Forum francophone dédié au groupe Status Quo
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 1972 remasterisé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eric

avatar

Nombre de messages : 2160
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: 1972 remasterisé   Dim 27 Nov - 9:10

En ce début d’année 1972, La formation continue de tourner partout où elle le peut, même dans les lieux les plus reculés de l’Angleterre. “Notre acharnement va t-il finir par payer ?” se demande le groupe tout entier. Ce n’est pas faute d’essayer et l’énergie qu’ils dépensent tous ensemble mérite une récompense mais percer semble très difficile, plus difficile qu’il n’y paraît. En janvier et février, la formation tourne pratiquement, soir après soir, dans toute l’Angleterre, continuant son travail de sape. Du 3 au 17 février, le groupe sillonne les routes avec le groupe Paul Brett’s Sage. Derek Block et Pye financent cette tournée pour Status Quo. Pye commet alors une erreur aussi incompréhensive qu’involontaire. Ce sont des photos de Paul Brett’s Sage qui servent de support à la promotion de Status Quo. Colin Johnson, dont l’échec des renégociations de l’an dernier, avait tracassé, attaque aussitôt Pye qui se voit dans l’obligation de verser une indemnité au groupe et à son management. Devant tant d’adversités, Pye ne juge pas opportun de sortir un nouveau single. De toute façon, aucun matériel décent pour la compagnie de disques ne peut être mis sur le marché même pas les meilleurs titres de ‘Dog of two head’. Pourtant, en cette année 1972 vont se produire les premiers déclics. Les tractations avec Pye semblent aboutir et les deux parties sont d’accord pour mettre un terme à leur collaboration. Mais, il faut trouver une autre maison de disques et les quelques représentants qui daignent assister aux concerts du groupe, doutent sur la capacité de la formation à retranscrire ses superbes prestations scéniques sur disques. Le groupe semble maintenant avoir choisi, définitivement, de produire la musique que l’on retrouve dans ‘Ma Kelly’s greasy spoon’ et ‘Dog of two head’. Lorsque Johnson démarche auprès des compagnies susceptibles d’accueillir Status Quo, on ne manque pas de lui rappeler les résultats peu glorieux de ces deux galettes. Pourtant, il argumente ses dires par le fait qu’aucune promotion digne de ce nom n’a été montée par Pye et que les échecs à répétitions ne sont uniquement le fruit de ça. Au printemps, la compagnie de Colin Johnson, appelée ‘Acorn Artists’ fusionne avec une autre compagnie ‘Gaff Masters Ltd’. De cette fusion, naît l’unique compagnie ‘Gaff Management’ qui prend en main la destinée de Status Quo.
‘Je savais que j’avais devant moi, le meilleur et le plus excitant des groupes ‘live’ que j’avais pû voir. Les manager et réussir était pour moi, un véritable challenge’ nous confie l’optimiste manager. Le 3 février, Status Quo entame sa dernière tournée financée par son ancienne compagnie de disques qui voit ici l’opportunité de promouvoir, une dernière fois, l’album ‘Dog of two head’. La set-list comprend quatre morceaux de ce dernier 33 tours, ‘Railroad’, ‘Umleitung’, ‘Someone’s learning’ et ‘Mean girl’. Le groupe donne même deux concerts le même jour, au Shaw théatre de Londres, le 6 février. Mais, rien n’y fait … L’album n’arrive pas à faire son entrée dans les Charts. Y a-t-il une fatalité qui fait que les albums de Status Quo soient régulièrement voués à l’échec avant même leur sortie ? Les quatre titres sus-nommés sont pourtant unanimement appréciés en concert et les trois autres complétant l’album sont de bonne facture. C’est assurément le meilleur album que le groupe a produit depuis 1968 et son échec peut paraître surprenant. Même la production est supérieure aux précédents albums. Certes, Pye n’est pas d’un soutien extraordinaire. L’heure est, cependant, à la controverse mais comment expliquer que les singles arrivent à se vendre grâce au bouche à oreille et pas les albums ? Le groupe est en pleine interrogation en ce début d’année 1972.
Du 10 au 30 mai, le Quo assure la première partie de la tournée anglaise de Slade dont l’album ‘Slade alive’ caracole en tête des Charts. Cette tournée, à guichet fermé contribue à l’acquisition d’une certaine reconnaissance. Depuis, quelques mois, certains promoteurs, organisateurs de concerts ou de festivals entendent des rumeurs par lesquelles un groupe, à aucun autre pareil, donne du bon temps aux spectateurs. Ce groupe n’est autre que Status Quo. Les organisateurs du festival de Lincoln décident, alors, de placer, en urgence, le groupe parmi les invités des trois jours que dure l’événement. La présence de Status Quo ayant été confirmée sur le tard, le nom du groupe n’apparaîtra même pas sur certaines affiches. Bien sûr, le Quo n’occupe pas le haut de l’affiche puisque sa participation est programmée, le lundi et encore, à 16 heures 30, pas l’heure de grande écoute. Le 29 mai, donc, en plein après-midi et sous une pluie torrentielle, Status Quo réveille le public emboué du British Great Western Festival de Lincoln et fait un véritable triomphe. Il pleut tellement que Bob Young affirme que Noë, lui-même, aurait rebroussé chemin. Ce sont les grands vainqueurs de la journée qui comprend, excusez du peu, Genesis, Humble Pie et Joe Cocker. Young et Johnson, avant que Quo ne monte sur scène, font le tour du parc afin de rameuter tous les journalistes présents. Pas question de rester sous les tentes, il faut voir Quo afin qu’ils puissent, enfin, bénéficier d’articles élogieux. 10.000 personnes leur réservent une ovation grandiose. Pourtant, le groupe eu le désavantage de passer l’après-midi du troisième jour devant une audience inférieure aux deux jours précédents, trempée jusqu’aux os et cherchant à se réfugier sous tout ce qui pouvait servir d’abris. Des débordements verront le jour, lors de ce week-end. Cent trente arrestations seront effectuées par la police. Les représentants de la maison de disques Vertigo, présents à ce festival, rencontrent Colin Johson et lui affirment qu’ils ne sont pas insensibles aux prestations de Status Quo mais rien n’est encore signé. Les responsables de Vertigo veulent se faire une seconde opinion et donnent rendez-vous pour une future prestation dont la date reste à définir. Mais, pour un premier pas c’est un premier pas ! Le 8 juillet, le groupe joue encore au festival de Dallenberg en Allemagne, avec des artistes renommés tels que Jeff Beck, Alexis Korner et King Crimson. Les promoteurs s’aperçoivent qu’il est dorénavant facile de gagner de l’argent. La recette est simple, réserver une salle et faire jouer Status Quo ! Seulement, les concerts anglais des 27, 28 et 29 juillet sont annulés suite à un problème musculaire à un bras de Lancaster. Et oui ! Les mécaniques sont mises à contribution mais le rythme de croisière est atteint et le groupe a besoin de tourner car les rentrées d’argent restent encore assez faibles d’autant plus qu’il ne faut pas compter sur les royalties de la maison de disques. Ainsi, le 11 août, au Guidhall de Plymouth, 376 entrées payantes donnent une recette nette de 117 £ ce qui suffit à peine à amortir le matériel, payer les roadies et autres dépenses. Inséré à la hâte et sur l’insistance de Johnson, à l’affiche du festival de Reading, le 13 août, le quartette y réïtère sa performance et prouve, à nouveau, sa valeur sur scène. Là, le groupe a la chance de jouer le samedi, jour où l’influence est la plus forte grâce à la présence des Faces. Status Quo interprète, en avant première, l’étourdissant ‘Big fat mama’ particulièrement apprécié par la foule. “On passait vers 3 heures de l’après-midi mais on était levé depuis 6 heures du matin. C’était la première fois que l’on jouait devant autant de monde et nous étions particulièrement anxieux, les roadies comme les musiciens. Un des roadies avait monté mon jeu de cordes de guitare à l’envers. On était vraiment surexcités et paniqués à la fois. Une fois sur scène, ce fût le triomphe avec trois rappels” se souvient Rossi. Les quatre membres ont la satisfaction d’empocher 350 £ pour cette prestation, l’un de ses plus gros cachet à l’époque, ce qui ne représente pourtant que le dixième de ce qu’ont pu toucher les Faces ou encore trois fois moins que Curved Air. Cette date marque un véritable virage dans la carrière du groupe. Status Quo est véritablement idolâtré et ce, dans une osmose totale avec le public. Jamais, Quo n’avait joué devant une aussi importante foule. C’était comme si les amis glanés soir après soir, concert après concert, s’étaient donné rendez-vous à Reading pour honorer leur groupe favori. En tout cas, le Quo sera le grand vainqueur de ce festival. En cette année 1972, le groupe est en train vraiment d’opérer sa transition et devient réellement populaire malgré l’hostilité très forte des médias. Status Quo est enfin reconnu. Les prémices des éventuels futurs succès procurent au groupe une énorme confiance en eux qui les renforcent encore dans leur amitié. Rossi et Lancaster n’aiment pas trop sortir mais il n’est pas rare de voir Parfitt et Coghlan sortir, ensemble, dans Londres. ‘John et moi sortions, quelquefois, ensemble, nous nous donnions rendez-vous dans un bar de Wardour Street, buvions quelques verres et allions au Marquee Club’.
Dans la foulée de Reading, les quatre signent avec Vertigo, leur nouvelle maison de disques, un contrat qui s’avère autrement plus lucratif que le précédent. Pas question de revivre l’arnaque du contrat signé avec Pye, six ans auparavant. Après avoir étudié les chiffres et confiant dans le professionnalisme de leur nouveau manager, Rossi, Parfitt, Lancaster et Coghlan apposent leur signature. Le groupe touchera dorénavant 7% du montant total des ventes que ce soit à l’étranger ou en Angleterre. Lorsqu’ils apprirent la participation de Status Quo au festival de Reading, Vertigo, qui, à Lincoln, avait demandé à Johnson de voir, une seconde fois, ses poulains, dépêcha sur place, quelques uns de ses représentants lesquels seront, alors, unanimes pour faire signer le groupe dans leur firme. Cependant, Pye accorde à Status Quo la signature du contrat à condition de recevoir, de la part du groupe, un pourcentage sur les futurs revenus liés aux premières ventes de la future production, ‘C’était une pratique courante à l’époque’ souligne Rossi mais ce qui signifie que le groupe se verra, encore, amputer d’une partie de ses revenus alors que la pauvreté fait déjà partie intégrante de leur vie. Brian Shepherd, le responsable de Vertigo suit le groupe pendant un moment et assiste à quelques concerts afin de voir ce que Status Quo peut rapporter à sa maison de disques. Il semble rapidement désabusé ce que confirme Francis Rossi en disant : ‘Il est venu nous voir plusieurs fois, au moment de la signature du contrat et je me souviens du dernier concert auquel il ait assisté, c’était à New Cross. Il était désespéré de nous avoir engagé après çà’. Il sera vite rassuré. Peu de temps après, il déclare : ‘J’avais bien évidemment un préjugé défavorable sur leur image mais finalement Status Quo est un groupe frais, il n’y a pas de doute, là-dessus et je sentais que le groupe représentait quelque chose de très bon pour notre label.’ ‘Je me souviens, quand un de nos collaborateurs, Roland Rennie, est venu dans mon bureau me demander si j’envisageais de signer avec Status Quo. Je lui ai répondu qu’il devait rigoler, que je les avais vu grandir depuis quatre ou cinq mois mais je ne voyais pas comment les extraire de chez Pye’ renchérit-il. Tonny Morris, autre grande pompe de chez Phonogram à l’époque se souvient de l’arrivée de Status Quo. ‘Nous savions qui ils étaient et j’étais assez impressionné par leurs personnalités, leurs projets collectifs et leur management. Il est facile de dire qu’après que ‘Paper plane’ ait fait un hit, nous ne voulions plus regarder en arrière. Ils étaient le navire amiral de notre label et leur arrivée chez Vertigo correspondait à une nouvelle énergie qui envahissait la compagnie. Nous étions capables de sortir et de lancer sur le marché un album, chose que Pye n’avait pu faire dans de bonnes conditions. Et quel succès ce fut !
Le contrat est donc signé courant août et il n’y a pas une minute à perdre pour le rendre fructueux. Plusieurs morceaux sont déjà écrits, il ne reste qu’à les enregistrer. En septembre et octobre, le groupe entre aux I.B.C studios de Londres, avec son matériel de scène ni plus ni moins, pour y enregistrer son album de maturité, “Piledriver” que Pye refusait de publier. Enfin, Status Quo peut enregistrer un album comme il l’entend. ‘Nous voulions transcrire sur album ce que nous faisions sur scène par égard pour nos fans et aussi pour nous mêmes. C’étaient eux qui nous avaient mis là et nous voulions leur donner quelque chose en échange’ affirme Rossi. Rick, Alan, John et Francis, avec l’accord de Johnson, le produisent eux-mêmes avec un énergique son “live”. Ils se sentent en pleine confiance et pour la première fois, il est impossible au groupe de faire endosser un éventuel échec à d’autres étant donné qu’il a les pleins pouvoirs pour enregistrer. Les morceaux sont peu répétés car ils ont été joués sur scène auparavant et l’album est rapidement mis en boîte. Le premier morceau enregistré par le groupe est ‘Big fat mama’. Les prémices du titre ‘O Baby’, signé par Rossi et Parfitt ont été réalisées aux Etats-Unis, sur un plateau de télévision, le groupe attendant gentiment son passage. Le titre ‘All the reasons’ est co-signé Parfitt et Lancaster. Mais Rick, qui a partiellement écrit ce morceau se heurte à l’avis de Coghlan et Rossi, peu enclins à l’idée de l’enregistrer. Finalement, avec l’aide de son bassiste, Parfitt le finalise et le titre est bel et bien enregistré. Finalement, ‘A year’ marque la première collaboration de Bernie Frost avec Status Quo. Frost est un ami de Coghlan, avec lequel il partage sa passion pour les véhicules militaires. C’est ainsi que Status Quo fait la connaissance de ce jeune homme qui formera quelques années plus tard, avec Rossi, un duo de compositeurs prolifiques. ‘Tout est mis en boîte au mois de septembre. En effet, le groupe s’est dégagé de toute activité live pendant cette période mais dès le 16 septembre, plusieurs concerts sont programmés et il n’est pas question de faire les aller-retours entre le studio et les différentes scènes pour monter, démonter et remonter le matériel. Le mois d’octobre est juste employé aux travaux de mixage. ‘On a remixé l’album en stéréo car, en l’écoutant, on trouvait que certaines choses devaient être remises en avant’ confie alors Rossi. L’album est prévu sortir, début novembre mais il est dit que Pye est prêt à tout pour continuer à pourrir la vie de Quo. L’ex-maison de disques provoque une injonction afin d’empêcher la sortie de ‘Piledriver’. Il en résultera un accord à l’amiable entre Pye et Vertigo, heureusement accepté par Pye. ‘Ils avaient signé avec Vertigo. Je ne pouvais pas croire qu’ils avaient pu me faire ça surtout d’une manière lâche et dans le dos de tout le monde. Bien sûr, Benjie ne pouvait supporter ça et assigna le groupe en justice. Finalement, la poursuite fut abandonné et Status Quo se dirigeait vers son incroyable succès. Malheureusement, du fait de ma position chez Pye, je ne pouvais pas continuer à les produire et j’étais terriblement contrarié’ regrette Schroeder. Mais, ces tractations auront comme effet de différer la parution du nouveau et très attendu album, de plus d’un mois. Le premier extrait de ces enregistrements à sortir est le single “ Paper plane ” qui voit le jour le 10 novembre. C’est une nouvelle composition signée Rossi pour la mélodie et Young pour les paroles, ce dernier ayant adapté un poème qu’il avait écrit auparavant, sur la musique de Rossi. Seul le troisième couplet est ecrit exclusivement pour le single. ‘A cette époque, nous venions d’acheter une grosse Mercedes de type Pullman alors que nous n’en avions pas les moyens. Ca nous avait couté 3.000 Livres, une fortune pour un véhicule. Nous voyagions, avec notre matériel, dedans avec quelques fois la tête à l’envers lorsque nous avions trop fumé ou trop bu. Nous en faisons allusion dans ‘Paper plane.’ précise Francis Rossi. La promotion du single est bien présente. On peut voir la publicité dans divers magazines anglais où l’on voit la photo qui servira de couverture pour ‘Piledriver’. On peut lire également, sur cette publicité, un petit encart qui dit : ‘Faites attention à leur prochain album’. Le célèbre John Peel, décédé le 25 octobre 2004, y va de sa petite phrase détonante : ‘Alors là, les enfants, c’est une vraie pépite que nous tenons là et si ce truc là n’est pas numéro un, vous serez tous flagellés’. On ne peut rêver mieux comme coup de pouce. En avant première, le groupe présente quelques nouveaux titres, à Radio One, le 20 novembre. Il est possible d’entendre ‘O Baby’, ‘Unspoken words’ et ‘Softer ride’. Le 28 novembre, Colin Johnson et Gaff management organisent un concert au Marquee club de Londres. Status Quo est au sommet de sa forme et joue divers titres du futur album. L’ambiance au sein de la salle est bouillonnante. Pourtant ouvert depuis le 19 avril 1958, la célèbre salle n’a jamais vécue avec une telle folie. Les 500 personnes (capacité maximum) feront autant de bruit que 10.000. Filmé pour la télévision, la prestation dégage une énergie sans précédent. Seuls deux morceaux (‘Don’t waste my time’ et ‘Paper plane’) de ce reportage sont disponibles et il est, malheureusement, impossible de retrouver le concert dans son intégralité. Le 6 décembre, la B.B.C invite Status Quo qui interprète, en avant première, quelques titres de son futur album. La promotion semble assurée d’autant plus que le 12 décembre, soit trois jours avant la sortie de l’abum intitulé “ Piledriver ”, Francis Rossi est l’invité de David Jensen de Radio Luxembourg et déclare “ La seule façon d’enregistrer un album est d’allumer les amplis et de jouer comme en concert ! D’ailleurs, l’enregistrement est fidèle à notre jeu scénique. Je crois que cet album a été enregistré au bon moment pour le groupe et nous sommes à 100% confiant en l’avenir de l’album et du groupe”. Confiant ? le groupe l’est effectivement car, pour la première fois, il se sent vraiment soutenu par sa maison de disques. L’optimisme est tellement de rigueur que Quo se permet de laisser dans les tiroirs, deux titres de l’acabit de ‘Caroline’ et ‘Softer ride’. Pour la première fois dans l’histoire de Status Quo, groupe et maison de disques sont sur la même longueur d’onde, savent qu’ils ont autant besoin l’un de l’autre et ont l’intime conviction que le succès est tout proche mais qu’ils le décrocheront ensemble, en étroite collaboration. La promotion est à la hauteur des espoirs. Le budget alloué par Phonogram avoisine les 30.000 Livres soit quinze fois plus qu’un budget classique. Des centaines de posters sont édités et apposés sur les murs à travers la Grande-Bretagne. En décembre, le groupe tourne dans tout le Royaume-Uni, et donne six représentations en Allemagne dont Cologne, le 19 tandis que ‘Paper Plane’ entre dans les Charts anglais, le 30 seulement, soit près de un mois et demi après sa sortie, à une modeste 49ième place. Après tout ce battement médiatique, ce n’est certainement pas ce que la maison de disques espérait. Malgré ses prestations scéniques unanimement saluées, Status Quo semble, à nouveau, aller droit dans le mur, discographiquement parlant. Rick Parfitt, lui, de son côté, passe Noël, en Allemagne, chez Mr et Mm Broöker, les parents de Marietta mais est rapidement de retour pour le concert de fin d’année. Le 31 décembre, Status Quo clôture l’année par un concert au Greyhound de Croydon. ‘A cette époque, c’était notre salle favorite. Le concert durait souvent trois heures avec pas moins de six rappels’. confie Bob Young. Deux jours auparavant, au Civic Hall de Grays Turrock, le concert fut écourté lorsqu’un individu enivré monta sur scène déclenchant une bagarre avec Lancaster et Coghlan. Certes, en cette fin d’année 1972, le groupe ne joue pas encore dans les plus grandes salles du pays et doit se limiter à des capacités de 1 à 2.000 places mais la réaction du public est telle qu’on peut avoir l’impression de jouer devant trois à quatre fois plus de monde. Les quatre membres du groupe ne le savent pas encore mais 1972 est la première année de ce que beaucoup considèrent comme l’âge d’or du Quo (1972-1981). Depuis deux ans, Status Quo ne joue qu’en jean, uniquement en jean. ‘Ca peut paraître idiot mais si nous n’étions pas fringués comme ça, j’aurais la sensation que le show fonctionnerait moins bien. Imaginez ce que la presse dirait si nous débarquions, sur scène, portant autre chose que le jean. C’est marrant de voir qu’une chose aussi simple puisse prendre autant d’importance. Je ne me sens, pourtant, bien que lorsque que j’enfile le jean pour travailler’ affirme Rossi. Rick Parfitt évoque ces jours de fin 1972 de la façon suivante : ‘Nous n’avions aucun plan de prédéfini et nous vivions au jour le jour. Une autre chanson, un autre jour heureux. Tous ces jours furent heureux. Nous aimions vraiment ça !’.


1. 05/01. Kew Bridge, The Boathouse (Angleterre)
2. 06/01. Derby, Derby’s Cleopatra (Angleterre)
3. 07/01. Hereford, Training Collège (Angleterre)
4. 12/01. Cardiff, University Students Union (Pays de Galles)
5. 14/01. Lowestoft, Technical College (Angleterre)
6. 19/01. High Wycombe, Town Hall (Angleterre) Première partie :Barrabus,Danta & Alpha Centauri.
7. 20/01. Wallington, Public Hall (Angleterre)
8. 21/01. Birmingham, town hall (Angleterre) avec The Equals
9. 22/01. Potters Bar, Youth Centre (Angleterre) Première partie : Albert Monk
10. 23/01. Epping, The Wake Arms (Angleterre) 100
11. 27/01. Stuttgart, Mausefalle (Allemagne)
12. 28/01. Nienbourg, Stadthalle (Allemagne)
13. 29/01. Menden, Rodenberger Hof (Allemagne) Première partie : Taras Bulba
14. 30/01. Beckum, Kolpinghaus (Allemagne)
15. 31/01. Hambourg, Musikhalle (Allemagne) 2.000. Première partie de T-Rex
16. 01/02. Münster, Münsterlandhalle (Allemagne) Première partie de T-Rex
17. 03/02. Barnstaple, Queen's Hall (Angleterre) Première partie : Paul Brett’s Sage. bootleg
18. 04/02. Plymouth, Guildhall (Angleterre) Première partie : Paul Brett’s Sage. bootleg
19. 05/02. Harlow, Playhouse Theatre (Angleterre) Première partie : Paul Brett’s Sage
20. 06/02. Londres, Shaw Theatre (Angleterre) Première partie : Paul Brett‘Sage. 2 concerts joués
21. 07/02. Londres, Sheperd Bush (Angleterre) B.B.C sessions
22. 07/02. Wolverhampton, Civic Hall (Angleterre) 2.000. Première partie : Paul Brett’s Sage
23. 08/02. Salisbury, City Hall (Angleterre) 500. Première partie : Paul Brett’s Sage
24. 10/02. Corby, Civic Centre (Angleterre) Première partie : Paul Brett’s Sage
11/02. Boscombe, Royal Ballroom (Angleterre) annulé, Parfitt blessé
25. 12/02. St. Albans, City Hall (Angleterre) Première partie : Paul Brett’s Sage
13/02. Weymouth, Pavillion Theatre (Angleterre) annulé
26. 14/02. Gravesend, Lord’s club (Angleterre) Première partie : Paul Brett’s Sage
27. 15/02. Barry, Memorial Hall (Angleterre) 1.100. Première partie : Paul Brett’s Sage
28. 16/02. Southport, Floral Hall (Angleterre) Première partie : Paul Brett’s Sage
29. 17/02. Oxford, Town Hall (Angleterre) 800. Première partie : Paul Brett’s Sage
30. 26/02. Glasgow, University (Ecosse)
31. 27/02. Glasgow, Electric ballroom (Ecosse)
32. 03/03. Manchester, Institut Sciences et Technology (Angleterre)
33. 04/03. York, University (Angleterre)
34. 07/03. Londres, Marquee Club (Angleterre) 500. Première partie : Flying Hatband
35. 09/03. Droitwich, Winter Gardens (Angleterre)
36. 10/03. Hull, University (Angleterre)
37. 11/03. Cromer, Link pavillion (Angleterre)
38. 12/03. Birmingham, Marbella’s (Angleterre)
39. 13/03. Leicester, Croft Club (Angleterre)
40. 16/03. Tolworth, Toby Jug (Angleterre)
41. 17/03. Manchester, Free Trade Hall (Angleterre) En compagnie de Hawkind
42. 18/03. Canterbury, Tech Collège (Angleterre)
43. 19/03. Bexley, Black Prince (Angleterre)
44. 26/03. Kew Bridge, Boathouse (Angleterre)
45. 01/04. Dagenham, Roundhouse (Angleterre) Première partie : Cathedral
46. 05/04. Brighton, Dome (Angleterre) Première partie : Southern Comfort
47. 06/04. Wallington, Public Hall (Angleterre)
48. 07/04. Derby, Cleopatra’s (Angleterre)
49. 08/04. Basingstoke, Haymarket Theatre (Angleterre) 400. Première partie : At Swim two birds
50. 14/04. Plymouth, Van Dyke (Angleterre)
51. 20/04. Bristol, Old Granary (Angleterre)
52. 21/04. Leytonston, The Red Lion (Angleterre) Première partie : Paul Brett ‘s Sage
53. 22/04. Gloucester, New Leisure Center (Angleterre) Première partie : Paul Brett ‘s Sage
54. 23/04. Bletchley, Youth Centre (Angleterre) 2 shows le même jour. Première partie : Snake Eye
55. 26/04. Buckley, Tivoli (Angleterre)
56. 27/04. Notthingham, Palace (Angleterre) Première partie : Thin Lizzy
57. 28/04. York, St John’s collège (Angleterre)
58. 29/04. Canterbury, St. Thomas Hall (Angleterre)
59. 30/04. Croydon, Greyhound (Angleterre) 3.000. Première partie : Dragon Milk
60. 02/05. Notthingham, Palace (Angleterre) Première partie : Thin Lizzy
61. 04/05. Newport, Kensington Court Club (Angleterre)
62. 05/05. Eltham, Avery Hill College (Angleterre)
63. 06/05. Wellingborough, The Rock (Angleterre) Première partie : Dark.
64. 07/05. Kenilworth, Chesford Grange (Angleterre)
65. 10/05. Bradford, St. Georges Hall (Angleterre) Première partie de Slade
66. 11/05. Glasgow, Greens Playhouse (Ecosse) 4.000. Premier concert à l’Apollo de Glasgow appelé alors Greens Playhouse en première partie de Slade.
67. 12/05. Sheffield, City Hall (Angleterre) 2.000. Première partie de Slade
68. 13/05. Liverpool, Stadium (Angleterre) Première partie de Slade
69. 14/05. Guildford, Civic Hall (Angleterre) Première partie de Slade
70. 15/05. Birmingham, Top Rank (Angleterre) Première partie de Slade
71. 16/05. Chatham, Central Hall (Angleterre) Première partie de Slade
72. 17/05. Barry, Memorial Hall (Angleterre) Première partie de Slade
73. 19/05. Aberdeen, Music Hall (Ecosse) Première partie de Slade
74. 20/05. Rheinhausen, Am Wertschenhof (Allemagne) Festival ‘Friemersheimer Mayout’
75. 22/05. Germersheim, Insel Grün (Allemagne) Festival ‘2nd British rock meeting’
76. 24/05. Norwich, St. Andrews (Angleterre) Première partie de Slade
77. 25/05. Purley, Orchid Ballroom (Angleterre) Première partie de Slade
78. 27/05. Leicester, stadium (Angleterre) Festival en compagnie de Slade, Tim Hardin et Atomic Rooster
79. 27/05. Lowestoft, South Pier (Angleterre)
80. 29/05. Lincoln, Great Western Festival (Angleterre) 10.000. En compagnie de Genesis, Humble Pie et Joe Cocker.
81. 30/05. Manchester, Free Trade Hall (Angleterre) Première partie de Slade
82. 17/06. Edwinstowe, Broomhill grange farm (Angleterre)
83. 22/06. Leicester, College Of Education (Angleterre) Première partie : Choise
84. 23/06. Scraptoft, Summer Ball’72 (Angleterre) Première partie : Choise et Melodia Steel Band
85. 24/06. Dagenham, Roundhouse (Angleterre) Première partie : Malaka
86. 26/06. Londres, Marquee Club (Angleterre) 500. Première partie : Burnt Oak. bootleg
87. 27/06. Londres, Marquee Club (Angleterre) 500. Première partie : Pugmaho
88. 30/06. Portsmouth, Guildhall (Angleterre) Première partie : Jailbait and Thumper
89. 07/07. Braunschweig, Am Kennelbald (Allemagne) avec Alice Cooper
90. 08/07. Dallenberg, Football Stadium (Allemagne) En compagnie de Jeff Beck, Alexis Korner, King Crimson.
91. 09/07. Dallenberg, Football Stadium (Allemagne) avec Golden Earing
92. 11/07. Gottingen, Stadthalle (Allemagne) Festival ‘British rock in concert’
93. 21/07. Margate, Dreamland Ballroom (Angleterre) Première partie : Snake Eye
94. 22/07. Nottingham, Forest Recreation Ground (Angleterre) avec Atomic Rooster et The Faces
27/07. Bournemouth, Starkers Royal (Angleterre) annulé, problème musculaire de Lancaster, remis au 17.08.
28/07. Londres, King’s Cross Cinéma (Angleterre) annulé, problème musculaire de Lancaster, remis au 18.08.
29/07. Cromer, Links pavillon (Angleterre) annulé, problème musculaire de Lancaster.
95. 04/08. Leytonstone, Red Lion (Angleterre) Première partie : Jerusalem
96. 06/08. Croydon, Greyhound Hotel (Angleterre) 3.000. Première partie : J.S.D band
97. 09/08. Torquay, Marquay Town Hall (Angleterre) Première partie : Ezra Pound & Davy Jones
98. 11/08. Plymouth, Guildhall (Angleterre) 376. Bénéfice : 117 £
99. 12/08. Penzance, Winter gardens (Angleterre) avec Hawkind et Mott he Hoople
100. 13/08. Reading, Festival (Angleterre) Apparition de ‘Big fat mama’ dans la set-list. Le groupe empoche, pour sa prestation, 350 £. En compagnie de Ten Years After.
101. 17/08. Bournemouth, Starkers Royal (Angleterre) Première partie : Fraternity
102. 18/08. Londres, Kings Cross Cinema (Angleterre) Première partie : Mahatma Kane Jeeves
103. 19/08. Bridlington, Spa Royal Hall (Angleterre) Première partie : Cottonwood
104. 03/09. Hemel Hempstead, Pavillon (Angleterre) 1.000
105. 14/09. Cleethorpes, Winter gardens (Angleterre)
106. 16/09. Buxton, YFA derbys blues festival (Angleterre) apparition du groupe à 13h.
107. 16/09. Liverpool, stadium hall (Angleterre) Première partie : Hackensack. 2 shows le même jour
108. 17/09. Derby, Clouds club (Angleterre)
109. 21/09. Sundown, Mile End (Angleterre) Première partie : Stray
110. 23/09. Grangemouth, stadium, festival (Ecosse) En compagnie de Steeleye Span, Lindisfarne, Jeff Beck et Beck Bogart & Appice.
111. 24/09. Redcar, Jazz Club (Angleterre)
112. 27/09. Mile End, Sundown (Angleterre) Première partie : Stray
113. 30/09. Dagenham, Roundhouse (Angleterre) Première partie : The Incredible Hog
114. 04/10. Dunstable, Civic Hall (Angleterre) Première partie : Bizantium
115. 07/10. Southend, Kursaal Ballroom (Angleterre) Première partie : Ellis
116. 08/10. Gravesend, Civic Hall (Angleterre) Première partie : Quadrille
117. 12/10. Westcliff-on-Sea, Queens Hotel (Angleterre)
118. 13/10. Bristol, University (Angleterre) Première partie : Magic Muscle
119. 14/10. Londres, University Students Union (Angleterre) Première partie : Supertramp
120. 21/10. Cambridge, Corn Exchange (Angleterre) Première partie : Biggles
121. 22/10. Bournemouth, Chelsea Village (Angleterre) Première partie : Fraternity où sévit au chant Bon Scott.
122. 24/10. Ipswich, Bards Hall (Angleterre)
123. 29/10. Chelmsford, Chancellor Hall (Angleterre)
124. 02/11. Worthing, Assembly Hall (Angleterre) Première partie : Snake Eye
125. 03/11. Salford, University (Angleterre)
126. 04/11. Londres, Imperial College (Angleterre) Première partie : New York Dolls
127. 10/11. Birmingham, Aston University (Angleterre)
128. 11/11. Northampton, Cricket Ground (Angleterre) Première partie : Quadrille
129. 12/11. Southend, Queens Hotel (Angleterre)
130. 15/11. Bristol, Tiffany (Angleterre)
131. 18/11. Norwich, Melody Rooms (Angleterre)
132. 20/11. Londres, Langham 1 (Angleterre) B.B.C sessions
133. 25/11. Leeds, University (Angleterre) Première partie : Crowbar
134. 26/11. Guildford, Civic Hall (Angleterre) Première partie : Bizantium
135. 28/11. Londres, Marquee Club (Angleterre) 500. Première partie : Greenslade. bootleg
136. 30/11. Manchester, Hard Rock Club (Angleterre) Première partie : Steve Ellis
137. 01/12. Londres, New Cross, Goldsmiths College (Angleterre) Présence de Brian Shepperd, patron de Vertigo.
138. 06/12. Londres, Paris théâtre (Angleterre) B.B.C sessions
139. 08/12. Kings Lynn, Corn Exchange (Angleterre)
140. 09/12. Coventry, College Of Education (Angleterre) Première partie : Stealers Wheel
141. 10/12. Blackpool, Opera House (Angleterre) avec The Faces
142. 14/12. Germersheim, Stadhalle (Allemagne) Première partie : Blues Session
143. 15/12. Ausbourg, Kongresshalle (Allemagne) première partie : Professor Wolfff
144. 16/12. WeiBenohe, Jugenclub to Act (Allemagne) Première partie : Mocadan Rochée
145. 17/12. Bad Hersfeld, Jahnhalle (Allemagne)
146. 18/12. Siegen, Stadtbühne (Allemagne)
147. 19/12. Cologne, Theater Am Weisshauss (Allemagne)
148. 21/12. Londres, Mile End Sundown (Angleterre) Première partie : Byzantium
149. 22/12. Walthamstow, Waltham Forest Technical collège (Angleterre)
150. 23/12. Malvern, Winter Gardens (Angleterre) Première partie : Snake Eye
151. 29/12. Grays Thurrock, Civic Hall (Angleterre) Première partie : Fusion Orchestra. Le concert est écourté en raison d’un énergumène agressif monté sur la scène.
152. 30/12. Cambridge, Corn Exchange (Angleterre) Première partie : Snake Eye
153. 31/12. Croydon, Greyhound Hotel (Angleterre) Première partie : Byzantium

Morceaux joués en 1972 : Junior’s wailing, Someone´s learning, In my chair, Railroad, Big fat mama, Is it really me ? Gotta go home, Mean girl, Roadhouse blues, Bye bye Johnny, Paper plane, Don’t waste my time,

















Revenir en haut Aller en bas
yvon

avatar

Nombre de messages : 4189
Date d'inscription : 21/08/2007
Age : 63
Localisation : LIMOGES

MessageSujet: Re: 1972 remasterisé   Dim 27 Nov - 10:43

Superbe travail,encore merci Eric. top3
A lire les premières parties,pour certains groupes cela a été une carrière "feu de paille".
Revenir en haut Aller en bas
jack17

avatar

Nombre de messages : 3672
Date d'inscription : 07/10/2007
Age : 53
Localisation : Valais, Suisse

MessageSujet: Re: 1972 remasterisé   Dim 27 Nov - 11:20

yvon a écrit:
A lire les premières parties,pour certains groupes cela a été une carrière "feu de paille".

oui beaucoup de ces groupes ou artistes sont inconnus par contre celui-là plus tard ce sera super-connus:
119. 14/10. Londres, University Students Union (Angleterre) Première partie : Supertramp
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/jack17music
Eric

avatar

Nombre de messages : 2160
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: Re: 1972 remasterisé   Dim 27 Nov - 20:22

yvon a écrit:
Superbe travail,encore merci Eric. top3
A lire les premières parties,pour certains groupes cela a été une carrière "feu de paille".

Merci Yvon, oui, c'est exact ...
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Marie
Admin
avatar

Nombre de messages : 15499
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 61
Localisation : Meuse (55)

MessageSujet: Re: 1972 remasterisé   Mar 29 Nov - 10:12

Les premières parties de Slade, ça devait être de la folie dans la salle !
Revenir en haut Aller en bas
jack17

avatar

Nombre de messages : 3672
Date d'inscription : 07/10/2007
Age : 53
Localisation : Valais, Suisse

MessageSujet: Re: 1972 remasterisé   Mar 29 Nov - 20:18

oui avec SLADE : ce n'est en cette année qu'ils avaient sorti leur fameux album Live!

Incroyable pour cette année '72 sur 153 concerts, ils y en a une douzaine en Allemagne le reste tous sur le sol Britannique!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/jack17music
Eric

avatar

Nombre de messages : 2160
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: Re: 1972 remasterisé   Mer 30 Nov - 8:02

jack17 a écrit:
oui avec SLADE : ce n'est en cette année qu'ils avaient sorti leur fameux album Live!

Incroyable pour cette année '72 sur 153 concerts, ils  y en a une douzaine en Allemagne le reste tous sur le sol Britannique!

C'est vrai, Jack, tu as raison ... Le groupe voulait séduire son pays avant d'essayer de percer ailleurs. En ce qui concerne l'Allemagne, ils y étaient déjà, quelque peu populaires.
Revenir en haut Aller en bas
Patrick
Admin
avatar

Nombre de messages : 187584
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 55
Localisation : Moselle 57

MessageSujet: Re: 1972 remasterisé   Mer 30 Nov - 13:50

top3 excellent tout ça ! encore merci Eric!

_________________
Même si l'on sait où l'on va, il est bon quelques fois de se voir rappeler qu'on est dans la bonne direction...
Revenir en haut Aller en bas
http://patquo.buygoo.net/
Eric

avatar

Nombre de messages : 2160
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: Re: 1972 remasterisé   Mar 7 Mar - 8:18

Discographie 1972 :

10/11 : Paper plane
n°8 en Angleterre
n°42 en Allemagne
n°10 en Suède
n°20 en Norvège
n°20 en Nouvelle-Zélande
n°11 en Irlande


15/12 : Piledriver (album)
n°5 en Angleterre (disque d'or)
n°31 en Allemagne
n°12 en Suède
n°16 en Australie
n°23 en Norvège
n°13 en Finlande

Revenir en haut Aller en bas
figureofeight

avatar

Nombre de messages : 774
Date d'inscription : 14/08/2008
Age : 51
Localisation : st thégonnec

MessageSujet: Re: 1972 remasterisé   Ven 5 Mai - 12:34

Génial Eric, vraiment passionnant. Je suis impressionné par l''obstination du groupe (et celle de son management durant toutes ces années), pour enfin rencontrer le succès.
Revenir en haut Aller en bas
Eric

avatar

Nombre de messages : 2160
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: Re: 1972 remasterisé   Ven 5 Mai - 19:51

figureofeight a écrit:
Génial Eric, vraiment passionnant. Je suis impressionné par l''obstination du groupe (et celle de son management durant toutes ces années), pour enfin rencontrer le succès.

champpion C'est vrai qu'ils ont mérité leur succès !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 1972 remasterisé   

Revenir en haut Aller en bas
 
1972 remasterisé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 1972 remasterisé
» Manfred GURLITT (1890-1972). Wozzeck...et autres oeuvres
» Hot Tuna - Burgers (1972)
» Van Morrison - TB Sheets Remasterisé
» John Lennon & Yoko Ono : Sometime In New York City (1972)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Status Quo le forum francophone :: STATUS QUO :: L'histoire du groupe-
Sauter vers: