Forum francophone dédié au groupe Status Quo
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 1978 remasterisé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eric

avatar

Nombre de messages : 2160
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: 1978 remasterisé   Dim 26 Fév - 22:19

Le single ‘Rocking all over the world’ entame l’année 1978, à la 23ième place des Charts anglais. Ca fait déjà douze semaines que le titre est classé mais il figure toujours au top 30. Néanmoins, il finit par sortir des Charts, le 28 janvier. John Fogerty pourra toujours remercier Status Quo pour lui avoir procuré quelques royalties supplémentaires.
Cinq ans maintenant que le groupe croule sous les disques d’or et donne des concerts à guichets fermés. Le succès est bien implanté mais la contrepartie de ce triomphe est que chaque membre fait maintenant le bonheur de son percepteur. Les impôts augmentent dans les mêmes proportions que les appréciables revenus de nos quatre acolytes. L’état leur ponctionne jusqu’à 90% d’une partie de leurs revenus. Alors pour payer beaucoup moins d’impôts, une chose évidente apparaît, c’est résider, sur une année, moins de soixante jours sur le territoire britannique. ‘Ca fera peut-être de nous des millionnaires, j’espère. Mais, c’est une perspective à envisager et si ça devait arriver, je ne m’en sentirais pas coupable car nous travaillons très dur depuis ces années et il me semble que nous pouvons prendre un peu de bon temps, nous relaxer et profiter de notre argent avec nos familles et enfants, sans pour autant s’inquiéter’ souligne Parfitt. Pourtant, Rossi se montre réticent à quitter l’Angleterre. ‘J’étais bouleversé et j’avais dit que je ne voulais pas partir’. Finalement, un peu à contre cœur, Rossi et Parfitt prennent la décision de déserter leur patrie.
Le groupe va donc résider toute l’année hors du territoire britannique (Rossi à Dublin, Parfitt en Allemagne et à Jersey, Coghlan résidant déjà sur l’île de Man et Lancaster en Australie). Cet état de fait accentue les quelques frictions parues l’année précédente. Le groupe n’est plus uni et se retrouve éparpillé aux quatre coins de la planète. Les rapports entre Rossi et Coghlan deviennent alors de plus en plus difficiles comme peuvent le témoigner ces deux anecdotes. Un jour, en visite pour affaires personnelles sur l’île de Man, Rossi refuse de rencontrer Coghlan, lequel est venu lui rendre visite à l’aéroport. ‘J’étais venu le voir à l’aéroport pour l’inviter à prendre un verre à la maison, il m’a juste fait un signe de la main en montant dans l’avion. Etrange comportement’ confie le batteur. Peu de temps après, à Londres, Coghlan, en provenance de l’aéroport demande au chauffeur de Status Quo, de l’emmener chez Rossi, lequel refuse de le recevoir et le prie de partir. Lors d’une interview, Parfitt dévoile quelque peu l’ambiance difficile qui semble régner au sein de la formation. ‘Nous savons qu’il y a de la puissance dans la musique et qu’il y a de la puissance dans la combinaison de quatre personnes. Le groupe est, maintenant, plus gros qu’il ne l’a jamais été et ce, partout en Europe. Nous pouvons rivaliser avec n’importe qui en Europe y compris les Stones. Je n’essaie pas de dire que tout est rose car il existe des problèmes internes. Après 16 années, c’est logique. Nous ne nous entendons plus aussi bien qu’avant et deux d’entre nous se sont même complètement séparés socialement. Nous n’avons plus les mêmes fous rires que nous avions mais tout ceci n’est pas un problème’. Le début de l’année est entièrement consacré à la promotion européenne de l’album “Rocking all over the world” à travers l’Europe. En Angleterre, plus besoin, l’album est déjà certifié disque d’or. Le 6 janvier commence, à Rouen, la partie française de la tournée qui s’achève le 23 à Orléans. A St Etienne, Parfitt provoque un délire indescriptible en revenant pour le rappel vétu d’un maillot vert du club local. C’est aussi çà, Status Quo, une communion entière avec son public. Le 14 janvier, ‘Rocking all over the world’ se classe n°15 dans les Charts suisses où il va séjourner pendant 13 semaines. Sa meilleure place sera n°3 le 4 février et il reste 9 semaines dans le top 10. Le 21 janvier, ‘Rocking all over the world’ entame sa dernière semaine au top singles anglais, à la 43ième place. Puis, Suède, Hollande, Allemagne et Autriche sont visités jusqu’en juin. Après avoir donné deux concerts à Amsterdam les 4 et 5 février et avant d’entamer la partie allemande de la tournée, Status Quo se voit offrir quatre jours de repos salvateurs. On se ressource avant le marathon ! En Allemagne et Autriche, le groupe joue pratiquement soir après soir puisque dix-neuf concerts sont distillés en à peine quatre semaines. Cette immense tournée à succès est pourtant placée sous le signe des premiers désaccords scéniques entre Rick et Francis, ce dernier reprochant à Parfitt, l’ampleur du son dégagé par la guitare rythmique étouffant quelque peu celui de la lead guitare. Francis aimerait que Rick en baisse un peu le son ! Bien sûr, le blond guitariste refuse de s’éxécuter. Parfitt demande à Rossi d’essayer de communiquer avec le public dans la langue du pays visité. Francis s’y oppose catégoriquement. Pas la peine de changer les habitudes ! En Hollande, Francis Rossi est invité pour visiter le nouveau studio de Phonogram à Hilversum, lequel fut, officiellement inauguré le 19 janvier. Il en revient très impressionné notamment par le matériel de mixage. La tournée allemande (18 dates devant plus de 100.000 personnes) est un incroyable succès multipliant, du coup, les ventes d’albums! Pourtant, lors du premier concert à Wolfsbourg un fan trouve la mort, défestré et chutant de près de 10 mètres. Les membres du groupe sont complètement éffondrés. ‘Je ne pouvais croire çà. Quelqu’un a payé pour nous voir à un concert et il a trouvé la mort. Dieu fasse que çà n’arrive plus jamais. Nous étions tous éffondrés et avons fait porter des fleurs à la famille’ avoue Parfitt. C’est à ce moment que la petite Heïdi Parfitt voit le jour. ‘J’étais vraiment déçu de ne pas être là, pour sa naissance. Andy Bown, qui était avec moi, lorsque j’ai reçu l’appel téléphonique, a vu à quel point j’étais bouleversé, est parti dans sa chambre pour revenir une heure après avec une chanson qu’il avait écrite, ‘Rock’n’roll baby blues’. Ce fut un geste tellement beau. Les paroles disaient : Un bon ami est devenu papa, hier. Sa femme a donné naissance à plusieurs milliers de kms et il est tellement bouleversé … Ce fut une des plus belles choses qu’un membre du groupe ait faite pour moi et ça m’avait terriblement touché’ se souvient Rick. Pourtant, la version de Marietta Parfitt semble différente. ‘Lorsque je l’ai appelé pour le prévenir de la naissance d’Heïdi, il était totalement sous l’effet de la drogue. J’ai juste entendu quelques mots bredouillés au téléphone. Mais, j’étais déterminé à vivre mon bonheur d’avoir ce bébé. A l’hôpital, j’étais entouré d’une multitude de bouquets envoyés par des amis mais hélas rien de la part de mon mari. Après une journée ou deux, j’ai décidé de le rappeler et lui ai dit : Je sais que cela t’est égal mais nous avons une charmante petite fille et je ne peux pas comprendre que tu n’aies pas envoyé une carte ou un message. Il me répondit alors que j’avais du recevoir une rose qu’il m’avait fait envoyer. Je me suis alors souvenu qu’effectivement, j’avais reçu une rose mais sans message ni carte’. Le groupe effectue un break en mars, avril et mai afin de mettre en boîte son futur album enregistré à Hilversum en Hollande et toujours produit par Pip Williams. Du 20 mars au 7 avril, le groupe occupe ce nouveau studio pour répéter et enregistrer devenant ainsi le premier groupe anglais à occuper les lieux. Les peintures des murs, à peine sèches et le matériel d’enregistrement encore imbibé de cette espèce de paille servant à les protéger dans les cartons ne vont pas tarder à vieillir au contact du rythme binaire du Quo. Pas de période de rodage pour le matériel, c’est plein pôt et tout de suite ! Même si les sessions se passent dans une bonne ambiance malgré quelques sauts d’humeur de Coghlan qui s’emmerde à mourir dans un studio, un élément nouveau est présent. Francis devient très protecteur avec les titres qu’il a composés. Il a de plus en plus de difficultés à accepter les suggestions d’Alan ou de Rick. Il entend enregistrer les titres comme il l’entend. Après tout, chaque membre doit avoir ses 2,2 morceaux par album donc il est légitime d’imposer le style de ses propres morceaux. Cette période est juste entrecoupée d’un concert à Dusseldorf, le 21 mars et du mariage d’Alan Lancaster, le 29. Pour certains membres du groupe, se rendre à Dusseldorf ne fut pas une mince affaire. En effet, Andy Bown et Alan Lancaster profitent de ce répit pour retourner en Angleterre, le premier pour passer simplement quelques jours en famille, le second pour participer à une audience concernant la garde de son fils. Colin Johnson, également, est de retour à Londres, pour affaire. Mais au moment de repartir en Allemagne, le 10, le vol de British Airway prévu à 16 h 30 décolera trois heures plus tard, et encore si les conditions climatiques le permettent, ce qui fait que les trois hommes ne peuvent pas atterir à Dusseldorf avant 21 heures. De plus, de Dusseldorf à Dortmund, lieu du concert, il y a encore une heure de route. Dans le meilleur des cas, Lancaster, Bown et Johnson ne peuvent être présents avant 22 heures à Dortmund alors que le concert est prévu à 21 heures. De plus, le mauvais temps qui règne sur la Grande-Bretagne n’assure aucunement que le vol aura bien lieu. La situation semble difficile mais Johnson se montre l’homme de la situation. Un jet privé est affrêté jusqu’à Dusseldorf où il atterit à 20 heures 30. Avec l’appui des représentants de Phonogram en Allemagne, un taxi formule 1 est loué ne mettant que 40 minutes de l’’aéroport à la salle de concert. Lancaster et Bown, après un bref passage dans le dressing-room, rejoignent leurs potes sur scène, contentant ainsi les 10.000 spectateurs. ‘Dieu merci’ s’exclame Bob Young ‘Nous aurions du tirer à la courte paille afin de savoir lequel d’entre nous allaient leur dire que le concert était annulé’. Il est fréquent de voir le groupe se rendre au studio en vélo. En plein milieu d’une prise est-ce la violence de la musique produite par Status Quo qui déclencha un terrible orage dont la foudre s’abbatit sur un arbre du jardin arrachant les fils et privant le studio d’électricité pendant quelques jours ? Qu’à cela ne tienne, Amsterdam n’est qu’à trente minutes en voiture et la ville est bien connue des cinq compères comme distributrice de substances illicites en tout genre. Doucement mais surement, la drogue devient un élément incontournable dans la vie mouvementée du groupe. Seul Coghlan s’y refuse mais cet état de fait le marginalise de plus en plus des autres. La drogue et ses effets pervers se matérialisent complètement lorsque Rick achète, pendant la tournée, un mannequin démontable, aperçu dans une vitrine d’un magasin hollandais. Il lui achète toute la garde robe afin d’assouvir tous ses fantasmes, cette dernière l’accompagnant pendant tout le reste de la tournée. Autre anecdote à signaler : Un jour, chez lui, Rick, complètement défoncé décide de mettre tout le mobilier de la salle à manger dans la piscine parce qu’il considérait que c’était beaucoup plus rock’n’roll. Le lendemain, ne se souvenant de rien, il demanda à Marietta qui avait bien pu foutre un tel bordel dans la piscine ! L’alcool fait également partie de l’univers de Parfitt. ‘Les jours normaux, je buvais deux bouteilles de whisky et deux bouteilles de vin, par jour. Chez moi, lors des repos, j’essayais de ne rien consommer, deux jours par semaine, mais, en tournée, c’était tous les jours’. En Irlande, Francis vit dans un château loué à un Américain pour la somme de 80 Livres par jour. Il est vite rejoint par Bernie Frost et commencent, ensemble, à écrire beaucoup de titres. Mais peu à peu, à louer un logement une telle somme, l’argent se raréfie et les deux compères se mettent en quête d’un logement meilleur marché. Sur les conseils d’une certaine Liz Gernon, ils trouvent un logis à Dublin. ‘Je l’admirais beaucoup et on a fait doucement connaissance. Mon mariage avec Jean se terminait bien que notre troisième fils, Kieran, ait vu le jour en 1979. Alors, Liz et moi, nous nous sommes rapprochés.’ relate Rossi.
Rick, de son côté, réside lorsqu’il n’est pas en Allemagne, sur l’île de Jersey. Il retrace cette période de la façon suivante : ‘Quand j’étais à Jersey. J’étais vraiment en dessous de tout. Je me droguais comme un malade, buvait énormément. Je m’ennuyais beaucoup. La seule chose bien que j’ai faite est le single ‘Living on an island’ que j’ai écrit avec Bob Young qui venait me rendre visite de temps en temps’. Pourtant, le blond guitariste est victime de bien des péripéties lors de son séjour sur l’île. Il y subit deux accidents de voiture et est agressé dans un restaurant. ‘J’étais dans un restaurant chinois avec Marietta. Nous étions assis à une table et mangions tranquillement. J’avais ma crinière de longs cheveux blonds et je faisais face à trois Ecossais qui étaient à la table d’à côté. Ils semblaient ne pas aimer mon look et je voyais qu’ils préparaient quelque chose mais j’essayais de rester calme. Soudainement, l’un d’entre eux s’est levé et est venu vers moi armé d’un couteau. J’ai écarté Marietta mais je ne savais pas quoi faire d’autre. Il venait me poignarder pour je ne sais quelle raison. Je ne l’avais pas provoqué. Ses amis l’ont retenu. Une bagarre éclata mais finalement, ils l’ont emmené vers la sortie. Ils avaient tous bû. La police est arrivée et le propriétaire du restaurant leur a expliqué ce qui s’était passé. Ils avaient cassé quelques tables et quelques chaises. J’ai fini par payer leur addition. Je savais qu’ils ne paieraient pas. Ca ne semblait pas juste pour le propriétaire mais j’ai tenu à payer’. relate Rick.
Au mois de mai, le contrat qui lie Status Quo à Capitol, chargé de la production des disques aux Etats-Unis arrive à terme et n’est pas renouvelé. Colin Johnson se voit dans l’obligation de chercher une autre maison d’édition, mission ardue vue le peu de popularité du groupe au pays de l’oncle Sam. En effet, Capitol a sorti seulement quatre albums aux Etats-Unis, ‘On the level’, ‘Blue for you’ ,‘Status Quo live’, et ‘Rocking all over the world’ lesquels ont sombré dans les méandres de l’oubli. Pendant ce temps, Parfitt se plaint de problèmes à un genou. Même avec toute sa volonté, le concert prévu dans le stade d’Alkmaar, le 17 juin, aux Pays-Bas, devant 20.000 personnes est donc, annulé, au grand damne des fans hollandais. Les trois concerts prévus, en Allemagne, les 18, 19 et 20 juin sont également annulés. Mais, un matin suivant, il est réveillé par des douleurs intenses et est incapable de bouger ses bras et ses jambes. Le diagnostic des médecins informe que Rick est atteint d’un virus musculaire. Pourtant, le guitariste et sa femme Marietta sont réservés sur ce rapport et s’envolent pour l’Allemagne pour des examens complémentaires, d’autant plus que le mal semble progresser. Après onze jours passés à l’hopital, Parfitt apprend qu’il est, à nouveau, deux ans après, atteint d’arthrite et doit rester en convalescence pendant un mois. ‘Status Quo tournait, sans relâche, depuis près de dix ans et mon corps appelait au secours. Ca a commencé pendant le Rocking all over the world’ tour lorsque je me suis réveillé, un matin, bourré de douleurs et incapable de remuer bras et jambes. Et cette fois, ça n’avait rien à voir avec l’alcool ou la drogue. C’était bien pire que les gueules de bois que j’avais pu avoir. Les médecins m’ont fait des infiltrations de cortisone mais, alors que nous étions partis nous reposer, en Allemagne, quelques fois, je ne pouvais, même plus, me lever seul de ma chaise. J’ai donc décidé de consulter à l’hôpital. Ils m’ont, alors, immédiatement donné une chambre en me disant que j’allais être là, pour un moment, plusieurs examens étant nécessaire. Les médecins ont fini par diagnostiquer de l’arthrite à la colonne vertébrale et m’ont conseillé beaucoup de repos. Dieu merci, après quelques semaines, je me sentais beaucoup mieux, je n’étais pas encore à 100% mais j’étais tellement mieux que ces derniers mois. De plus, le pronostic des médecins était optimiste !’. Rick en profite, alors, pour se faire caliner par sa femme et sa belle-mère !
Après avoir pris un peu de repos, Francis, Rick, Alan, John et Andy s’embarquent pour une énorme tournée australienne du 18 juillet au 17 août. Rendez-vous est donné à Lancaster, à Sydney. En effet, Alan est, depuis quelques jours en vacances chez sa belle-famille. Le bassiste profite même de cette période pour se mettre en quête d’un logement, songeant sérieusement à s’établir définitivement la-bas. Pourtant, tout le monde, groupe et management sont inquiet sur l’état de santé de Parfitt qui ne semble pas complètement remis de ses problèmes de santé. Niant ce fait, Rick affirme qu’il est dans un état très satisfaisant et prêt à ‘bouffer’ de la scène. Mais, Alan Crux persuade le management d’emmener dans ses ‘bagages’, Pip Williams parce qu’il est bon guitariste et prêt à ‘remplacer’ Parfitt sur scène en cas de problèmes. Mais, le guitariste rythmique de Status Quo ne veut, en aucun cas laisser sa place. Pourtant, il souffre en silence, doit subir des injections de cortisone avant de monter sur scène. Chaque jour, il passe des heures dans des bains très chauds et s’enveloppe dans des serviettes chauffées. Alan Lancaster est vraiment préoccupé de l’état de santé de son ami et l’aide souvent à se coucher et à se lever, aidé de temps en temps par Bob Young. La tournée met, néanmoins, du temps à se mettre en place comme l’explique Rossi : ‘L’Australie ? C’était toujours bon. Nous avons toujours eu du bon temps, là-bas. Pourtant, la réaction concernant ‘Rocking all over the world’ fut plus lente que dans d’autres pays ! Étrange ! Les deux premiers concerts que nous ayons donnés étaient quelques peu sinistres. Nous les avons donné dans une petite salle de Newcastle où le son était particulièrement mauvais. Après deux mois d’inactivité, nous étions un peu rouillés et les fans ne semblaient pas être dedans ! Par la suite, ça s’est mieux passé. A Melbourne et Sydney, ils ont vu ce que c’était que le rock’n’roll ! Héroïquement, Parfitt assurera tous les concerts. Après le dernier, un match de football est organisé avec les membres du groupe et leur management et il tient à y participer. L’équipe de Status Quo est opposé à une sélection de journalistes locaux. La victoire (4-3) est obtenu après quelques déboires. Suite à çà, ce sont de véritables éclopés qui regagnent l’Angleterre. Bob Young a un pied cassé, Francis Rossi, Andy Bown et Rick Parfitt sont fortement contusionnés ! Lancaster, de son côté, reste en Australie et donne rendez-vous à ses amis pour le festival de Reading, quelques jours plus tard. Cette immense tournée (21 dates) sonnent comme une espèce de tournée d’adieux. Status Quo ne retournera pas dans ce pays avant 1997 ! Les cinq dates de Melbourne réunissent 25.000 personnes ! Dans divers pays d’Europe, le simple “Rockers rollin’” voit le jour. Paradoxalement, il n’est pas publié en Angleterre. Le succès est pourtant au rendez-vous puisqu’il se classe n°8 aux Pays-Bas, n°15 en Belgique et n°30 en Allemagne. De leur côté, les éditeurs de chez Pye continuent leur forcing en sortant deux compilations de la période psychédélique aussi ridicules qu’inutiles : “ Status Quo ” voit le jour en mai et “ The Status Quo collection ” en août.
Le 25 août voit la sortie du nouveau single “Again and again” tiré des séances d’enregistrement du dernier album. C’est le titre le plus puissant et, incontestablement, le meilleur de l’album. Le choix est donc logique. A ce moment, les ventes du single précédent ‘Rocking all over the world’ s’élève à plus de 700.000 exemplaires en Angleterre. Le groupe en espère autant pour ce nouveau titre. Il entre dans les Charts anglais le 2 septembre mais pas dans le top 10, ne se hissant qu’à la 13ième place. Néanmoins, il reste 9 semaines classé mais n’a pas le succès de son prédécesseur. Un jour, Francis Rossi reçut de la part d’un inconnu, une lettre lui mentionnant qu’il détestait Status Quo jusqu’à ce qu’il ait écouté ce titre’.
Le lendemain, Status Quo est tête d’affiche du festival de Reading. C’est leur seule apparition anglaise de l’année. A cette occasion, Rossi se montre optimiste concernant le futur album : “ Concernant ‘Rocking all over the world’, le studio de Suède était très bon sur le plan technique mais l’endroit était sec, un peu trop mort. Ca a donné un bon album, mais un peu trop aseptisé c’est pourquoi, nous avons enregistré le dernier album en Hollande dans un studio plus chaud. Le son est plus ‘live’. Le son de la batterie et des guitares est bien meilleur. C’est un album beaucoup plus ‘Status Quo’. Je crois qu’on a fait du bon boulot. ” En ce 26 août, Status Quo produit son boogie puissant faisant sauter en cadence les 80.000 personnes présentes. Pourtant, quelque peu englué par son boogie, le Quo ne recueille pas la même ovation qu’aux éditions 1972 et 1973. Pour l’occasion et dans un but promotionnel, Phonogram affrête une montgolfière avec le logo ‘Status Quo’.
Après de très courtes vacances, Quo se produit au festival de Dortmund, le 8 septembre et à celui de Pforzheim, le 9, en compagnie de Uriah Heep. Là, Status Quo reçoit des mains du footballeur Bobby Charlton ses deux seuls disques d’or allemands pour les ventes de ‘Rocking all over the world’ et de ‘Live’ (qui atteindra le record de 500.000 unités vendues). Malgré son immense popularité, le groupe britannique n’aura pas d’autres récompenses, les albums se vendant à plus 200.000 exemplaires ce qui représente, somme toute, un excellent chiffre mais cependant insuffisant pour décrocher les récompenses tant convoitées car, en Allemagne, pour être disque d’or, il faut vendre 250.000 disques.
Quelques jours plus tard, Pye édite un 45 tours avec les deux titres suivants, ‘Pictures of matchstick men’ et ‘Ice in the sun’. Seuls les éventuels collectionneurs achètent ce disque aussi grotesque que superflu. Le 14 septembre, ‘Top of the Pops’ diffuse le vidéo clip de ‘Again and again’. La formation est honorée par la France, le 26 octobre. Francis, Rick, et Colin Johnson sont aux studios RTL à Paris pour y recevoir deux disques d’or pour les ventes de ‘Status Quo live’ et ‘Rocking all over the world’ .
C’est le lendemain que sort l’album “If you can’t stand the heat”. Il surprend la critique et est un ton en dessous de ses prédécesseurs. Il marque l’arrivée de chœurs et d’arrangements plus sophistiqués. Pas moins de dix compositeurs participent à l’élaboration de cet album qui fournit, pour la fois, la collaboration Rossi-Frost. Profitant d’une campagne de promotion massive en Angleterre, il entre dans les Charts, le 11 novembre à la 3ième place, restant positionné 14 semaines. Le magazine ‘Music Week’ lui décerne (exagérément) le titre de plus belle couverture de l’année. Lancaster y va de son petit discours promotionnel : ‘Nous sommes satisfait parce qu’on a obtenu ce qu’on cherchait. On a enregistré cet album exactement comme les précédents, excepté ‘Rocking all over the world’. Pas d’overdubs. D’une certaine manière, c’est un retour en arrière mais on s’est demandé à quoi ça pouvait servir d’enregistrer séparément, les uns après les autres. On n’était pas très satisfait de ‘Rocking all over the world’ alors on s’est remis à enregistrer comme un vrai groupe, soudé. On a passé toute l’année à tourner et ça à fonctionné à merveille. C’était un peu le problème avec ‘Rocking all over the world, le résultat était correct mais on avait le sentiment que ce n’était pas un album typique du Quo. On sortait de huit mois d’inactivité et on était rouillés et à court d’inspiration. C’est pour ça qu’on a fait appel à Pip Williams comme producteur, ce qui représentait un véritable changement pour nous, afin qu’il nous apporte de nouvelles idées. De ce point de vue, ‘Rocking all over the world’ est un album expérimental ouvrant une ère nouvelle pour Status Quo, avec de nouveaux types de compositions, certaines ballades au tempo plus lent. Pourtant, nous ne sommes pas allés aussi loin que nous le voulions. C’était comme si les quatre musiciens étaient d’accord pour évoluer mais chacun dans sa propre direction. Tandis que là, c’est toujours Pip qui produit, mais on a repris le contrôle des opérations en tant que groupe tout en capitalisant sur les expérimentations de l’album précédent’. Quelques années plus tard, pourtant, il contredira ses propres paroles en dénonçant des pratiques peu glorieuses de Rossi pour imposer certains de ses morceaux et, surtout, l’esprit de groupe, qu’il cite pourtant, complètement disparu au moment de l’enregistrement. En octobre, Status Quo devait participer au film ‘Rock on’ en compagnie de Queen, des Pink Floyd, Led Zeppelin et Elton John. Le principe du film était de filmer chaque groupe ou vedette lors d’une de leur représentation dans les lieux différents à travers le monde. Pour Status Quo, il était question de les filmer en Australie. Malheureusement, pour des raisons budgétaires, le film fut annulé.
Le dernier single de l’année intitulé “Accident Prone” sort le 17 novembre mais s’avère être un succès mitigé, n’atteignant qu’une maigre 36ième place. ‘Je pensais pourtant que ce titre serait notre plus gros hit. Ca n’a pas été. En fait, ce fut notre premier gros accident.’ analyse Francis. ‘J’ai toujours pensé que ‘Accident Prone’ était un excellent titre bien que je n’aime pas ma façon de jouer dessus’ avoue Coghlan. Est-ce le fait d’une certaine désaffection de la part des fans anglais, dont un certain nombre reproche au groupe, à cause de son année d’exile, de les négliger et de se reposer sur leurs lauriers en profitant des millions qu’ils ont entassés. Coghlan met alors les choses au point : ‘Il ne faut pas oublier que Quo est avant tout un groupe qui bosse et nous aimons ça. Ce n’est pas une question d’être trop vieux ou de se sentir mal dans sa tête. Nous n’avons jamais pensé à ça. Cependant, il est vrai que le groupe ne pourra pas durer éternellement. Et si nous avons plus d’argent maintenant, ça ne change rien’.
C’est en cette année 1978 que Iain Jones est engagé en tant que roadie et technicien des claviers d’Andy Bown. La fin de l’année, vierge de tous concerts, est consacrée à l’écriture des morceaux du futur album et à l’enregistrement des parties musicales, encore à Hilversum en Hollande. C’est par une froide journée du mois de décembre que le groupe arrive au studio avec quelques titres enregistrés, ici et là, au cours de l’année. Et oui, il faut déjà penser à l’album de 1979. Le groupe médite sur les critiques des deux albums précédents et sait qu’il se doit de satisfaire complètement les fans. Cette année, le groupe abandonne la conquête des Etats-Unis. Déjà, en 1977, aucune tournée ne fut organisée la-bas. Mais, Status Quo pensait que ‘Rocking all over the world’ aurait pû lui donner un billet d’entrée. Maintenant, c’est terminé. Certains avancent des explications qui, sauf d’être parfaites, ont le mérite de poser quelques hypothèses plausibles. Tout d’abord, la musique de Status Quo semble trop ambigûe pour être cataloguées dans telles ou telles familles. Trop hard pour être pop, pas assez pour y être classé dans cette catégorie. Or les Américains aiment que chaque chose soit à sa place. Enfin, aux Etats-Unis, on aime les guitares-héros et Rossi n’en est pas un. Il est également avancé que les textes sans valeur de Quo n’ont pas séduit le public américain qui aime semble t-il disséquer plus les paroles. En fin d’année, le premier véritable fan-club officiel de Status Quo, ‘Status Quo official supporters club’ est créé par un certain Jeff Thackeray.



1. 06/01. Rouen, Parc des expositions (France) 2.000.
2. 07/01. Lille, Palais de La Foire (France) 3.000. Première partie : Bijou
3. 08/01. Charleville Mézières, Parc des expositions (France) Première partie : Bijou
4. 09/01. Nancy, Parc des expositions (France) 8.000 Première partie : Bijou
5. 10/01. Colmar, Parc des expositions (France) Première partie :Bijou
6. 11/01. Besançon, Palais des Sports (France) Première partie : Bijou
7. 13/01. Marseille, Parc Chanot (France) 4.000. Première partie : Bijou
8. 14/01. Grenoble, Alpexpo (France) Première partie : Bijou
9. 15/01. St. Etienne, Palais des Sports (France) 4.200. Première partie : Bijou
16/01. Clermont-Ferrand (France) annulé
10. 17/01. Poitiers, Les Arènes (France) 5.000. Première partie : Bijou
11. 18/01. Bordeaux, Parc des expositions (France) Première partie : Bijou
12. 19/01. Toulouse, Parc des expositions (France) Première partie : Bijou
13. 20/01. Pau, Parc des expositions (France) 8.000. Première partie : Bijou
14. 22/01. Nantes, Palais de La Beaujoire (France) Première partie : Bijou. bootleg
15. 23/01. Orléans, Palais des Sports (France) Première partie : Bijou
16. 27/01. Göteborg, Scandinavium (Suède) 5.800. bootleg
17. 28/01. Stockholm, Isstadion (Suède) 4.000
18. 29/01. Orebro, Idrottshuset (Suède) 2.000. bootleg
19. 30/01. Lund, Olympen (Suède) 2.500 bootleg
20. 04/02. Amsterdam, Jaap Edenhal (Pays-Bas) bootleg. Première partie : Jenny Haan’s Lions
21. 05/02. Amsterdam, Jaap Edenhal (Pays-Bas) Première partie : Jenny Haan’s Lions
22. 06/02. Bruxelles, Cirque royal (Belgique) 3.000
23. 10/02. Dortmund, Westfalenhalle (Allemagne) 4.800. Première partie : No Dice
24. 11/02. Wolfsbourg, Stadthalle (Allemagne) Première partie : No Dice.
25. 12/02. Essen, Grugahalle (Allemagne) 7.000. Première partie : No Dice
26. 14/02. Berlin, Deutschlandhalle (Allemagne) 8.000. Première partie : No Dice
27. 16/02. Ulm, Donauhalle (Allemagne) 2.300. Première partie : No Dice
28. 17/02. Ludwigshafen, Eberthalle (Allemagne) 3.000. Première partie : No Dice
29. 18/02. Saarbruck, Saarlandhalle (Allemagne) 6.000. Première partie : No Dice
30. 19/02. Passau, Nibelungenhalle (Allemagne) Première partie : No Dice
31. 20/02. Vienne, Stadthalle (Autriche) Première partie : No Dice. bootleg
32. 21/02. Linz, Sporthalle (Autriche) Première partie : No Dice
33. 23/02. Hof, Freiheitshalle (Autriche) Première partie : No Dice
34. 24/02. Nureimberg, Hemmerleinhalle (Allemagne) Première partie : No Dice
35. 25/02. Crailsheim, Grossporthalle (Allemagne) Première partie : No Dice
36. 26/02. Offenbourg, Oberrheinhalle (Allemagne) Première partie : No Dice
37. 28/02. Hanovre, Niedersachsenhalle (Allemagne) Première partie : No Dice
38. 01/03. Münster, Munsterlandhalle (Allemagne) Première partie : No Dice
39. 02/03. Cologne, Sporthalle (Allemagne) bootleg 8.000 Première partie : No Dice
40. 03/03. Stuttgart, Messehalle (Allemagne) bootleg Première partie : No Dice
41. 04/03. Münich, Olympiahalle (Allemagne) 12.000. Première partie : No Dice
42. 10/03. Bern, Festhalle (Suisse) bootleg
43. 13/03. Wiesbaden, Rhein Main Halle (Allemagne)
44. 16/03. Karlsruhe, Schwarwaldhalle (Allemagne) bootleg
45. 21/03. Düsseldorf, Philipshalle (Allemagne) 10.000. Lancaster et Bown, rentrés en Angleterre eurent beaucoup de difficultés à rejoindre les autres, en Allemagne. bootleg
17/06. Alkmaar, Stadium (Pays-Bas) annulé à cause des problème de genou de Parfitt
18/06. Kiel (Allemagne) annulé à cause des problème de genou de Parfitt
19/06. Brême (Allemagne) annulé à cause des problème de genou de Parfitt
20/06. Hambourg (Allemagne) annulé à cause des problème de genou de Parfitt
46. 18/07. Newcastle, Civic Theatre (Australie) 1.500. Première partie : Finch. bootleg
47. 19/07. Newcastle, Civic Theatre (Australie) 1.500. Première partie : Finch
48. 21/07. Sydney, Hordern Pavillon (Australie) 5.000. Première partie : Finch
49. 22/07. Sydney, Hordern Pavillon (Australie) 5.000. Première partie : Finch
50. 23/07. Sydney, Hordern Pavillon (Australie) 5.000. Première partie : Finch
51. 24/07. Sydney, Hordern Pavillon (Australie) 5.000. Première partie : Finch
52. 25/07. Brisbane, Festival Hall (Australie) 4.000. Première partie : Finch
53. 26/07. Brisbane, Festival Hall (Australie) 4.000. Première partie : Finch
54. 28/07. Melbourne, Festival Hall (Australie) 5.000. Première partie : Finch
55. 30/07. Melbourne, Festival Hall (Australie) 5.000. Première partie : Finch
56. 02/08. Perth, Entertainment Centre (Australie) 8.000. Première partie : Finch
57. 03/08. Perth, Entertainment Centre (Australie) 8.000. Première partie : Finch
58. 06/08. Adelaide, Apollo Stadium (Australie) 4.000. Première partie : Texas
59. 07/08. Adelaide, Apollo Stadium (Australie) 4.000. Première partie : Texas
60. 08/08. Adelaide, Apollo Stadium (Australie) 4.000. Première partie : Texas
61. 11/08. Hobart, City Hall (Australie) 1.200
62. 12/08. Launceston, Albert Hall (Australie) 1.000
63. 13/08. Launceston, Albert Hall (Australie) 1.000
64. 15/08. Melbourne, Festival Hall (Australie) 5.000
65. 16/08. Melbourne, Festival Hall (Australie) 5.000
66. 17/08. Melbourne, Festival Hall (Australie) 5.000
67. 26/08. Reading, Festival (Angleterre) bootleg
68. 08/09. Dortmund, Festival (Allemagne) en compagnie de Uriah Heep. Remise des disques d’or pour les ventes allemandes de ‘Rocking all over the world’ et ‘Live’.
69. 09/09. Pforzheim, Plein air (Allemagne) en compagnie de Uriah Heep et Wishbone Ash. bootleg
70. 27/12. Francfort sur l’Oder, studio TV (Allemagne de l’est)




Morceaux joués en 1978 : Big fat mama, Little Lady, Most of the time, Roadhouse blues, Backwater, Just take me, Bye bye Johnny, Don’t waste my time, Caroline, Roll over Lay down, 4500 times, Rain, Is there a better way, In my chair, Down down, Rocking all over the world, Rockers Rollin You don‘t own me, Hold you back, Dirty water, Down down.







Revenir en haut Aller en bas
Jean-Marie
Admin
avatar

Nombre de messages : 15502
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 61
Localisation : Meuse (55)

MessageSujet: Re: 1978 remasterisé   Lun 27 Fév - 8:49

Bravo pour cette belle saga qui continue grâce à toi ! top3
Revenir en haut Aller en bas
Francesco

avatar

Nombre de messages : 2137
Date d'inscription : 27/10/2007
Age : 62
Localisation : Bernos-Beaulac 33

MessageSujet: Re: 1978 remasterisé   Lun 27 Fév - 18:51

Merci Eric pour tout ce travail helolo champpion
Revenir en haut Aller en bas
Eric

avatar

Nombre de messages : 2160
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: Re: 1978 remasterisé   Lun 27 Fév - 19:42

Merci les gars !!! yeahhh
Revenir en haut Aller en bas
quorreze

avatar

Nombre de messages : 23827
Date d'inscription : 20/08/2007
Age : 51
Localisation : ussel 19

MessageSujet: Re: 1978 remasterisé   Lun 27 Fév - 23:19

Je viens de finir 77 . Je vais me faire 78 d'ici peu .
Merci Eric !
Revenir en haut Aller en bas
Quolyon



Nombre de messages : 975
Date d'inscription : 24/10/2009
Age : 60
Localisation : LYON

MessageSujet: Re: 1978 remasterisé   Mar 28 Fév - 8:35

27/12/1978 = Stasi Quo ???
Revenir en haut Aller en bas
jack17

avatar

Nombre de messages : 3678
Date d'inscription : 07/10/2007
Age : 53
Localisation : Valais, Suisse

MessageSujet: Re: 1978 remasterisé   Mer 1 Mar - 20:38

top1 top1 top1
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/jack17music
jack17

avatar

Nombre de messages : 3678
Date d'inscription : 07/10/2007
Age : 53
Localisation : Valais, Suisse

MessageSujet: Re: 1978 remasterisé   Dim 5 Mar - 14:18

c'est donc a partir de 1978 et de sa tournée qu' îls ont arrêtés de jouer "Junior’s wailing" en intro des concerts ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/jack17music
Jean-Marie
Admin
avatar

Nombre de messages : 15502
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 61
Localisation : Meuse (55)

MessageSujet: Re: 1978 remasterisé   Lun 6 Mar - 11:24

Belle carrière pour une reprise !
Revenir en haut Aller en bas
Patrick
Admin
avatar

Nombre de messages : 187967
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 55
Localisation : Moselle 57

MessageSujet: Re: 1978 remasterisé   Lun 6 Mar - 13:23

top3 super!

_________________
Même si l'on sait où l'on va, il est bon quelques fois de se voir rappeler qu'on est dans la bonne direction...
Revenir en haut Aller en bas
http://patquo.buygoo.net/
Eric

avatar

Nombre de messages : 2160
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: Re: 1978 remasterisé   Ven 10 Mar - 17:10

Discographie 1978 :

Rocker's rollin
n°30 en Allemagne
n°26 en Australie
n°6 aux Pays-Bas
n°15 en Belgique
n°20 en Nouvelle-Zélande


25/08 : Again and again
n°13 en Angleterre
n°18 en Allemagne
n°10 en Suède
n°77 en Australie
n°18 en Autriche
n°9 aux Pays-Bas
n°8 en Suisse
n°28 en Belgique
n°5 en Irlande
n°22 en Israel


17/11 : Accident prone
n°36 en Angleterre
n°19 en Allemagne
n°19 en Autriche
n°10 aux Pays-Bas
n°15 en Belgique


27/10 : If you can't stand the heat (album)
n°3 en Angleterre (disque d'or)
n°20 en France (disque d'or)
n°11 en Allemagne
n°8 en Suisse (disque d'or)
n°15 en Suède
n°18 en Norvège
n°8 aux Pays-Bas (disque d'or)










Revenir en haut Aller en bas
Jean-Marie
Admin
avatar

Nombre de messages : 15502
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 61
Localisation : Meuse (55)

MessageSujet: Re: 1978 remasterisé   Ven 10 Mar - 18:01

La France n'aime pas les single ?
Revenir en haut Aller en bas
Eric

avatar

Nombre de messages : 2160
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: Re: 1978 remasterisé   Ven 10 Mar - 20:50

Jean-Marie a écrit:
La France n'aime pas les single ?

C'est vrai, Jean-Marie ...
Revenir en haut Aller en bas
quorreze

avatar

Nombre de messages : 23827
Date d'inscription : 20/08/2007
Age : 51
Localisation : ussel 19

MessageSujet: Re: 1978 remasterisé   Dim 12 Mar - 8:08

Il a bien du s'en vendre bon sang !
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Marie
Admin
avatar

Nombre de messages : 15502
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 61
Localisation : Meuse (55)

MessageSujet: Re: 1978 remasterisé   Dim 12 Mar - 9:15

Pas suffisamment pour être classés. En réfléchissant, j'ai moi-même peu de 45T d'époque. Ceux que j'ai, je les ai achetés bien plus tard, pour l'image...
Revenir en haut Aller en bas
quorreze

avatar

Nombre de messages : 23827
Date d'inscription : 20/08/2007
Age : 51
Localisation : ussel 19

MessageSujet: Re: 1978 remasterisé   Dim 12 Mar - 10:00

En parlant de 45 tours un coffret a du sortir c'est jours ci .
Revenir en haut Aller en bas
Eric

avatar

Nombre de messages : 2160
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: Re: 1978 remasterisé   Dim 12 Mar - 11:33

quorreze a écrit:
Il a bien du s'en vendre bon sang !

Je vais, peut-être, avoir des chiffres. J'attends.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 1978 remasterisé   

Revenir en haut Aller en bas
 
1978 remasterisé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Photos de Knut Roppestad - Horten, Norvège, 2 juillet 1978
» Bob Marley - Babylon by Bus (1978)
» Photos de Eddie Mallin - Dublin, Décembre 1978
» Photos de Terry Murphy-Bridge House, Londres, Décembre 1978
» Van Morrison - TB Sheets Remasterisé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Status Quo le forum francophone :: STATUS QUO :: L'histoire du groupe-
Sauter vers: