Forum francophone dédié au groupe Status Quo
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 1981 remasterisé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eric

avatar

Nombre de messages : 2150
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: 1981 remasterisé   Jeu 9 Mar - 20:49

Status Quo est au programme du Top of the Pops du 1er janvier. C’est bien évidemment ‘What you’re proposing’ qui est interprété. Pourtant, le single vient de disparaître des Charts après s’être vendu à 314,000 exemplaires rien qu’en Grande-Bretagne. L’album ‘Just supposin’ est, quant à lui, encore solidement ancré, dans le classement des ventes, puisqu’il est classé n°28, dans cette première semaine de l’année. En 1981, Rick Parfitt se remet difficilement du décès de sa fille Heïdi. Il admet aux autres membres du groupe qu’une tournée peut l’aider à sortir de la douleur qui le tenaille depuis la disparition de sa petite fille. ‘Le début des années 80 fut un véritable cauchemar pour moi. Pourtant, nous tournions beaucoup, écrivions beaucoup, passions du temps en studio mais ma vie personnelle était une catastrophe. Depuis la mort d’Heïdi, je prenais plus de drogue, je buvais de plus en plus et avait pris beaucoup de poids. Puis, Marietta m’a demandé le divorce alors j’ai réalisé que je l’aimais et lui ai demandé de me donner une seconde chance ce qu’elle a refusé. Elle a entamé la procédure et j’ai fini par lui laisser la maison et le studio. Je suis parti vivre dans une maisonnette. C’était vraiment sinistre.’ avoue le guitariste. Parfitt essaie d’expliquer sa prise de poids par l’inactivité du groupe et la bonne cuisine de Marietta. Pendant ce temps, Bob Young, le tour manager qui a quitté Quo, l’année précédente, est remplacé par Iain Jones. Sans le savoir, c’est un véritable coup dur pour le groupe. Depuis plus de dix ans, Young était plus qu’un tour manager, c’était l’ami, le confident, celui qui était attaché aux quatre membres, celui qui, en tournée savait être le médiateur en cas de coup dur. L’esprit de groupe qui unissait Status Quo disparaît en même temps que le départ de Young. Parallèlement, le management du groupe se heurte à une demande incroyable de tickets pour la future tournée. Au mois de janvier, quelques concerts sont rajoutés et à la mi-février, tous les concerts anglais sont sold-out. Vertigo profite de cette période propice pour mettre sur le marché anglais, une cassette intitulée ‘The music of Status Quo-Vol.1’. C’est en fait une compilation de douze titres tirés des albums ‘Piledriver’, ‘Hello’ et ‘Quo’.
Le single ‘Lies/Don’t drive my car’  est n°11 le 17 janvier et le 28 février, c’est le simple  ‘Something’bout you baby I like’  qui entre dans les Charts anglais, à une belle 19ième place. Il est présenté au Top of the Pops du 26 février. La semaine suivante, il se classe n°9 et reste deux semaines à ce niveau. Au niveau européen, ce nouveau single remplit également son contrat. Il entre, dans le top 10 suisse, le 22 mars où il séjourne cinq semaines culminant à la 10ième place, le 5 avril. Cependant, il n’est que n°49 en Allemagne et n°37 Aux Pays-Bas. Il s’agit d’une reprise enregistrée sur une suggestion de Francis Rossi. Le 18 mars, ’12 Gold bars’ est proclamé disque de platine en Angleterre, alors que ‘Just supposin’ effectue sa rentrée, pour une semaine, à la 71ième place. Deux jours plus tard, Le 20, sort l’album " Never too late " qui sera n°2 le 28. Sa présence dans les Charts s’achèvera 13 semaines plus tard seulement. Pourtant, il fut enregistré dans le même temps que ‘Just supposin’, dans des conditions aussi difficiles. Il comporte de bons titres comme les deux compositions de Lancaster, ‘Mountain lady’ et ‘Don’t stop me now’ laquelle est co-écrite par Andy Bown qui signe avec Parfitt, le superbe ‘Take me away’. Le tandem Rossi-Frost signant également quelques bons morceaux, ‘Never too late’ est un album compact, peut-être le dernier produit par le groupe avant plusieurs années. Néanmoins, c’est Francis Rossi, seul qui assure la partie vocaux, du jamais vu depuis que le groupe a du succès. ‘Mountain lady’ est un titre mélodieux et Rossi l’interprète d’une façon légèrement différente de ce que j’aurais souhaité. Mais ce titre, tout comme ‘The wild ones’, pouvait être un single et c’est pour cette raison que j’ai laissé Rossi le chanter. C’était néanmoins, assez difficile. Nous avions des styles assez différents. Rossi était très pop, Parfitt plus cabaret et moi plus rock. Pas rock’n’roll bien que je fus influencé par Jerry Lee Lewis et d’autres chanteurs de ce genre. Mais, mes plus grandes influences viennent plutôt de Bob Dylan et Chuck Berry. Mais, ensemble, ça fonctionnait. Quand nous écrivions ensemble, ça marchait à merveille mais individuellement, nous étions vraiment différents’ souligne Lancaster. Sentant que l’entente au sein du groupe n’était plus au beau fixe et craignant une séparation probable, Vertigo sort ‘Never too late’ au mois de mars 1981 soit seulement six mois après ‘Just supposin’. La maison de disque sent bien qu’il n’y aura, vraisemblablement, pas de 33 tours, cette année, si elle ne ressort pas des tiroirs, les dix titres que le groupe a mis en boîte avec ceux de ‘Just supposin’. Une des raisons, parmi tant d’autres, est, réellement, facile à trouver : En cette période, les musiciens semblent à mille lieux de leur groupe. Rossi est beaucoup moins concerné par Status Quo, Parfitt a perdu, on le serait à moins, toute inspiration musicale et ne semble plus en mesure de composer de grands hits, comme par le passé, à la fois si proche et si lointain. Quand à Lancaster, après avoir, pourtant, formé un duo de compositeurs remarquable avec Parfitt , il s’est fourvoyé, au cours de ces dernières années avec une multitude de coéquipiers et n’a jamais été en mesure de composer le titre qui le fera littéralement exploser. Vertigo savait que ‘Never too late’ serait alors promotionné par le groupe lors de la tournée récemment mise sur pied. Aussi, le single ‘Something ‘bout you baby I like’ est ajouté à la set-list. L’année s’annonce chargée pour Status Quo, réclamé à cor et à cris par les fans, l’année précédente ayant été vierge de tout concert. Afin de donner à leurs fans des concerts parfaits, Francis, Rick, Alan et John répètent intensément, d’abord au studio Nomis de Londres puis au théatre Odéon, à Kilburn, dans la banlieue nord de Londres. Mais, l’ambiance est pesante pour les cinq musiciens confinés dans ces lieux. Lors de ces répétitions, Lancaster confie, lors d’une interview, qu’il aimerait interpréter des medleys sur scène. Ce ne sera pas pour cette fois. Avant de démarrer ce tour, une rumeur circule par laquelle un disque live devrait être enregistré pendant cette tournée. Ce ne sera pas pour cette fois non plus. Le groupe entame le 6 mars, son énorme tournée européenne qui se terminera le 3 juin. Ce tour est difficile, effectué dans une ambiance pesante. Le problème d’alcoolisme de Coghlan est un véritable boulet pour le groupe. Il est aisé de constater qu’après la dernière tournée de 1979, John a pris beaucoup de poids. Physiquement, il éprouve quelques difficultés à suivre le rythme. A chaque concert, il a une pinte de bière, constamment remplie par un roadie, située à proximité de sa batterie. Il lui arrive de s’enfermer dans sa chambre d’hôtel, pendant des heures, les autres l’attendant pour partir au soundcheks ou aux concerts, ne sachant pas trop si leur batteur sera en état de jouer. Tour à tour, Rossi, Parfitt, Lancaster, Bown ou encore le management essaient de le raisonner. De temps à autres, John promet de faire un effort mais, le jour suivant, sous l’emprise de l’alcool, il redevient lui-même. ‘A cette époque, nous aurions peut-être du l’envoyer en cure de désintoxication ou alors consulter mais nous étions tous occupés à résoudre nos propres problèmes. Le fait qu’il était un buveur invétéré le confortait dans son isolationnisme’ estime Rossi. Rossi et Parfitt n’ont jamais consommé autant de produits illicites et le groupe peine à se mettre en marche. Francis joue plus par obligation que par plaisir. Mais le tour tant attendu est là. ‘Pour être honnête, nous voulions savoir si nous étions encore capable de jouer ensemble mais il y avait un autre problème, c’était de savoir comment bourrer les nouveaux titres dans une set-list de deux heures et savoir lesquels mettre de côté’ souligne Lancaster. ‘Whatever you want’, ‘What you’re proposing’, ‘Rock’n’roll’ et ‘Something’bout you baby I like’ sont intégrés à la set-list. Lors de cette tournée, le Quo donne ses premiers concerts au Portugal et orne la couverture de plusieurs magazines spécialisés tels que ‘El Gran Musical’ en Espagne, ‘Ciao 2001’ en Italie ou encore ‘Hitkrant’ aux Pays-Bas. Cette tournée est également l’occasion pour le groupe de recevoir, dans pratiquement tous les pays visités des disques d’or pour ‘Whatever you want’ , ‘Just supposin’ et ’12 gold bars.
Le 10 avril, alors que le groupe fait un break d’une journée lors de la partie allemande, ‘Something bout you baby I like’ entame sa 7ième et dernière semaine de présence dans les Charts anglais, à la 54ième place. Plusieurs anecdotes sont à signaler pendant ce tour tandis que Pye édite son énième compilation nommé ‘Spotlight On’. En effet, le 26 avril, le concert de Rome s’arrête alors que le groupe interprète ‘Roadhouse blues’. Un spectateur peu responsable lança sur la scène une serviette enflammée bourrée de papier, cette dernière atteignant Parfitt de plein fouet. Tandis que les roadies se précipitèrent sur scène autant pour protéger le groupe que pour éteindre le début d’incendie, Alan Lancaster, fou de rage, empoigna sa basse pour frapper l’auteur du jet mais finalement, aveuglé par la colère, il frappa un photographe, placé malheureusement pour lui, au mauvais endroit. Le groupe quitta alors la scène pour ne plus revenir. Huit concerts seront distillés à travers l’Italie. Le groupe n’y sera jamais réellement reconnu. A ce jour, seulement quatre singles ont rencontré un faible succès (Paper plane, Whatever you want, What you’re proposing et Something’bout you baby I like’. Même si l’album ‘Whatever you want’ fut disque d’or, l’année précédente, ce ne fut que feu de paille ! Pourtant, avant le concert de Rome, une séance de dédicaces fut organisé dans un magasin de la capitale italienne où se rendit une foule considérable ce qui ne manqua pas de contrarier Coghlan qui menaça de partir. Il faudra tout le savoir-faire de Johnson pour éviter le départ du batteur. Il faudra attendre vingt-trois longues années pour revoir Status Quo fouler une scène italienne. Du 25 mai au 3 juin, les concerts que le management s’est vu dans l’obligation de rajouter, sont donnés. Malheureusement, les premières dates voient un Rick Parfitt atteint d’une infection de la gorge et sa voix est fortement diminuée. C’est principalement Lancaster qui le seconde au chant. Le 30 mai à Chester, Rick Parfitt est dans l’impossibilité totale de chanter. Il se contente de jouer de la guitare, Rossi et Lancaster palliant son absence vocale. Le 3 juin, au Gaumont Théâtre de Southampton, Status Quo donne son dernier concert avec John Coghlan à la batterie. En effet, l’entente au sein du groupe s’est largement détériorée au cours de cette tournée  et il est évident que John ait de plus en plus de mal à supporter la pression. De plus, il sait qu’il est relégué au second plan. "Il était complètement ignoré par notre management " avouera plus tard Lancaster qui regrettera son départ. Son entente avec les autres membres (surtout avec Francis) se dégrade. La rupture semble alors inévitable. " Il en avait mare depuis longtemps et nous disait toujours qu’il avait envie de laisser tomber et un jour, il l’a fait " précise Francis. Mais plus tard, il ajoutera : " John n’en avait plus rien à foutre du groupe, c’était devenu un véritable connard qui arrivait souvent bourré aux enregistrements et aux concerts ". Coghlan se montrera toujours très discret sur son départ et sur ses problèmes au sein du groupe. Dans un aéroport français, lors de la tournée, alors que le groupe attend son avion, Rossi et Parfitt évoquent la lassitude qu’ils éprouvent et la fin prochaine du groupe sentant qu’ils ne pourront plus continuer longtemps ainsi. Rossi pense tenter une aventure en solo prétextant qu’il a toutes les chances de réussir de par sa position au sein de Status Quo. Pour Rick, effectivement Francis était le numéro 1 auprès des fans et, de son côté, il en avait assez de n’être que le numéro 2. Est-ce cette addition de petits faits qui fait que, pourtant évoqué à la fin de l’année 1980, par Alan Lancaster, le retour du Quo en Australie et au Japon pour deux tournées, cette année, est finalement annulé. Pourtant, Status Quo reçoit, le 26 juin, la Clef d’Argent de Music Thérapy qui témoigne de leur vente massive de disques. En effet, à ce stade, les rois du boogie ont accumulé plus de 90 disques d’or, d’argent et de platine. Plus de 4.500.000 singles et 3.000.000 albums ont été vendus, rien qu’en Angleterre, depuis 1972. On estime les ventes mondiales, à cette époque, à 35 millions d’unités. Le 22 août, ’12 gold bars’ effectue sa rentrée dans les Charts, à la 96ième place. Il n’y restera néanmoins qu’une semaine, sa dernière, fêtant du coup ses 400.000 exemplaires écoulés. C’est la charmante Paméla Stephenson, animatrice de l’émission ’Not the Nine O’Clock News’ qui remet pas moins de six distinctions (or et platine) pour les albums  ‘Whatever you want’, ‘Just supposin’, ’Never too late’, ’12 gold bars’ et pour les singles ‘What you’re proposing’, ’Lies’ et  ‘Whatever you want’. Puis, le groupe fait un large break. Chaque membre prend quelques mois de vacances bien mérités en attendant l’enregistrement du prochain album. La tournée ‘Never too late’ a été difficile que ce soit au point de vue relationnel, émotionnel ou encore physique et le groupe doit se ressourcer. Pendant cette période d’inactivité, Rick Parfitt et Roger Taylor, lors d’une discussion, émettent l’idée d’utiliser le studio Mountain (l’un des meilleurs du monde) appartenant à Queen pour le prochain album de Status Quo.
En cette année 1981, les dissensions, les désaccords et la mauvaise entente ne font que s’aggraver et cette mini-période d’éloignement ne peut être que bénéfique. Le 10 octobre, " Fresh Quota ", un mini-album édité par Pye et regroupant 4 titres de 1969, atteint la 74ième place des Charts albums.
En novembre, après plusieurs mois de séparation, Francis, Rick, Alan, John et Andy se retrouvent dans les studios de Montreux en Suisse pour y enregistrer leur prochain album " 1+9+8+2 ". Juste avant, le groupe a pris soins d’enregistrer pour Top of the Pops, le titre ‘Rock’n’roll’ qui semble promis au plus bel avenir. C’est là, la toute dernière apparition de John Coghlan avec Status Quo. Chacun s’y rend, de son côté, individuellement, seul. Terminé l’époque où le groupe se rendait sur le lieu d’enregistrement, ensemble, amicalement. Néanmoins, tout ce petit monde s’est donné rendez-vous, le même jour. A leur arrivée, les quatre stars de Queen, propriétaires, leur font visiter le studio avant de les emmener dîner dans un restaurant mexicain où Status Quo établira sa cantine. L’hôtel qui est réquisitionné est l’Eden-au-lac, 4 étoiles. C’est le fleuron de l’architecture victorienne situé sur la Riviera suisse. Le tarif pour une nuit est d’environ 80 euros soit pratiquement le salaire hebdomadaire d’un smicard français. Un super restaurant, un super hôtel, un super studio, une superbe région, tout est fait pour que le groupe se sente vraiment bien. Il serait exagéré de dire que les quatre musiciens sont heureux de partager à nouveau l’espace réduit d’un studio. Personne n’a oublié les difficiles enregistrements des deux albums précédents. D’après les dires de Johnson, c’est un Coghlan d’une humeur exécrable qui se rend, en Suisse. Chose importante également, pour la première fois, Bob Young est absent d’une séance d’enregistrement et il n’est plus là pour canaliser les fougues de chacun des membres, surtout celles de John. Alan Lancaster, ayant catégoriquement refusé, après discussion, que l’album soit produit par Pip Williams, c’est le groupe, lui-même qui produit l’album. Mais est-ce possible dans cet univers où tout est prétexte à querelle ? De plus, les nouveaux morceaux que déballent les compositeurs du groupe, n’incitent pas à une résurrection. Pourtant, il faut être là, présent, car l’année suivante annonce le 20ième anniversaire du groupe et il ne faut pas se louper. La première journée est consacrée à l’installation du matériel, à l’apprivoisement du studio. De sommaires répétitions voient le jour car le groupe n’a plus joué ensemble depuis le mois de juin. L’ambiance est lourde, peu conviviale. Le lendemain, le groupe commence à jouer et répéter les futurs morceaux. Personne ne semble vraiment satisfait des nouveaux morceaux. L’ingénieur du son, Dave Richards, vient de faire l’acquisition, à prix d’or d’un nouveau matériel permettant un son de meilleure qualité. Il prévient tout le monde de bien faire attention à ce nouveau matériel placé derrière une porte faute de place. Tout le monde y prend garde sauf Coghlan qui cogna la porte dessus en hurlant que ce n’était pas sa place d’être là. Iain Jones est là et surveille de son œil aiguisé le début de l’enregistrement. Sa présence impose à Status Quo une autre forme de discipline. Bien sûr, les dissensions n’ont pas disparu, Coghlan se montrant réticent à enregistrer le type de matériel proposé. De plus, il semble que John soit peu satisfait du son de la batterie. Pour lui, tout est motif de critique, que ce soit sur le style musical ou bien le matériel employé. L’heure de midi arrive et Status Quo prend un repas bien arrosé dans un restaurant mexicain local où il paraît que Coghlan ait initié Rossi à la Marguerita. ‘Au coin de la rue où se trouve le studio, il y a un restaurant mexicain où nous allons manger très souvent. Il y sévit, d’ailleurs un duo acoustique qui chante en espagnol dont le matériel est vraiment sympathique’ souligne Rossi. Mais, ce sont des musiciens passablement éméchés qui regagnent le studio et, dans l’après-midi, John Coghlan éclate. La raison ? Il est évident que les nouveaux arrangements et le style de musique de l’album lui déplaisent, lui, qui préfère le style plus heavy. Se sentant de plus en plus mal à l’aise au sein du groupe, Coghlan est poussé par Rossi et le management à quitter Status Quo. John explique son départ de la façon suivante : " Francis avait une énorme emprise sur moi. Je me souviens avoir été dans le studio, fatigué et émotif. J’avais peut-être abusé de l’alcool et je n’étais pas en accord avec moi-même. Je n’arrivais pas à en découdre avec un morceau, je n’arrivais pas à trouver les arrangements. J’ai alors balancé ma batterie au travers de la pièce et suis sorti du studio. Les autres ont eu une réunion dans mon dos et Iain Jones est venu dans ma chambre pour me prévenir qu’ils avaient décidé de continuer avec une boite à rythme.  Je lui ai répondu que c’était stupide mais il m’a répondu qu’ils voulaient vraiment essayer. Personne du groupe n’est venu me voir alors je suis rentré en Angleterre dès le lendemain. Il est néanmoins raccompagné à l’aéroport par une représentante de la maison de disques, le technicien de la batterie et Iain Jones. Dans l’avion qui me ramenait à Londres, une étrange idée m’a traversé l’esprit. Je me suis dis que je n’aurais plus à jouer Forty five hundred times … ”.  Prévenus par le reste du groupe, Colin Johnson et Alan Crux accueillent Coghlan à l’aéroport Heathrow de Londres. Les deux managers, inquiets de la situation, veulent connaître la cause du départ du batteur. ‘Je leur ai simplement dit que j’en avais assez’ confie Coghlan qui prit, dans la foulée, un autre avion en direction de l’île de Man pour rentrer chez lui. ‘Je n’ai pas touché à une batterie pendant environ un an’ renchérit-il. Sur quel morceau John Coghlan a t-il perdu de sa superbe ? Nous ne le serons sans doute jamais mais l’atmosphère tendu du studio eu finalement raison du batteur perturbé. ‘Nous ne voulions pas que John nous quitte mais quand il le fît, le soulagement fut immense’ se souvient Rossi. Lancaster, avec le recul, eut l’impression d’une espèce de conspiration contre John. Il considéra le dérapage de Coghlan comme une engueulade de plus, un désaccord dont le groupe devenait de plus en plus coutumier, une querelle qui devient inévitable lorsque les gens passent un temps incroyable ensemble et ce, sous une pression inimaginable. ‘Sur l’instant, John n’a pas dit qu’il quittait le groupe mais juste la session’ déclara t-il. Bob Young, lequel ne croyant pas à une conspiration, ‘Pete Kircher n’était pas assis chez lui où à l’aéroport attendant le coup de téléphone’, regrettera de n’avoir pas été sur place. ‘En tournée, j’étais toujours là pour le remettre dans le droit chemin mais là, je n’étais pas là’. Dans l’urgence, il fût fait appel à Pete Kircher qui rappliqua dès le lendemain. Kircher n’est pas un inconnu pour Status Quo puisqu’il a assuré en 1976, sa première partie avec son groupe Shanghaï. Cependant, Pete n’est engagé que temporairement et uniquement pour faire cet album. Il a d’ailleurs, quelques mois avant, décidé de mettre un terme à sa carrière musicale et de se retirer de ce monde où il ne paraît pas à son aise. Lorsqu’il se présente en Suisse, il n’a pas donné un coup de baguette depuis belle lurette mais, après quelques brèves répétitions, il trouve sa place au sein du groupe. ‘Le soir, nous avons téléphoné pour avoir un autre batteur. Ce fut Pete Kircher. Pete était un gars très bien, très tranquille. Sa passion dans la vie était l’observation des oiseaux ce qui peut paraître un étrange hobby pour un batteur de rock. Il s’accordait bien avec nous et était heureux de travailler avec Status Quo.’ explique Francis. ‘Je suis complètement K.O. Je suis un fan de Status Quo depuis plusieurs années. Tout ce que je peux dire, c’est que c’est très réjouissant. Pourtant, lorsque j’ai reçu l’appel téléphonique, j’étais hors de conditions mais dès que j’ai commencé à jouer, je me suis bien senti’ confie le successeur de Coghlan. C’est dans ces conditions quelques peu spéciales que commence l’enregistrement du futur album de Status Quo pour lequel toute la fin d’année est consacrée. Le premier jour d’enregistrement est assez difficile pour Kircher qui n’est pas physiquement au point. Il se réveillera le lendemain matin avec quelques ampoules dans les mains. Néanmoins, toutes ces péripéties n’empêchent pas le single " Rock’n’roll ", sorti le 20 novembre, d’entrer dans les Charts, la semaine suivante à la 42ième place. Sa progression est constante jusqu’à ce qu’il culmine à la huitième place, le 26 décembre. ‘Je ne voulais pas réellement faire ‘Rock’n’roll’ avec Status Quo’ avoue Rossi. Le single fait une énorme sensation en Irlande où il se classe à la 3ième place. Au même moment, Pye sort un disque composé de ‘Mean girl’ et ‘In my chair’, dans l’indifférence générale. La presse anglaise informe rapidement ses lecteurs du départ de Coghlan mais la cause de la défection du batteur est cachée. Le management du groupe et John, lui même, annoncent que son retrait s’est passé sans amertume ni rancœur et que son entente avec les autres n’est pas remise en cause. ‘Je suis triste de quitter Status Quo mais tout doit avoir une fin. Ca faisait vingt ans que j’étais avec Status Quo à jouer la même musique. J’ai eu envie de faire autre chose, c’est tout’ affirme t-il. Cependant, il revient, à nouveau, sur son départ et laisse entendre quelques regrets. ‘Quelqu’un aurait du prendre le contrôle et stopper la session. Nous aurions été de nouveau ensemble le lendemain matin. Mais, ils n’ont pas voulu ça. Alan Lancaster a suggéré de laisser tomber et d’attendre le lendemain pour recommencer. J’ai alors découvert que Pete Kircher était déjà dans l’avion pour terminer les sessions’. Pendant ce temps, la maison de disques fait ses calculs.



1. 06/03. St. Austell, Coliseum (Angleterre). 5.000. Deux des plus gros hits (‘Whatever you want’ et ‘Just supposin’’ sont, pour la première fois, joués. bootleg
  2. 07/03. St. Austell, Coliseum (Angleterre) 5.000. bootleg
      09/03. Birmingham, NEC Arena (Angleterre) annulé, reporté au 20.03.
      10/03. Birmingham, NEC Arena (Angleterre) annulé, reporté au 21.03.
  3. 11/03. Londres, Hammersmith Odeon (Angleterre) 3.500. date ajoutée pour satisfaire la demande.
  4. 12/03. Londres, Hammersmith Odeon (Angleterre) 3.500. date ajoutée pour satisfaire la demande. bootleg
  5. 13/03. Londres, Hammersmith Odeon (Angleterre) 3.500 bootleg
  6. 14/03. Londres, Hammersmith Odeon (Angleterre) 3.500 bootleg
  7. 15/03. Manchester, Apollo Theatre (Angleterre) 2.700
  8. 16/03. Manchester, Apollo Theatre (Angleterre) 2.700. bootleg
  9. 18/03. Glasgow, Apollo Theatre (Ecosse) 4.000 bootleg
10. 19/03. Glasgow, Apollo Theatre (Ecosse) 4.000 bootleg
11. 20/03. Birmingham, NEC Arena (Angleterre) 11.000
12. 21/03. Birmingham, NEC Arena (Angleterre) 11.000
13. 22/03. Birmingham, NEC Arena (Angleterre) 11.000. Concert rajouté à cause d’une demande énorme.
14. 24/03. Rouen, Chapiteau Parc Expositions (France) 2.000. Remise des disques d’or pour ‘Whatever you want’ et ‘Just supposin’’. ‘Rock’n’ roll’ est enlevé de la set-list.
15. 25.03. Le Mans, La Rotonde (France) 2.000 bootleg. Panne de courant pendant ’Little lady’
      26/03. Lille, palais des sports (France) annulé, reporté au 23.05.1981
16. 27/03.Bruxelles, Forest National (Belgique) 6.500.
17. 28/03.Rotterdam, Ahoy Hall (Pays-Bas) 12.000 bootleg
18. 29/03.Dortmund, Westfalenhalle (Allemagne)
19. 30/03.Düsseldorf, Philipshalle (Allemagne) 7.000
20. 01/04. Münster, Munsterlandhalle (Allemagne)
21. 03/04. Drammen, Drammenshallen (Norvège) bootleg
22. 04/04. Stockholm, Isstadion (Suède) 6.500. bootleg
23. 05/04. Copenhague, Falkoner Theatre (Danemark) 2.100
24. 07/04. Hambourg, Ernst-Merck-Halle (Allemagne)
25. 08/04. Hanovre, Niedersachsenhalle (Allemagne)
26. 09/04. Brême, Stadthalle (Allemagne)
      11/04. Kassel, Eissporthalle (Allemagne) annulé, Rossi souffrant de la gorge
27. 12/04. Crailsheim, Sporthalle (Allemagne)
28. 13/04. Nüreimberg, Hemmerleinhalle (Allemagne)
29. 14/04. Ludwigshafen, Friedrich-Ebert-Halle (Allemagne)
30. 15/04. Munich, Olympiahalle (Allemagne) 11.400
31. 16/04. Sindelfingen, Messehalle (Allemagne)
32. 18/04. Rüsselsheim, Walter-Kobel-Halle (Allemagne)
33. 19/04. Saarbrück, Saarlandhalle (Allemagne) bootleg
34. 20/04. Fribourg, Stadthalle (Allemagne)
35. 22/04. Ortisei, Palazzo del Ghiaccio (Italie)
36. 23/04. Bologne, Palasport (Italie)
37. 24/04. San Remo, Football Stadium (Italie)
38. 26/04. Rome, Palasport (Italie) 5.000. Concert écourté , Parfitt ayant été atteint par une serviette enflammée lancée par un spectateur.
39. 27/04. Udine, Palasport (Italie) 4.500 times dure 24 minutes. bootleg
40. 28/04. Mestre, Palasport (Italie)
41. 29/04. Turin, Palasport (Italie) bootleg
42. 30/04. Cantu, Palasport (Italie) bootleg
43. 02/05. Winterthur, Eulachhalle (Suisse) 2.300. bootleg
44. 03/05. Lausanne, Théâtre de Beaulieu (Suisse) 1.810.
45. 04/05. St Laurent du Var, Esplanade du Front de mer (France)
46. 05/05. Marseille, Parc Chanot (France) 4.000
47. 06/05. Barcelone, Palacio Deportivo (Espagne)
48. 07/05. Valence, pavillion sportivo (Espagne)
49. 08/05. Madrid, Pabellon Deportivo (Espagne) bootleg
50. 10/05. Cascais, Pavilhao Dramatico (Portugal) Premier concert au Portugal.
51. 11/05. Porto,Pavilhao do infante de Sagres (Portugal)
52. 14/05. Colomiers, Hall Comminges (France)
53. 15/05. Bordeaux, Parc des expositions (France)
54. 16/05. Nantes, Parc de La Beaujoire (France) bootleg
55. 18/05. Paris, Hippodrome de Pantin (France) 7.000. Diffusé dans l’émission  ‘Live’ sur RTL. bootleg
56. 19/05. Grenoble, Alpexpo (France) 4.000
57. 20/05. Dijon, Palais des sports (France)
58. 21/05. Strasbourg, Hall Rhénus (France) 6.000
59. 22/05. Metz, Parc des Expositions (France) 10.000
60. 23/05. Lille, Palais des sports (France)
61. 26/05. Londres, Wembley Arena (Angleterre) 8.000
62. 27/05. Londres, Wembley Arena (Angleterre) 8.000. bootleg
63. 29/05. Bridlington, Spa Pavilion (Angleterre) 3.000.
64. 30/05. Chester, Deeside Leisure Centre (Angleterre) Parfitt est aphone et est incapable de chanter.
65. 31/05. Carlisle, Market Hall (Angleterre) bootleg
66. 02/06. Southampton, Gaumont Theatre (Angleterre)
67. 03/06. Southampton, Gaumont Theatre (Angleterre) Dernier concert de John Coghlan





Morceaux joués en 1981 : Caroline, Roll over lay down, Backwater, Little lady, Don´t drive my car, Whatever you want, Hold you back, Something ´bout you baby I like, Rockin all over the world, Over the edge, What you´re proposing, In my chair, Rock´n roll, Dirty water, 4500 times, Big fat mama, Don´t waste my time, Roadhouse blues, Rain, Down down, Oh Carol, Bye bye Johnny.


Discographie 1981 :

20/02 : Something'bout you baby I like
           n°9 en Angleterre
           n°45 en France
           n°49 en Allemagne
           n°89 en Australie
           n°12 en Autriche
           n°9 en Norvège
           n°15 aux Pays-Bas
           n°10 en Suisse
           n°7 en Irlande
           n°8 en Espagne

20/11 : Rock'n'roll
           n°8 en Angleterre
           n°20 aux Pays-Bas
           n°3 en Irlande


20/03 : Never too late (album)
           n°2 en Angleterre (disque d'or)
           n°20 en France (disque d'or)
           n°12 en Allemagne
           n°5 en Suisse (disque d'or)
           n°14 en Suède
           n°44 en Australie
           n°9 en Autriche
           n°12 en Norvège
           n°15 aux Pays-Bas
           n°6 en Belgique


  /10 : Fresh Quota (compilation)
          n°74 en Angleterre


Dernière édition par Eric le Mar 14 Mar - 16:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
quorreze

avatar

Nombre de messages : 23666
Date d'inscription : 20/08/2007
Age : 51
Localisation : ussel 19

MessageSujet: Re: 1981 remasterisé   Jeu 9 Mar - 22:57

Je vais encore etre a la traine .
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Marie
Admin
avatar

Nombre de messages : 15135
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 61
Localisation : Meuse (55)

MessageSujet: Re: 1981 remasterisé   Ven 10 Mar - 8:35

Moi aussi mais c'est pas grave. J'écoutais hier ce concert d'Udine avec cette version de 25' de 4500 times. J'ai écouté également Stockholm et je ne sais plus lequel des deux dure plus de 2H 20 !
Revenir en haut Aller en bas
figureofeight

avatar

Nombre de messages : 742
Date d'inscription : 14/08/2008
Age : 51
Localisation : st thégonnec

MessageSujet: Re: 1981 remasterisé   Mar 14 Mar - 8:58

Ça y est j'ai rattrapé mon retard. 😉
Revenir en haut Aller en bas
Quolyon



Nombre de messages : 941
Date d'inscription : 24/10/2009
Age : 59
Localisation : LYON

MessageSujet: Re: 1981 remasterisé   Mar 14 Mar - 9:08

pour les 2 dates au PORTUGAL
CASCAIS Pavilhao Dramatico
PORTO Pavilhao do infante de Sagres
(source: forums Portugais)
Revenir en haut Aller en bas
Eric

avatar

Nombre de messages : 2150
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: Re: 1981 remasterisé   Mar 14 Mar - 9:49

Quolyon a écrit:
pour les 2 dates au PORTUGAL
CASCAIS Pavilhao Dramatico
PORTO Pavilhao do infante de Sagres
(source: forums Portugais)

Merci de la rectif, Pierre ! champpion
Revenir en haut Aller en bas
quorreze

avatar

Nombre de messages : 23666
Date d'inscription : 20/08/2007
Age : 51
Localisation : ussel 19

MessageSujet: Re: 1981 remasterisé   Mar 14 Mar - 23:20

Ils ont rejoués au Portugal depuis ?
Revenir en haut Aller en bas
Eric

avatar

Nombre de messages : 2150
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: Re: 1981 remasterisé   Mar 14 Mar - 23:37

quorreze a écrit:
Ils ont rejoués au Portugal depuis ?

Oui, mais pas très souvent ...
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Marie
Admin
avatar

Nombre de messages : 15135
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 61
Localisation : Meuse (55)

MessageSujet: Re: 1981 remasterisé   Mer 15 Mar - 8:11

Une soirée privée chez Joao.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 1981 remasterisé   

Revenir en haut Aller en bas
 
1981 remasterisé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Subject: Stray Cats, Paris 1981 à la télé !
» Van Morrison - TB Sheets Remasterisé
» Meilleur titre 1979 / 1981
» Tattoo You (1981)
» Johnny Live 1981

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Status Quo le forum francophone :: STATUS QUO :: L'histoire du groupe-
Sauter vers: