’, ‘Sea cruise’) augmenté de quatre morceaux (‘Whatever you want’, ‘Don’t drive my car’, ‘Pictures of matchtick men’, ‘Mystery song’) arrangés et massacrés à la sauce techno. Le 3 juin, Status Quo est ‘l’artiste de la journée’ sur VH1. Tous les programmes de la matinée sont consacrés au groupe. Plusieurs vidéos sont diffusées. Francis et Rick ont en charge d’établir une liste de leurs dix titres préférés. Voici ce qu’ils élaborent : Atomic" de Blondie, "Hotel California" des Eagles, "I Want To Break Free" de Queen, "I'm A Believer" de The Monkees, "Roll With It" d’Oasis, "Streets of Philadelphia" de Bruce Springsteen, "Gimme All Your Lovin'" de ZZ Top, "Angie" des Rolling Stones, "Still Haven't Found What I'm Looking For" de U2 and "Let's Dance" de David Bowie.
Le 17 juin, Status Quo est l’invité de l’émission allemande “ Ohne Filter Pur ” et le show que les cinq donnent, devant 300 personnes, est retransmis sur la chaîne SWR. Les 25 et 27 juin, le groupe donne deux concerts à Séoul et à Munich au profit du Kosovo. La tête d’affiche de ces deux concerts n’est autre que Mickael Jackson. ‘D’où viennent-ils ?’ se contente de demander la Star lorsque les membres du Quo s’essayèrent, quelque peu à la causette. Pendant ce temps, le second single de l’année nommé, sorti le 1er juin, ‘Little white lies’ ne se classe qu’à une pauvre 47ième place. ‘Je suis déçu du résultat mais pas surpris car je n’ai jamais pensé que cette chanson était un hit en puissance’ affirme alors Rhino. Andy, lui, est beaucoup plus mesuré : ‘Je pensais que ‘Little white lies’ était vraiment un titre commercial. J’étais sûr que les fans l’achèteraient mais pour obtenir un hit single, il faut vendre à beaucoup de gens qui n’achèteraient pas nécessairement un album de Status Quo. Peut-être n’avons-nous pas séduit les gens qui sont exclusivement des acheteurs de singles. Peut-être sont-ils trop jeunes ? Pourtant, à nos concerts, il y a tous les styles de personnes, de tout âge. Je ne comprends pas, je le répète, je ne comprends pas’. Le 9 juillet, ‘Pictures of matchstick men’ est inclus dans une compilation australienne intitulée ‘Sounds of the Sixties’. Conjointement, Quo démarre une tournée suédoise qui se déroule du 17 au 30 juillet. Quinze concerts sont prévus, six sont annulés. Le premier concert à Helsingborg, une pluie battante contrariera les travaux des roadies et deux coupures de courant, au moment où le groupe monte sur scène, sèmeront l’inquiétude. Finalement, le concert se déroulera sans problèmes. Le 19, à Falun, des problèmes d’affiche feront que le Quo démarrera son set, à 20 heures, devant seulement la moitié de l’audience, les autres arrivant avec près d’une demi-heure de retard. Il fut, en effet, mentionné que le concert devait démarrer à 20 heures avec les premières parties. En fait, il fallait comprendre que le Quo démarrait à 20 heures. L’organisateur reconnaîtra son erreur dû à son inexpérience en matière d’organisation de ‘big’ concert. Le 21, à Lulea, le concert a lieu sur le parking extérieur d’une patinoire. A cause de vents violents, des cordes supplémentaires sont installées pour tenir la scène faisant dire à Rossi, par la suite, que le Quo fut le premier groupe à jouer dans une tornade. 25.000 personnes auront assistées à ces neuf concerts suédois. Ceci ne permettra pourtant pas à ‘Under the influence’ à entrer dans les Charts du pays alors que ‘Thirsty work’ et ‘Don’t stop’ s’étaient honorablement comportés, peu de temps avant.
Au mois d’août, le magazine anglais, Maxim’ publie un article dévoilant que Francis Rossi vient de subir un traitement de plantation de cheveux. ‘Nous restaurons Status Quo’, tel est le slogan de la clinique privée londonienne en charge de cette action. Pourtant, quinze ans auparavant, découvrant que sa chevelure se raréfiait, Francis déclarait : ‘Je ne me ferai, certainement, jamais une transplantation de cheveux et ne porterai jamais une perruque et vous pourriez être surpris du nombre de rockers à la longue chevelure qui portent, en fait, une perruque. Personnellement, je ne pourrais pas porter un truc comme ça car ce ne serait plus moi’. Pendant, ce temps, la Pologne y va de sa petite compilation. Elle se nomme ‘Legendary rock stars greatest hits’ et regroupe tous les titres de ‘Ma kelly’s greasy spoon’ et ‘Hello’ excepté ‘Everything’ et ‘4500 times’. Et comme si les compilations ne suffisaient pas, deux autres voient le jour, en Angleterre, ‘The essential Quo vol.2’ éditée par Spectrum et ‘Ice in the sun’ produite par Castle.
Le 20 août, le petit village suisse, Tufertschwill (100 habitants) voient, en quelques heures, sa population multipliée par 100. En effet, 10.000 personnes participent au show, en plein air, de Status Quo. Le lendemain, le groupe, sans Andy Bown, participe à une émission de la télévision autrichienne. Le célèbre medley de greatest hits et ‘Little white lies’ sont joués. Le 28 août, un titre appelé ‘Stop the rock’ interprété par un groupe de rappeurs, Appolo Four Forty, intègre le Top 10 anglais. A l’écoute du titre, il est aisé de constater que le riff de Caroline a été purement et simplement copié. Garant des intérêts de ses poulains, Walker contacte le management du dit groupe en les menaçant de procès. Finalement, un accord à l’amiable est passé, les noms de Rossi et Young figurent sur la pochette, les deux auteurs bénéficiant, ainsi, de quelques royalties supplémentaires. Malgré les succès mitigés, Eagles Record ne se désunit pas en lançant, sur le marché, un troisième single intitulé “ Twenty wild horses ” qui ne fait pas mieux que la 53ième place, en septembre. Ce dernier single possède toutefois deux titres l’accompagnant. Il s’agit de ‘Analyse time’ et ‘Obstruction day’ que beaucoup de fans prétendent, et certainement à juste titre, être d’excellents titres qui auraient mérités être dans l’album.
La traditionnelle tournée anglaise de fin d’année est avancée pour permettre au groupe de participer aux concerts de Night of the Proms. Elle se déroule donc du 2 au 23 octobre. On ne peut pas dire qu’elle est boudée par les fans mais on ne peut pas dire, non plus, que c’est de la pure euphorie. Deux concerts sont prévus à l’Appolo de Manchester. Le second programmé, le 3 octobre, sera annulé faute de réservations suffisantes. Le Quo, à l’inverse des années précédentes, ne donne qu’une seule date au Nec de Brirmingham, le 16 octobre et une seule à l’Aréna de Wembley, le 23. Le groupe choisit de mettre ‘Twenty wild horses’ en titre d’ouverture mais se rend, bien vite compte, que malgré la qualité de ce titre, quelque chose cloche. ‘Down down’ est, donc, rapidement, positionné en première position alors que ‘Shine on’ est, définitivement, écarté du show. Autre fait marquant, le management, que les ventes de disques, ont rendu pessimistes, n’éditent pas le tour programme en quantité suffisante. Les derniers concerts en seront orphelins. Ce document est, maintenant, très prisé des collectionneurs.  Le 30  voit la sortie de “ Rockers rollin-The story of Status Quo’, un livre écrit par Dave Oxley et retraçant la carrière du groupe.
C’est donc du 30 octobre au 18 décembre qu’ont lieu les concerts de Night of the Proms qui traversent l’Allemagne, la Hollande, la Belgique, la Suisse et le Danemark où le groupe joue accompagné par un orchestre philarmonique, pour la première fois. Le résultat est saisissant ! Quatre titres, ‘Rocking all over the world’, ‘Twenty wild horses’, ‘In the army now’ et ‘Whatever you want’ sont joués. ‘Personnellement, j’ai trouvé que ce fut l’un des tours les plus drôles que j’ai jamais fait’ souligne Rossi. Pourtant, le premier soir fut loin d’être une partie de plaisir pour le groupe comme l’explique Rick Parfitt : ‘Des problèmes techniques ont altérés le niveau du son. Nous n’avons jamais joué aussi inquiets. A la fin, Frame et moi avons chanté ‘Hey Jude’ dans le final. C’est certainement la première fois que nous étions sur scène sans nos instruments, ne sachant pas trop quoi faire avec nos mains’. Malgré un tarif pour le moins prohibitif (85 £), toutes les soirées seront sold-out. Andy Bown ne participera à la fin de la tournée et sera remplacé par un denommé John Miles, aux claviers. Au mois de décembre, la chaîne musicale allemande, Viva, établit une liste des cent meilleurs albums du siècle et ‘Rocking all over the world’ est classé n°35. Status Quo prête, à nouveau, son nom, lorsque Francis et Rick participent à l’enregistrement du simple, ‘It’s only rock’n’roll, pour la fondation ‘the children promise’, encore un fois pour enfants défavorisés. Des stars comme Keith Richards, Mike Jagger, Annie Lennox, Iggy Pop, John Bon Jovi ou encore Lionel Ritchie et James Brown sont également présentes. Cerise sur le gateau, l’ami Rick a l’opportunité d’admirer la plastic des Spice Girls, également présente. Le bilan discographique de l’année qui vient de s’écouler est une véritable catastrophe pour Status Quo. En effet, les ventes cumulées des trois singles issus de ‘Under the influence’ n’excèdent pas les 15.000 exemplaires. ‘Pour moi, nous publions trop de singles. Mais, c’est la stratégie de la maison de disques qui les réalise, en espérant que, à chaque fois,ça va entraîner des ventes pour l’album’ conclue Rhino. Quant à l’album, il atteindra difficilement le statut de disque d’argent avec environ 60.000 unités écoulées.


 1. 20/02. Ramsau, Super Samstag (Autriche) bootleg
 2. 27/03. Kleine Scheidegg, Snow Openair (Suisse)
 3. 29/03. Londres, Ruskin Arms (Angleterre) Premier concert du ‘Pub tour’. ‘The way it goes’ en titre d’ouverture. bootleg
 4. 30/03. Bristol, Fleece & Firkin (Angleterre)
 5. 31/03. Cannock, Stumble Inn (Angleterre) 150. Le plus petit des pubs visités.
 6. 01/04. Retford, Market Hotel (Angleterre)  
 7. 06/04. Glasgow, Solid Rock Cafe (Ecosse)
 8. 07/04. Manchester, Star and Garter (Angleterre)
 9. 08/04. Skelton, Hollybush Hotel (Angleterre)
10. 09/04. Leeds, The Duchess (Angleterre) bootleg
11. 10/04. Ipswich, The Railway (Angleterre)
12. 11/04. Hove, The Brunswick (Angleterre)
13. 22/04. Amsterdam, Club Gig (Pays-Bas) 200. bootleg
14. 24/04. Amsterdam, Sleeping Arena Café (Pays-Bas)
15. 25/04. Hambourg, Cafe Keese (Allemagne)
16. 26/04. Berlin, Miles (Allemagne)
17. 27/04. Munich, Bongo Bar (Allemagne) bootleg
18. 28/04. Francfort, Nachtleben (Allemagne) bootleg
19. 29/04. Cologne, Prime Club (Allemagne)
20. 30/04. Leipzig, Midlife (Allemagne)
21. 24/05. Bad Lippspringe, Plein air (Allemagne) bootleg
22. 17/06. Baden-Baden, ohne Filter (Allemagne) Filmé. bootleg
23. 25/06. Séoul, Stade Olympique (Corée du sud) Concert pour le Kosovo avec Michael Jackson, Ringo Starr, Andréa Bocelli, Patricia Kaas, Luciano Pavarotti, Scorpions, Zucchero. bootleg
24. 27/06. Munich, Stade Olympique (Allemagne) 35.000. Concert pour le Kosovo. bootleg
25. 16/07. Lichtervoorde, Oerkracht festival (Pays-Bas)  4.500. Première partie : Fife et The
                  Bintangs. bootleg
26. 17/07. Helsingborg, Hamntorget (Suède) 4.000.
27. 19/07. Falun, Lugnet (Suède) 2.000. En raison d’une erreur sur les affiches, bon nombre de spectateurs arriveront avec une demi-heure de retard. bootleg
     20/07. Umea (Suède) annulé
     20/07. Sundsvall, Folkets Park (Suède) annulé
     21/07. Pitea (Suède) annulé
28. 21/07. Luleä, Delfinen (Suède) 2.000. Première partie : Little Bo et The Virgins. bootleg
29. 23/07. Bromolla, Strandangen (Suède) bootleg
30. 24/07. Västervik, Mc Dagar (Suède) 8.000. Première partie : Travelling Band et Rydell and Quick’.
31. 25/07. Borgholm, Slottsrvinen (Suède) 2.000. Première partie : Travelling Band et Rydell and Quick.
     28/07. Goteborg (Suède) annulé
32. 28/07. Eskilstuna, Stromsholmen (Suède) 4.000. Première partie : Smokie. bootleg
     29/07. Stockholm (Suède) annulé
33. 29/07. Smogen, Magasinet (Suède) 1.500. Première partie : Smokie.
34. 30/07. Karlskoga, Stranddagarna (Suède) bootleg
     31/07. Londres, Battersea Park (Angleterre) annulé
35. 31/07. Langeland, Rudkoping (Danemark)
36. 06/08. Glabbeek, Strandfiuf Festival (Belgique) Première partie : Seatsniffers and Isp. bootleg
37. 08/08. Belfast, Fleadh Festival (Irlande du nord) bootleg
38. 20/08. Tufertschwil, Plein Air (Suisse) bootleg
39. 02/10. Manchester, Apollo (Angleterre) 2.500. Premier concert du ‘Under the influence’ tour. ‘Twenty wild horses’ en titre d’ouverture. ‘Keep ‘Em Coming’ et  ’Shine On’ dans la
        set-list. bootleg
     03/10. Manchester, Apollo (Angleterre) annulé
40. 04/10. Nottingham, Royal Concert Hall (Angleterre) bootleg
41. 06/10. Bridlington, Spa Pavillon (Angleterre) ‘Down down’ repasse en ouverture.
42. 07/10. Aberdeen, E&CC (Ecosse) Première partie : Gwyn Ashton et Gerry Jablonski.
43. 08/10. Newcastle, City Hall (Angleterre) 2.000. Première partie : The Force. bootleg
44. 10/10. Glasgow, Armadillo (Ecosse) 3.000.
45. 12/10. Blackpool, Empress Ballroom (Angleterre) bootleg
46. 13/10. Sheffield, City Hall (Angleterre) Première partie : Elise. bootleg
47. 15/10. Carlisle, Sands Centre (Angleterre) bootleg
48. 16/10. Birmingham, N.E.C. (Angleterre) 10.000. bootleg
49. 17/10. Cardiff, International Arena (Pays de Galles)
50. 18/10. Brighton, Centre (Angleterre) 4.000. bootleg
51. 20/10. Bournemouth, International Centre (Angleterre) bootleg
52. 21/10. Plymouth, Pavillon (Angleterre) 4.000. bootleg
53. 23/10. Londres, Wembley Arena (Angleterre) 8.000. bootleg
54. 30/10. Anvers, Palais des sports (Belgique) 18.000. Night of the Proms. bootleg
55. 31/10. Anvers, Palais des sports (Belgique) 16.000. Night of the Proms. Toutes les places ont été achetées par la firme Opel.
56. 01/11. Anvers, Palais des sports (Belgique) 18.000. Night of the Proms. bootleg
57. 04/11. Anvers, Palais des sports (Belgique) 18.000. Night of the Proms.
58. 05/11. Anvers, Palais des sports (Belgique) 18.000. Night of the Proms
59. 06/11. Anvers, Palais des sports (Belgique) 18.000. Night of the Proms
60. 07/11. Anvers, Palais des sports (Belgique) 18.000. Night of the Proms
61. 10/11. Anvers, Palais des sports (Belgique) 18.000. Night of the Proms
62. 12/11. Dortmund, Westfalenhalle (Allemagne) Night of the Proms
63. 13/11. Dortmund, Westfalenhalle (Allemagne) Night of the Proms
64. 16/11. Rotterdam, Ahoy (Pays-Bas) 18.000. Night of the Proms
65. 17/11. Rotterdam, Ahoy (Pays-Bas) 18.000. Night of the Proms
66. 18/11. Rotterdam, Ahoy (Pays-Bas) 18.000. Night of the Proms
67. 19/11. Rotterdam, Ahoy (Pays-Bas) 18.000.Night of the Proms
68. 20/11. Rotterdam, Ahoy (Pays-Bas) 18.000.Night of the Proms. bootleg
69. 21/11. Rotterdam, Ahoy (Pays-Bas) 18.000. Night of the Proms
70. 26/11. Anvers, Palais des sports (Belgique) 18.000. Night of the Proms
71. 27/11. Anvers, Palais des sports (Belgique) 18.000. Night of the Proms
72. 02/12. Anvers, Palais des sports (Belgique) 18.000. Night of the Proms
73. 03/12. Anvers, Palais des sports (Belgique) 18.000.Night of the Proms
74. 04/12. Anvers, Palais des sports (Belgique) 18.000.Night of the Proms
75. 06/12. Rotterdam, Ahoy (Pays-Bas) 18.000 Night of the Proms
76. 07/12. Rotterdam, Ahoy (Pays-Bas) 18.000 Night of the Proms. Afin de surprendre Francis,  Rick entame l’intro de ‘Roll over Lay down’, non prévue au programme.
77. 09/12. Zürich, Hallenstadion (Suisse) Night of the Proms. bootleg
78. 10/12. Munich, Olympiahalle (Allemagne) Night of the Proms. bootleg
79. 11/12. Munich, Olympiahalle (Allemagne) Night of the Proms. bootleg
80. 12/12. Erfurt, Messehalle (Allemagne) Night of the Proms
81. 14/12. Copenhague, Forum (Danemark) Night of the Proms
82. 15/12. Brême, Stadthalle (Danemark)  Night of the Proms. bootleg
83. 17/12. Francfort, Festhalle (Danemark) Night of the Proms
84. 18/12. Cologne, Arena (Allemagne) Night of the Proms


Morceaux joués en 1999 : Down down, the wanderer, little lady, twenty wild horses, under the influence, 4500 times, roll over lay down, living on an island, gerdundula, rain, keep 'em coming, in the army now, whatever you want, rockin' all over the world, something 'bout you baby I like, roadhouse blues, anniversary waltz, living doll,  rock'n roll music,  bye bye johnny, pictures of matchstick men, caroline, burning bridges, shine on, mystery medley, don’t waste my time,
Big fat mama, twenty wild horses, the way it goes.


Discographie 1999 :

08/03 : The way it goes
           n°39 en Angleterre
           n°62 aux Pays-Bas

01/06 : Little white lies
           n°47 en Angleterre
           n°73 aux Pays-Bas

20/09 : Twenty wild horses
           n°53 en Angleterre
           n°96 aux Pays-Bas


29/03 : Under the influence (album)
           n°26 en Angleterre (disque d'argent)
           n°76 en France
           n°56 en Allemagne
           n°28 en Suisse
           n°81 aux Pays-Bas
n°62 en Estonie


Dernière édition par Eric le Dim 23 Avr - 8:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Patrick
Admin
avatar

Nombre de messages : 188545
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 55
Localisation : Moselle 57

MessageSujet: Re: 1999 remasterisé   Sam 22 Avr - 20:28

Un grand merci Eric!

_________________
Même si l'on sait où l'on va, il est bon quelques fois de se voir rappeler qu'on est dans la bonne direction...
Revenir en haut Aller en bas
http://patquo.buygoo.net/
figureofeight

avatar

Nombre de messages : 774
Date d'inscription : 14/08/2008
Age : 52
Localisation : st thégonnec

MessageSujet: Re: 1999 remasterisé   Lun 24 Avr - 0:01

Une vraie bizarrerie que cet album n'ai pas mieux marché...
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Marie
Admin
avatar

Nombre de messages : 15510
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 61
Localisation : Meuse (55)

MessageSujet: Re: 1999 remasterisé   Lun 24 Avr - 9:39

La pochette avec la fourchette tordue est finalement sortie avec la version remasterisée.

Les Night of the proms ont été filmées ( TV ).

Enormément de bootleg sur l'année 99. Des excellents, pas mal.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 1999 remasterisé   

Revenir en haut Aller en bas
 
1999 remasterisé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» BBC Sessions (1999)
» Take That en promo à Paris: 1992 à 1999
» Van Morrison - TB Sheets Remasterisé
» dj Craze scratch routine DMC finals 1999(world champion!!)
» GAMMA RAY - Powerplant - 1999

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Status Quo le forum francophone :: STATUS QUO :: L'histoire du groupe-
Sauter vers: