Forum francophone dédié au groupe Status Quo
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 1987 remasterisé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eric

avatar

Nombre de messages : 2150
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: 1987 remasterisé   Dim 19 Mar - 9:55

Le 1er janvier, Alan Lancaster ne fait plus partie officiellement de Status Quo. Et comme pour enfoncer le clou, le management et le groupe en oublient de fêter les 25 ans du groupe ! La page est définitivement tournée. ‘Tout du groupe était réel. Je pense que nous avions une certaine idéologie. Nous étions anti-établissement, anti-business. Nous ne sommes pas devenus des célébrités des médias. Ce que nous jouions et faisions étaient vraiment ce que nous voulions. Nous n’aurions rien fait d’autres. Nous nous identifions à nos fans. Nous jouions du boogie avec notre propre style. Et faire ça demandait beaucoup d’énergie. Tu ne peux pas délivrer cette énergie si tu es constamment sous l’effet de la drogue ou si tu es out tout le temps comme Rossi a voulu le faire croire. C’est faux, le groupe était, tout à fait, propre et convenable. Lorsque tu fais le tour du monde et que tu joues deux à trois heures chaque soir, tu dois l’être. Tu dois, même, manger de la bonne nourriture. C’est pourquoi ça a duré aussi longtemps. Quand tu délivres toute l’énergie que demande un concert du Quo, tu dois être en forme. Dans les premières années, Rossi a toujours déclaré ça. Tu ne pouvais pas être bourré ou drogué sur scène. Parfitt et Coghlan étaient les seuls à boire et encore, modérément. Le groupe était uni tant au niveau du corps que de l’esprit. Ce n’est réellement qu’à partir de 1981 que ça a commencé à mal tourner pour plusieurs raisons. Si les managers, les directeurs de la maison de disques, les avocats, Rossi et Parfitt n’avaient pas tous plongé dans la cocaïne, peut-être cela aurait-il évolué différemment. A vrai dire, tout le monde était baigné là-dedans. Peu importe les décisions qui ont été prises à cette époque lorsque l’on sait que la cocaïne change la personnalité. Ca a commencé doucement pendant l’enregistrement de ‘Rocking all over the world’. Jusqu’à ce moment, nous avions toujours produit nos propres disques sauf sous l’ère Pye. Tous les morceaux étaient totalement arrangés par nous quatre. Pip Williams a été engagé pour percer aux Etats-Unis. Je ne voulais pas particulièrement d’un autre producteur mais il semblait bon et nous étions prêts à tenter le coup. Mais ce qui s’est passé c’est qu’il a modifié le groupe sans qu’on le réalise vraiment et ça, parce que nous étions un groupe ‘live’. Status Quo n’a jamais vraiment été un groupe à l’aise en studio. La scène a toujours été notre truc principal. Les enregistrements, bien qu’ils fussent essentiels, n’ont jamais été aussi important que la scène. Un morceau prenait toute sa dimension lorsqu’il était joué sur scène. Nous n’aurions jamais interprété un titre qui ne s’adaptait pas à notre prestation c’est pourquoi une chanson comme ‘That’s a fact’, par exemple, n’a jamais été jouée. Le meilleur matériel était constitué de titres écrits sur la route. C’est celui qui a le mieux résisté à l’épreuve du temps. Certains titres ont même été joués sur scène avant. Alors, nous entrions en studio pour les enregistrer comme ce fut le cas pour ‘Piledriver’. Le matériel qui a été écrit directement en studio n’a jamais été aussi bon. Certes, il y avait de bons titres mais qui ne possédaient pas la même magie. Tu pouvais le jouer en studio mais ça ne passait pas sur scène. Il y avait deux côtés à Status Quo. La scène, le plus important et le studio qui même si c’était aussi important, représentait une autre image de nous’. Ainsi, résume Lancaster de ses années avec le groupe.
Tout ceci n’empêche nullement la participation de Status Quo au Top of the Pops de la nouvelle année. Le titre qui y est interprété est ‘Dreamin’.  Le 3 janvier, ce simple culmine dans les Charts anglais à la 15ième place alors que, ‘In the army now’ entame sa dernière semaine de présence, à la 62ième place, avec 385.000 exemplaires vendus. ‘Dreamin’ est le 35ième titre de Status Quo à être classé en Angleterre, Quo devenant ainsi le groupe à avoir eu le plus de hits au top singles au Royaume-Uni. Le 19 février, ‘Dreamin’ est n°19 dans les Charts allemands alors qu’il entre, dans le classement suisse à la 22ième place. Il se classera finalement n°17 le 8 mars et restera cinq semaines. Entre-temps, le 24 février, le label allemand Arcade réalise une compilation appelée ‘Hit Album’. Elle se classera n° 17, le 2 mars pour huit semaines de présence.
L’ère Johnson est maintenant révolue. Le duo Jones-Crux, placé à la tête du groupe, assume avec beaucoup de courage la succession de ce prestigieux manager. Emporté par la locomotive ‘In the army now’, ils doivent faire face à de nombreux promoteurs désireux de se remplir les poches en produisant Quo lors de divers concerts. Pendant ce temps, Rossi et Parfitt émettent des avis embarrassants sur la gestion pratiquée par Johnson de 1971 à 1986. Lors d’une émission animée par le célèbre Chris Tarrant, Parfitt accuse publiquement Johnson d’avoir détourné plusieurs millions de Livres à son profit. Le chiffre faramineux de 6 millions est même évoqué ! Peu de temps après, Johnson, fou de rage, d’avoir été traîné dans la boue, demande, par presse interposée, une explication à Parfitt lequel lui rétorque qu’il dit simplement la vérité. Johnson s’insurge et lorsque les deux se rencontrent par hasard, au cours d’une soirée, la conversation faillit se finir aux poings. Afin d’essayer de prouver son innocence, l’ex-manager se décide d’envoyer, immédiatement, au nouveau management, les livres de compte. Le départ de Johnson est un tournant dans la carrière de Status Quo au même titre que celui de Bob Young, quelques années auparavant. Quel est donc le bilan de ces seize années de management mené par Johnson ? Tout d’abord, il a une part prépondérante dans la popularité du groupe en le faisant tourner dans les coins les plus reculés de l’Angleterre et de l’Europe. Il a su donner à Status Quo l’image d’un groupe simple, proche de ses fans. Il n’aura, malheureusement, pas su le faire percer aux Etats-Unis …
A la demande pressante du public, la formation s’embarque, le 27 février, pour une tournée européenne de vingt dates qui visite l’Allemagne, la Suisse, la France (9 dates) et le Luxembourg. En Suisse, le groupe reçoit un disque de platine pour les ventes de l’album ‘In the army now’ qui n‘est, ni plus ni moins que l‘album le plus vendu, dans ce pays, en 1986. Le concert que Status Quo donne au Zénith de Paris, le 11 mars est véritablement encensé par la presse spécialisée française. “Le public fut tout d’abord abasourdi par la vitalité du groupe et peut-être par l’avalanche de décibels. Mais très vite, il fut gagné par la pression irrésistible du boogie des Quo. Remercions Status Quo, car c’est grâce à des festivals comme celui-ci  qu’ils nous ont offert ce soir-là que vont naître des vocations.” Peut-on lire.
Après avoir visité notre pays, Francis, Rick, Andy, Rhino et Jeff s’envolent pour le Moyen-Orient et donnent un concert au Bahrein le 25 mars suivi d’un autre le 26 en Oman. Le 28, ce sont les Emirats Arabes Unis qui accueillent les forçats du boogie pour deux représentations. Le 29, à Abu Dhabi, le concert qui a lieu en plein air est stoppé après les deux premiers morceaux, à cause d’une panne de courant provoquée par une pluie trop violente. Pendant ce temps, le 22 mars, l’album ‘In the army now’ quitte les Charts suisses après y avoir figuré pendant 27 semaines dont dix-huit dans le top 10 et cinq à la première place. Il laisse sa place à la compilation ‘Hit albums’ qui, entrée le 8 mars, se classe à la huitième place, le 22 et reste classé sept semaines.
Le groupe fait alors un break. Néanmoins, la formation se réunit le 27 avril au Chipping Norton studio avec Pip Williams pour travailler sur le prochain album. Francis, Rick, John, Andy et Jeff ont dans leur valise, vingt titres pouvant servir à la production du futur 33 tours. Le groupe quitte finalement le studio au mois de juin, satisfait des morceaux mis en boîte. Au mois de mai, Status Quo est le dernier groupe à confirmer sa participation au gigantesque festival de Reading, prévu en août. Le 7 juillet, le groupe reprend la route pour une seconde tournée européenne. Autriche, Allemagne, Suisse, Espagne, Irlande, Suède, Norvège, Finlande et Hollande accueillent tour à tour les cinq musiciens. Le 12 juillet, au festival ‘Out in the Green, de Frauenfeld, en Suisse, Status Quo partage la tête d’affiche avec Blue Oyster Cult. Aucun incident à signaler entre les deux groupes lesquels s’étaient laissés aller aux mains aux Etats-Unis, en 1974. Rebelotte, le 14 à Berlin et le 18, à Paderborn. Le 21, le groupe participe, avec, entre autres, les Beach Boys et Chuck Berry, au Paleo Festival de Nion, en Suisse, devant 70.000 personnes. La présence de ces montres sacrés de la musique ne permet pas, cependant, d’équilibrer le budget du festival qui accuse un déficit de 200.000 francs suisses. Le 1er août, les organisateurs du Vallecas Rock Festival de Madrid, sont la proie d’horribles doutes lorsque Saxon et Twisted Sister, les têtes d’affiche déclarent forfait. Encore une fois, c’est Status Quo qui va sauver la situation en étant intégré au concert. Peu de temps après, les jugements et les accords financiers concernant les départs de Coghlan et Lancaster sont prononcés. Si Lancaster arrivera à défendre ses droits et toucher une somme considérable, il n’en sera pas de même pour Coghlan qui sera mal représenté. Son avocat n’a aucune expérience de l’industrie musicale et se laissera lésé par ceux du management, autrement plus au courant de ces affaires.
Le 9 août, Status Quo joue en Irlande avant que trois jours plus tard, à Madrid, le groupe soit filmé par la télévision ibérique, lors d’un concert en playback, dans un studio madrilène. Le 26, le groupe bénéficie d’un jour de repos, à Amsterdam. D’après les dires de Francis Rossi, ce sera une véritable journée de débauche, sa dernière. En compagnie de Rick Parfitt, les deux amis vont profiter de tout ce que peut leur offrir la ville hollandaise, alcool, drogue, sexe. Le lendemain, le concert prévu dans le cadre du festival de Someren aux Pays-Bas est annulé à cause de conditions atmosphériques épouvantables, thèse officielle. Mais rapidement, des rumeurs peu reluisantes surgissent. Le groupe, imbibé de drogue ou alcool, aurait été dans l’incapacité totale de jouer quoique ce soit !  L’argent récolté devait servir à financer l’achat d’uniformes pour la fanfare locale. Cette annulation provoque une colère bien légitime de la part des fans hollandais et altère fortement l’image du groupe provoquant par la même la démission du président du fan-club néerlandais.
Le 29 août, Status Quo effectue sa seule apparition publique de l’année, en Angleterre comme tête d’affiche du festival de Reading. C’est sa quatrième participation mais l’accueil qui est réservé au groupe est beaucoup moins chaud qu’en 1972, 1973 et 1978.
Le mois de septembre est consacré au mixage des morceaux devant constituer le nouvel album. Cette tâche est effectuée au Mayfar studio de Londres en compagnie de Pip Williams. Status Quo prend un bon repos scénique avant que le groupe ne s’embarque pour l’Afrique du sud, le 3 octobre. Sur une suggestion d’Alan Crux, Quo donne sept concerts (dont deux le 10 octobre) au Superbowl de Sun City. Rentré en Angleterre, le groupe est sévèrement réprimandé par le puissant syndicat des musiciens anglais. Le groupe est montré du doigt pour avoir donné des représentations en Afrique du Sud cautionnant ainsi le régime de l’Apartheid. Parfitt et Rossi s’en excuseront. ‘Nous avons donné plusieurs concerts devant un public mixte, il y a même des personnes de couleur noire qui travaillent pour nous. Cependant, nous avons écrit une lettre d’excuse aux Nations-Unies disant que nous regrettions d’avoir fait çà et que nous ne le ferions plus. Et puis, je ne sais pas combien de groupes comme The Christians ont déclaré qu’ils ne voulaient plus jouer sur la même scène en compagnie de Status Quo. Pourtant, quelques mois plus tard, ils ont joué avec nous en Suisse’. avoue Rossi. ‘Quand nous sommes rentrés en Angleterre, nous avons été littéralement assassiné par la presse, rejeté par toute l’Europe et interdit de jouer en Suède. Partout où nous allions, nous avions des rapports tendus avec la presse ». Ces propos de Parfitt démontrent à quel point Status Quo fut rejeté pour cet acte. Le groupe en entier et son management sont sidérés du nombre de lettres envoyé par les fans dénonçant cet acte. La situation est tendue. Afin de se soulager d’une certaine conscience qui semble tirailler le groupe, il est décidé d’abandonner toutes les royalties des concerts et de la vente des disques effectués en Afrique du sud, au profit d’une association d’enfants défavorisés. Avec cet argent, un bus est acheté pour véhiculer ces enfants. Alan Lancaster y va de sa petite phrase : ‘Je suis 100 % contre ça et si j’avais été encore dans le groupe, ça n’aurait, certainement, pas eu lieu’.
Initialement prévue en octobre, la sortie du nouvel album originalement appelé “The fighter” est retardée, le groupe désapprouvant le mixage final et certains titres. Des dissensions voient le jour entre Vertigo et son groupe. Plusieurs titres tels que ‘Lean Machine’, ‘That’s alright’ et ‘The reason we’re saying good bye’ sont rejetés par Phonogram. En effet, l’album précédent ‘In the army now’ et le single du même nom ont amené Status Quo vers des sommets inespérés par la maison de disques. Le nouvel album doit sonner de la même manière, dans le même esprit. Alors exit, les morceaux catalogués ‘trop vieux Quo’. C’est aussi simple que ça ! Phonogram impose même au Quo d’enregistrer une reprise terne, bien dans l’esprit de ‘In the army now’, ‘I know you’re leaving’. Le groupe acquiesse, sans broncher. La maison de disques a sûrement raison et puis, les royalties vont à nouveau, tomber. Le 5 octobre, PRT produit les quatre premiers albums de la période Pye en vinyl, cassettes et compact disques et deux compilations, ‘The early years and Quotations’ et ‘Flipsides , Alternatives ans Oddities’. La première concerne des titres enregistrés par les Spectres et Traffic Jam, entre 1966 et 1967, la seconde par The Status Quo entre 1968 et 1969. A fin de fin pardonner, Status Quo clôture l’année en donnant un concert, le 7 novembre à Apeldoorn au Pays-Bas, en remplacement du festival de Someren. En effet, l'organisation du festival s’est bien naturellement plainte auprès du management de l’annulation, mais le groupe, en bons gentlemen décident de régler la question. Pour ce dernier concert de l’année, toutes les dépenses seront prises à leur charge, les profits envoyés à Someren pour subventionner l’achat des uniformes.
Quelques autres compilations, sans intérêt, voient le jour en fin d’année telle que “The collection” éditée par Castle Communications et regroupant 22 titres de 1968 à 1971.


1. 27/02. Kempten, Mehrzweckhalle Waldenhofen (Allemagne) Première partie : FM
 2. 28/02. Augsburg, Sporthalle (Allemagne) Première partie : FM. botteleg
 3. 01/03. Lucerne, Festhalle (Suisse)
 4. 02/03. Regensburg, Donauhalle (Allemagne) Première partie : FM. bootleg
 5. 04/03. Siegen, Siegerlandhalle (Allemagne) Première partie : FM
 6. 05/03. Kiel, Ostseehalle (Allemagne) Première partie : FM. bootleg
 7. 06/03. Hildesheim, Sporthalle (Allemagne) 5.500. Première partie : FM. Concert arrêté à  Roadhouse Blues’, Rick ayant reçu une décharge électrique de son micro. bootleg
 8. 08/03. Hambourg, Alsterdorfer Sporthalle (Allemagne) Première partie : FM
 9. 09/03. Kaiserslautern, Barbarossahalle (Allemagne) Première partie : FM. bootleg
10. 10/03. Strasbourg, Hall Tivoli (France) 4.000
11. 11/03. Paris, Le Zénith (France) 6.400. bootleg
12. 13/03. Annecy, Parc des expositions (France)
13. 14/03. Nice, Théâtre De Verdure (France) 3.000. bootleg
14. 15/03. Montpellier, Le Zénith (France) 4.300. bootleg
15. 16/03. Toulouse, Gymnase Compas Cafarelli (France) 4.000. bootleg
16. 18/03. Lyon, Bourse du Travail (France) 1.800
17. 19/03. Lille, Salle Espace (France)
18. 20/03. Pétange, Centre Sportif (Luxembourg) Première partie : FM
19. 21/03. Reims, Chapiteau Parc Léo Lagrange (France) 1.500. Première partie : FM
20. 22/03. Clermont Ferrand, Maison des Sports (France) 5.000. bootleg
21. 25/03. Al Manamah, Holiday Inn (Bahrein)
22. 26/03. Muscat, Plein air (Oman)
23. 28/03. Dubai, Al Nasr Leisureland (Emirats arabes unis)
24. 29/03. Abu Dhabi (Émirats-Arabes Unis). Annulé après deux morceaux. Pluie abondante provoquant une panne de matériel.                                          
25. 07/07. Zwettl, Stadtplat (Autriche) bootleg
26. 08/07. Vienne, Donauinsel (Autriche) bootleg
27. 10/07. Wels, Messegelandel (Autriche) bootleg
28. 11/07. Dinkelsbühl, Inselwiese (Allemagne) En compagnie de Blue Oyster Cult, Bad Company, Nils Lofgren, Barclay James Harvest et Kansas. bootleg
29. 12/07. Frauenfeld, Out In The Green Festival (Suisse) bootleg. En compagnie de Marillion, Jimmy Cliff, Blue Oyster Cult, Barclay James Harvest, Magnum, Nils Lofgren.
30. 14/07. Berlin, Treptower Park (Allemagne) En compagnie de Barclay James Harvest, Nils Lofgren, Bad Company, Blue Oyster Cult et Kansas.
31. 15/07. Velden, Zentral-Park (Autriche) bootleg
32. 16/07. Graz, Schlossberg (Autriche) bootleg
33. 18/07. Paderborn, Schlossneuhaus (Allemagne) ‘Out in the Green 87’ avec Barclay James Harvest, Kansas et Emerson, Lake & Palmer. bootleg
34. 19/07. Babenhausen, Festival (Allemagne)
35. 21/07. Nyon, Paleo Festival (Suisse) 70.000. En compagnie des Beach Boys, Chuck Berry, The Blow Monkeys, Kid Créole & the Coconuts et The Pogues. bootleg
36. 23/07. Barcelone, stade Espanol (Espagne) bootleg
37. 24/07. Valence, stade San Jose  (Espagne) bootleg
38. 01/08. Madrid, Stade Rayo Vallecano (Espagne) Status Quo est intégré au festival suite aux défections de Saxon et de Twister Sister.
39. 09/08. Cork, Siamsa Cois Lee Festival (Irlande) 44.000. bootleg
40. 12/08. Madrid, T.V. Show (Espagne)
41. 21/08. Stockholm, Isstadion (Suède) bootleg
42. 22/08. Oslo, Valle Hovin Stadium (Norvège) 25.000. En compagnie de Deep Purple. Filmé. bootleg
43. 24/08. Helsinki, Ishallen (Finlande)
     27/08. Someren, Parc de Diepsteeckel (Pays-Bas) annulé pour raison climatique.
44. 29/08. Reading, Plein air (Angleterre) Seul concert anglais de l’année. En compagnie de Magnum, Georgia Satellites, Bad News et Lee Aaron. bootleg
45. 03/10. Sun City, Superbowl (Afrique du sud)
46. 04/10. Sun City, Superbowl (Afrique du sud)
47. 09/10. Sun City, Superbowl (Afrique du sud)
48. 10/10. Sun City, Superbowl (Afrique du sud)
49. 10/10. Sun City, Superbowl (Afrique du sud) Deux concerts le même jour.
50. 11/10. Sun City, Superbowl (Afrique du sud)
51. 07/11. Apeldoorn, De Erica Centrum (Pays-Bas) 6.000. Première partie : Whoom. bootleg


Morceaux joués en 1987 : Whatever you want, Paper plane, Roll over lay down, Dreamin, Little lady, Mystery song Medley, Hold you back, Dirty water, In the army now, Don’t drive my car, Rockin all over the world, Don´t waste my time, Roadhouse blues, Caroline, Rain, Down down, Bye bye Johnny.


Dernière édition par Eric le Dim 26 Mar - 18:03, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Marie
Admin
avatar

Nombre de messages : 15135
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 61
Localisation : Meuse (55)

MessageSujet: Re: 1987 remasterisé   Dim 19 Mar - 10:16

18 Juillet, Paderborn, filmé par la TV. Excellent.
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Marie
Admin
avatar

Nombre de messages : 15135
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 61
Localisation : Meuse (55)

MessageSujet: Re: 1987 remasterisé   Dim 19 Mar - 10:17

Il y a encore du potentiel à ressortir en dvd. On en a encore pour quelques années ! ban3 ban3
Revenir en haut Aller en bas
Eric

avatar

Nombre de messages : 2150
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: Re: 1987 remasterisé   Dim 19 Mar - 11:20

Jean-Marie a écrit:
18 Juillet, Paderborn, filmé par la TV. Excellent.

Je pencherais plutôt pour le 'Out In The Green' Festival de Dinkelsbühl, le 5 juillet 1986. Tu crois pas, JM ?
Revenir en haut Aller en bas
Patrick
Admin
avatar

Nombre de messages : 185828
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 54
Localisation : Moselle 57

MessageSujet: Re: 1987 remasterisé   Dim 19 Mar - 13:28

top3

_________________
Même si l'on sait où l'on va, il est bon quelques fois de se voir rappeler qu'on est dans la bonne direction...
Revenir en haut Aller en bas
http://patquo.buygoo.net/
Jean-Marie
Admin
avatar

Nombre de messages : 15135
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 61
Localisation : Meuse (55)

MessageSujet: Re: 1987 remasterisé   Dim 19 Mar - 13:37

Eric a écrit:
Jean-Marie a écrit:
18 Juillet, Paderborn, filmé par la TV. Excellent.

Je pencherais plutôt pour  le 'Out In The Green' Festival de Dinkelsbühl, le 5 juillet 1986. Tu crois pas, JM ?

C'était un test Laughing .

Oui, bien sûr. J'ai confondu avec un boot...
Revenir en haut Aller en bas
Eric

avatar

Nombre de messages : 2150
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: Re: 1987 remasterisé   Dim 19 Mar - 13:50

Jean-Marie a écrit:
Eric a écrit:
Jean-Marie a écrit:
18 Juillet, Paderborn, filmé par la TV. Excellent.

Je pencherais plutôt pour  le 'Out In The Green' Festival de Dinkelsbühl, le 5 juillet 1986. Tu crois pas, JM ?

C'était un test Laughing .

Oui, bien sûr. J'ai confondu avec un boot...

yeahhh
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 1987 remasterisé   

Revenir en haut Aller en bas
 
1987 remasterisé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» UDO Animal House (1987)
» Photos de Marcel Huckel - Ravensburg 5 décembre 1987
» Photos de Jan Slob - Utrecht, 10 novembre 1987
» Van Morrison - TB Sheets Remasterisé
» ROCK'N' ROLL NIGHTMARE (1987)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Status Quo le forum francophone :: STATUS QUO :: L'histoire du groupe-
Sauter vers: