Forum francophone dédié au groupe Status Quo
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 1989 remasterisé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eric

avatar

Nombre de messages : 2084
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: 1989 remasterisé   Dim 19 Mar 2017 - 14:07

Le 7 janvier, “Burning bridges” atteint la 5ième place du classement des singles en Angleterre. Discographiquement, l’année commence bien pour les cinq rockers. Même si l’on est loin d’atteindre les chiffres de l’âge d’or, Status Quo a vendu pas mal de disques, l’année précédente et rien ne laisse présager du contraire pour l’année qui commence. Pourtant, la mauvaise gestion pratiquée par le groupe et son management amène Quo au bord de la banqueroute. Rossi et Parfitt, meilleurs musiciens que gestionnaires décident de confier les affaires à The Handle Group of Companies. Le nouveau manager, qui succède à Alan Crux et Iain Jones, s’appelle David Walker que le groupe considère comme l’homme de la situation. Ce dernier est loin d’être un inconnu pour Status Quo. En effet, Pip Williams travaillait pour sa maison de production. Walker fut, donc, impliqué dans la conception des albums ‘Rocking all over the world’, ‘If you can’t stand the heat’, ‘Whatever you want’ et ‘In the army now’. Il n’y a pas de contrat signé entre Status Quo et Walker. ‘Je n’en ai, d’ailleurs, jamais eu avec les artistes que j’ai dirigés’ affirme t-il. Seulement, il y a juste une clause qui stipule qu’il a les mains entièrement libres pour manager Status Quo comme il l’entend et que le groupe ne doit que s’exécuter. Walker a fait ses classes comme responsable du merchandising pendant la coupe du monde de football, en 1966. Mais, en acceptant de prendre en mains les destinées de Status Quo, il ne devait pas s’attendre à trouver un groupe si proche de la faillite. Mais tout ceci n’empêche pas Rick d’investir dans une énième superbe Porsche alors qu’il doit plus de 40.000 £ au fisc anglais et qu’il est bien évidemment, dans l’incapacité de payer.
La première mission de Walker est, donc, de redresser les finances qui sont incroyablement basses. Status Quo doit de l’argent partout, aux banques, à sa maison de disques et le nouveau manager s’interroge. Comment le groupe, après plus de 21 ans de succès et près de cent millions de disques vendus a t-il pû en arriver là ? Les craintes que Lancaster avaient émises, quelques dix ans auparavant, étaient donc justifiées. Mais Walker est, heureusement, un homme d’affaires rusé et rassure vite Status Quo sur son avenir. ‘David est venu nous voir, deux ou trois fois, à Nassau. A chaque fois, il était porteur de bonnes nouvelles. La situation financière n’était pas bonne mais il savait nous remonter le moral en nous disant qu’il n’y avait pas d’inquiétudes à avoir, qu’il allait nous sortir de là. Rapidement, il a trouvé de l’argent dont nous ne connaissions, même pas, l’existence. Dans un temps relativement restreint, j’ai épongé mon découvert et possédé, à nouveau, de l’argent’ confie Parfitt. Walker n’est pas homme à se laisser marcher dessus et décide également de faire du vide dans l’entourage de Quo. Crux et Jones sont écartés, sans ménagement. Le chauffeur du groupe, le dénommé Ron Brown, le grand ami de Parfitt, est, lui aussi, écarté, lorsqu’il se refuse à rompre tout contact avec Johnson, lequel n’est pas epargné par les critiques virulentes du groupe. Pendant ce temps, Walker continue à fouiller dans les comptes du groupe. Il estime que Status Quo s’est fait arnaqué de plus de 6 millions de £.
Libérés de tous problèmes administratifs, Rossi, Rich, Bown et Edwards s’embarquent pour quelques mois à Nassau pour enregistrer leur futur album. Ils y rejoignent, comme prévu Rick. ‘Quitte à choisir entre enregistrer l’album, en hiver, en Angleterre, sous un temps pourri ou alors aller dans un studio, sur la plage avec vue sur la mer autant opter pour la deuxième solution. Pourtant, j’aime bien rentrer chez moi, le soir.’ explique Francis. Seulement, si les paysages et les farnientes sont bel et bien alléchants, il n’en est pas de même pour le studio qui est dans un état passablement délabré, ce qui n’empêche pas les cinq rockers de travailler. Assez peu, il faut bien en convenir comme l’expliquera Francis Rossi, quelques années plus tard : ‘Autour de nous, il y avait beaucoup de drogues et d’alcool, notamment une boisson appelée Plastic, qui est la plus forte que j’ai jamais connue. J’allais au studio entre les bains de soleil et avec la gueule de bois. Je perdais tout de vue et Pip Williams en a fait un album très orienté claviers. Je crois que c’est pour ça que ça a mal tourné’. C’est au mois d’avril que Status Quo quitte Nassau avec au contraire de Monterrat, six ans auparavant, un album bien avancé. Reste à mixer l’album, chose qui sera faite, en juillet, au Comforts Palace studio à Lingfield, dans le Surrey.
Dans une interview, Rossi affirme que la nouvelle production du groupe sera plus axée sur les guitares. ‘Environ 90% de l’album a été fait à Nassau mais nous avons mis beaucoup de temps. Actuellement nous sommes en train de travailler sur le mixage, voir si chaque titre a besoin d’un peu plus de guitare ou de quelque chose de supplémentaire. Nous avons travaillé d’une façon légèrement différente que d’habitude. A Nassau, nous passions essentiellement du temps sur la plage. Nous prenions notre petit déjeuner, passions quelques coups de téléphone, enfourchions nos vélos pour faire 15 à 20 kilomètres puis terminions à la plage pour finalement entrer en studio pour travailler. Entre midi et 16 heures sont les heures les plus productives. Nous avons élaboré la plupart des morceaux pendant ce laps de temps. Nous partions alors dîner puis retournions en studio. C’est vraiment un bon album. Je pense qu’il va être mieux reçu que le dernier qui a été assez mal accueilli. Son nom est ‘Perfect remedy’. Nous avons regardé les titres et étudié si l’un d’entre eux méritait de donner le titre à l’album. Nous avons pratiqué de la même manière que pour ‘In the army now’. Nous sommes vraiment satisfait de cet album. Nous avons essayé d’obtenir un juste milieu entre la vieille approche et le fait qu’il y a deux nouveaux musiciens. D’aucune façon, nous ne pourrons être le Status Quo de 1975 étant donné que deux musiciens de cette époque ne sont plus là’ précise Rossi.
Pourtant, produit par Pip Williams et enregistré par Simon Sullivan, “Perfect remedy” est un album pop dans la lignée de “Ain’t complaining” sorti l’année précédente. C’est un album, sans âme, sans génie et sans aucun rapport avec le boogie qui a popularisé le groupe. Heureusement que Parfitt et Rossi avaient promis qu’il serait plus accès sur les guitares. Pendant ce temps, en février, le label Mercury sort le single ‘Ain’t complaining’ aux Etats-Unis suivi d’un album nommé simplement ‘Status Quo’, le mois suivant. Ce dernier est en fait une compilation de titres de ‘In the army now’ et ‘Ain’t complaining’ augmentés d’une version de ‘Rocking all over the world’ enregistré exprès. Ces deux productions passent inaperçues et les ventes restent faibles. Rien à faire avec le marché américain qui leur file inexorablement entre les doigts. Même une production FM n’amène pas le groupe à la reconnaissance. En Angleterre, en mars, est édité ‘The Status Quo vidéo box’ qui contient trois cassettes vidéos, ‘Live at the NEC’, ‘End of the road’ et ‘Rocking through the years’. Peu de temps après, en avril, le label PRT publie deux productions de la période Pye dont l’une est l’exacte réplique de ‘Golden hour of Status Quo’, sorti en 1974.
Mais, pour le moment, les ventes et productions de Status Quo ne sont pas ce qu’il y a de plus important dans la vie de Parfitt. Sa femme attend un enfant. C’est un Rick Parfitt heureux qui emmène la future maman à la maternité d’Hammersmith, en ce 19 juin. Rentré chez lui, c’est à 5 heures du matin que le téléphone de la résidence rugit, signe annonciateur de la naissance prochaine du petit. ‘Il est arrivé comme un flash’ se plait à dire Patti. ‘Dieu seul sait à quelle vitesse il peut rouler’. Trop vite pour la police londonienne qui procède à la énième arrestation pour défaut de conduite. Mais là,  l’indulgence est de rigueur et Parfitt se voit octroyer une escorte jusqu’à l’hôpital. Le 20 juin, à 11 heures 18, Patti Parfitt accouche d’un petit Harry.
Pendant l’été, Francis Rossi passe ses vacances aux Etats-Unis dans la famille de sa femme Eileen alors que John Edwards est, lui, en Allemagne. Jeff Rich, lui, visite avec femme et enfants, Dysneyworld en Floride. Parfitt, lui, outre pouponner, s’embarque avec Patti et Harry sur son yacht de dix mètres et navigue au large des îles du Channel. Dans le même temps, Andy Bown et sa famille part se ressourcer aux sources mêmes du rock’n’roll, notamment à Nashville pour visiter la maison d’Elvis Presley, et à Brownie, lieu de naissance des frères Everly. Au mois d’août, la radio allemande SDR3 organise un classement mondial parmi 1.500 titres qui ont été diffusés sur les ondes. Chaque votant peut choisir cinq titres. Status Quo a la satisfaction de voir cinq de ses titres retenus. (‘Rocking all over the world’ n° 393, ‘In the army now’ n° 451, ‘Whatever you want’ n° 1129, ‘Caroline’ n° 1395 et ‘Down Down’ n° 1428)
Au mois de septembre, le groupe se réunit pour répéter car la future tournée anglaise approche. Pendant ce temps, à plusieurs milliers de kilomètres, en Australie, John Coghlan et Alan Lancaster sont à nouveau réunis, au sein des Lancaster’s bombers, cette fois. Mais leur union ne sera qu’éphémère au grand damme des fans du Quo de la première heure. ‘John pensait qu’il était toujours une rock star et croyait que mon groupe était un très grand groupe, ce qui n’était pas le cas. Il devait y avoir beaucoup de discipline car nous devions tout faire par nous-mêmes. Il n’y avait pas assez d’argent pour payer d’autres personnes. De plus, il devenait stressé car il était loin de chez lui et que, Gillie, qui l’avait accompagné voulait rentrer à Londres. Il n’ont pas compris que nous commencions un nouveau business. Je ne pouvais pas travailler dans cet environnement et j’ai dû demander à John de partir. J’ai détester faire ça mais j’avais investi tellement d’argent’ conclue Lancaster. La séparation se déroula néanmoins sans amertume.
Le premier extrait discographique des enregistrements de Nassau est le single “Not at all” qui sort le 16 octobre. Les relations, à ce moment là, entre Vertigo et le groupe sont fortement perturbées. Rossi ne veut pas revivre les crises de l’année passée et, fort du succès de ‘Burning bridges’, entend prouver son leadership. C’est lui qui choisit donc, personnellement, ce premier single que Vertigo refuse, alors, de promouvoir. Mais, pour Francis, ce coup là est loupé. ‘Il y avait d’autres titres peut-être mieux taillés pour faire un single comme ‘The power of rock’n’roll’ regrette même t-il. Le nouveau single n’atteint que la 50ième place des Charts ce qui laisse présager un succès mitigé pour l’album qui sort finalement le 20 novembre. Le clip vidéo qui en est extrait montre un groupe jovial et il est même possible de voir Rossi jouer de la batterie, en play back, bien sûr. L’album, initialement prévu sortir au mois de septembre, est très mal accueilli par la critique et les fans. La sanction est immédiate. Il se classe n°49 le 2 décembre et reste seulement deux semaines dans les Charts. Cruel échec commercial. Rossi tente alors une explication : “C’est vrai, cet album n’a pas eu le succès espéré. Mais c’est plus un problème de production que de musique. En studio, nous enregistrons des compositions de notre choix mais le découpage et la présentation finale sont l’affaire de la production. Tous ce que nous avons mis en boîte ne figure pas sur l’album. Pour moi, “Perfect remedy” réunissait de bons enregistrements mais ce fut un produit mal maîtrisé.”. Dans le même temps, des rumeurs concernant l’éventuelle sortie d’un album ‘unplugged’ surgissent lorsque Rossi et Parfitt sont invités par BBC Radio 1 pour promouvoir le nouvel album. Armés de guitares acoustiques, ils jouent ‘Caroline’, ‘Down the dustpipe’, ‘Railroad’, ‘Little dreamer’ et ‘Rocking all over the world’. Beaucoup y voient un signe …
Le second single qui sort en décembre s’appelle “Little dreamer” et fait encore moins bien que “Not at all” en n’entrant même pas dans le top 50 singles, en Angleterre. Il ne sera que n°76, le 9 décembre. Du jamais vu depuis 1971.D’habitude si enclin à défendre Status Quo et son travail, Pip Williams y va de sa petite attaque : ‘Que cela soit bien clair, j’ai écrit à la maison de disques pour leur signifier que je ne voulais pas que l’album sorte en cet état. Que c’était bien trop léger’. Malheureusement, il ne sera pas écouté !
A 40 ans, Rossi et Parfitt semblent en panne d’inspiration et certains prédisent la fin de Status Quo.
Néanmoins, les ventes de “Perfect remedy”, si faibles soient-elles permettent au groupe d’atteindre le chiffre record de 100 millions de disques vendus. Le chiffre est réellement impressionnant et même s’il est le fruit de vingt années de durs labeurs, donc acquis sur une période assez longue, il ne permet pas au groupe d’être reconnu comme une icône du monde du rock. ‘Qu’a-t-il manqué à Status Quo’ pour être l’égal d’un Led Zeppelin, d’un Eagles, ou encore d’un Kiss ? Plusieurs explications à ce phénomène. Tout d’abord, la musique de Status Quo a toujours été cataloguée comme simpliste et on ne peut pas attribuer un certain standing à un groupe qui ne joue que sur trois accords en douze mesures. Ensuite, la formation n’a, excepté ‘Pictures of matchstick men’, eu aucun succès aux Etats-Unis, le marché le plus lucratif et médiatique de la planète. Enfin, le groupe n’a jamais composé un hit mondial. Certes, des titres somme ‘Down down’, ‘What you’re proposing’ ou encore ‘In the army now’ ont cartonné mais pas suffisamment pour faire atteindre le nirvana au Quo. Pour finir, dernier ingrédient et non des moindres, que ce soit Rossi, Parfitt, Lancaster, Edwards et consorts n’ont jamais recherché le moindre honneur ni essayé de se valoriser. Status Quo restera toujours le petit groupe du peuple qui laissera froid la haute aristocratie musicale. Finalement, qui s’en plaindra ? C’est dans cette situation ambiguë que le groupe effectue sa tournée anglaise (la seule de l’année) du 1 novembre au 20 décembre. Mais en live, le groupe attire toujours autant ses fans comme le démontrera la vidéo “Rocking all over the years” tirée des concerts du 17 et 18 décembre au N.E.C de Birmingham et éditée l’année suivante.
Est-ce pour se faire pardonner par les fans que le groupe remet dans sa set-list, un vieux titre, ‘In my chair’ plus joué depuis un certain temps ? A la fin de cette année 1989, une réflexion s’impose. On aime toujours autant le groupe sur scène comme le témoignent les quatre concerts sold out du Nec de Birmingham et de l’Aréna de Wembley. A l’opposé, sur disque, on commence à profondément déchanter. Le 24 décembre, ‘Perfect remedy’ passe une semaine dans les Charts suisses à la 26ième place.
En 1989, pelles et pioches ont raison de l’Appolo de Glasgow. La salle est démontée emportant avec elle, toute une époque faite de folie, de sueur et de rock’n’roll. ‘C’était la meilleure salle du monde’ confièrent, en 2002, Rossi et Parfitt où ils jouèrent vingt-neuf fois. Le bilan discographique, pour les années 80, est également très bon en terme de chiffre. Le groupe a passé 191 semaines dans le top albums et 168 dans le top singles.



1. 29/11. Newport, Newport Centre (Angleterre) Première partie : Evenrude.
2. 30/11. Newport, Newport Centre (Angleterre) Première partie : Evenrude
3. 01/12. Torquay, Leisure Centre (Angleterre) Première partie : Evenrude
4. 02/12. Torquay, Leisure Centre (Angleterre) Première partie : Evenrude
5. 04/12. Peterborough, Mallard Park F.C. (Angleterre) Première partie : Evenrude
6. 05/12. Bridlington, Spa Pavilion (Angleterre) Première partie : Evenrude
7. 06/12. Sheffield, City Hall (Angleterre) Première partie : Evenrude
8. 07/12. Newcastle, City Hall (Angleterre) 2.100. Première partie : Evenrude
9. 09/12. Carlisle, Sands Centre (Ecosse) Première partie : Evenrude
10. 10/12. Aberdeen, Capitol Theatre (Ecosse) Première partie : Evenrude
11. 11/12. Glasgow, S.E . & C.C. (Ecosse) Première partie : Evenrude. Radio Clyde avait acheté les droits de l’enregistrement pour faire un ‘live’ officiel, resté sans suite. bootleg.
12. 12/12. Manchester, G Mex Centre (Angleterre) Première partie : Evenrude bootleg
13. 14/12. Bournemouth, B.I.C. (Angleterre) Première partie : Evenrude
14. 15/12. Brighton, Centre (Angleterre) Première partie : Evenrude ‘Perfect remedy’ et ‘Little dreamer’ ne sont pas joués. bootleg
15. 17/12. Birmingham, NEC Arena (Angleterre) Première partie : Evenrude. Enregistré pour la vidéo ‘Rocking all over the year’ bootleg
16. 18/12. Birmingham, NEC Arena (Angleterre) Première partie : Evenrude. Enregistré pour la vidéo ‘Rocking all over the year’. Panne de son pour les guitares pendant ‘Rain’. bootleg
17. 19/12. Londres, Wembley Arena (Angleterre) 8.000.Première partie : Evenrude bootleg
18. 20/12. Londres, Wembley Arena (Angleterre) 8.000.Première partie : Evenrude


Morceaux joués en 1989 : Caroline, Roll over lay down, Little lady, In my chair, Little dreamer, Perfect remedy, Mystery song medley, Hold you back, Rain, The power of rock´n roll, Dirty water, Whatever you want, In the army now, Rockin all over the world, Don´t waste my time, Roadhouse blues medley, Burning bridges, Junior’s wailing, Bye bye Johnny



Discographie 1989 :

16/10 : Not at all
n°50 en Angleterre
n°66 en Allemagne

/12 : Little dreamer
n°76 an Angleterre


20/11 : Perfect remedy (album)
n°49 en Angleterre (disque d'argent)
n°26 en Suisse
n°40 en Suède










Revenir en haut Aller en bas
Jean-Marie
Admin
avatar

Nombre de messages : 14644
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 61
Localisation : Meuse (55)

MessageSujet: Re: 1989 remasterisé   Dim 19 Mar 2017 - 14:36

Je ne suis plus...mais ça va le faire ! Précieuses, les infos. Merci !
Revenir en haut Aller en bas
jack17

avatar

Nombre de messages : 3507
Date d'inscription : 07/10/2007
Age : 53
Localisation : Valais, Suisse

MessageSujet: Re: 1989 remasterisé   Dim 19 Mar 2017 - 15:49

là aussi j'arrive plus a suivre ! pas grave on sait ou retrouver tes sujets année par année !

Merci Eric c'est top de chez top tes chroniques !!! cheers
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/jack17music
Eric

avatar

Nombre de messages : 2084
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: Re: 1989 remasterisé   Dim 19 Mar 2017 - 15:59

o.k, je ralentis un peu le rythme, les gars ... Sleep
Revenir en haut Aller en bas
figureofeight

avatar

Nombre de messages : 693
Date d'inscription : 14/08/2008
Age : 51
Localisation : st thégonnec

MessageSujet: Re: 1989 remasterisé   Dim 19 Mar 2017 - 19:11

Meuh non meuh non....
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Marie
Admin
avatar

Nombre de messages : 14644
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 61
Localisation : Meuse (55)

MessageSujet: Re: 1989 remasterisé   Lun 20 Mar 2017 - 7:57

Envoie la purée, on s'en sortira ! Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 1989 remasterisé   

Revenir en haut Aller en bas
 
1989 remasterisé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Van Morrison - TB Sheets Remasterisé
» Singles Collection: The London Years (1989)
» Scott ROSS (1951-1989)
» [Anime] The Legend Of Zelda ( 1989 )
» The Bootleg Series Vol. 8: Tell Tale Signs - Rare and Unreleased 1989-2006 (2008)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Status Quo le forum francophone :: STATUS QUO :: L'histoire du groupe-
Sauter vers: