Forum francophone dédié au groupe Status Quo
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 1971 remasterisé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eric

avatar

Nombre de messages : 2084
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: 1971 remasterisé    Sam 26 Nov 2016 - 12:46

En 1971, le groupe ne pense qu’à percer, se faire une place dans le rock anglais et international. Les succès des simples produits l’année précédente entretiennent l’espoir, même si l’échec du dernier album est encore dans toutes les mémoires. Status Quo, dont la structure musicale est maintenant bien en place, se donne comme objectif de classer son futur album dans les Charts et de se faire connaître par un public plus large.
Pour se faire, le groupe puise une énergie extraordinaire. Ils tournent sans cesse et à leur grande joie, de plus en plus de promoteurs font appel à eux. Finalement, les succès de ‘Down the dustpipe’ et celui plus récent de ‘In my chair’ n’auront pas été inutiles de ce point là. Au niveau des concerts, cette année est nettement plus dense que la précédente. Du 3 au 31 janvier, le groupe joue, non stop, dans des petites salles anglaises. ‘In my chair’ est diffusé le 4 janvier, à l’émission ‘Top of the Pops’ mais seulement à partir du support disque, le groupe étant absent. Bien qu’un prémice de succès semble naître, la presse les considère comme une pâle et ignoble copie de ‘Canned Heat’. Le 11 janvier, ‘In my chair’, entre dans les Charts allemands pour une semaine, à la 38ième place. Pourtant, le torchon brûle entre Bunce et Barlow qui vivent leurs derniers mois à la tête du groupe. Leur relation se détériore rapidement ainsi qu’avec le groupe. ‘Alan s’engueulait avec Barlow tout le temps’ affirme Parfitt. Mais le plus important, c’est que le groupe veut maintenant un manager à temps complet, quelqu’un qui puisse s’investir de manière permanente. ‘Pat avait fait beaucoup de bonnes choses depuis le début et c’est lui qui nous avait amené là où nous étions. Bon, ce qui n’était pas si extraordinaire lorsque l’on y regarde de plus près. Mais nous arrivions à un stade où nous avions progressé et où le business avait changé. Nous avions, alors, vraiment besoin d’un manager à temps plein’ souligne Lancaster. Mais Barlow refuse de quitter son métier et commence à montrer des signes de lassitude à voir que les choses mal tourner. Il a beau insister sur le fait que les revenus provenant de la plomberie servent aussi à financer, en partie, les projets du groupe, les jeunes musiciens ne veulent rien savoir. Rossi and Co veulent un manager qui saura comprendre la direction qu’ils veulent suivre. Status Quo en a assez et avec l’aide de Bob Young, Francis, Alan, Rick et John décident d’écrire une lettre à leurs deux managers pour signifier leur renvoi. Ecrite dans un train en partance pour l’Ecosse, cette fameuse missive est postée à Aberdeen. A la réception de cette dernière, Bunce et Barlow réagissent difficilement et accusent le groupe de bien des maux. Ils accusent Young de manœuvrer le groupe afin de se donner des revenus plus conséquents. Cependant, voyant la situation arriver à un point de non retour, Barlow rédige un courrier au Quo acceptant ce renvoi en leur souhaitant, néanmoins, bonne chance pour l’avenir. Mais les deux managers, avant de quitter le groupe, mettent plusieurs choses au point qui sont stipulées dans cette réponse. ‘Vous n’ignorez surement pas que nous avons contacté Bob Young la semaine dernière afin de découvrir ce qui est arrivé de l’argent. Nous lui avons dit, qu’en tant que road manager, employé par nous, il devait rester en contact, constamment. Son travail est de collecter l’argent et de nous le redonner. Comme vous le savez, nous lui avons donné tout pouvoir pour payer vos salaires et vos dépenses et nous redonner le reste. C’était O.K mais, ces deux derniers mois, il nous a complètement évité. Nous comprenons votre position, vous ne voulez plus ni de Joe ni de moi comme managers. Votre déloyauté et votre ingratitude me font penser que notre séparation est inéluctable. Cependant, vous devez savoir qu’il n’y a aucune dette, que Joe et moi-même avons tous remboursé pendant ces trois ans de durs labeurs. Len Tucker est intéressé pour vous manager et je pense que vous devriez l’écouter avant de choisir votre manager.’ N’écoutant aucunement ces conseils, le groupe recrute alors un certain Nigel Thomas, alors en charge de la carrière de Joe Cocker, comme nouveau manager, rencontré au show de Léon Russel au Royal Albert Hall de Londres, le 2 février, où Status Quo assure la première partie. Cette représentation s’avère être un véritable désastre pour le groupe. Arrivés juste avant qu’ils ne montent sur scène, à cause d’un enregistrement effectué juste avant dans les studios de la B.B.C, on leur mentionne que leurs amplis risquent de se détériorer s’ils jouent plus de quinze minutes. Devant cette inquiétude, la prestation des quatre musiciens n’est pas extraordinaire et pendant ce court laps de temps passé sur scène, Status Quo est fortement conspué par le public. Francis Rossi relate les faits : ‘Nous n’étions pas à la hauteur. Nous étions à la moitié de la représentation et jouions ‘Is it really me’ lorsque quelqu’un qui était dans l’audience cria : ‘Allez vous faire foutre ! Vous n’êtes qu’un tas de détritus !’. Peu de temps après, Colin Johnson qui vient de créer sa propre agence appelée Exclusive Artists, est approché par le groupe avec lequel il a quelque peu travaillé, l’année précédente. Francis Rossi l’appela en lui disant : ‘Nous sommes vraiment dans une impasse, peux-tu faire quelque chose pour nous ?’ Suite à la réponse positive de ce dernier, il devient rapidement le manager du groupe en remplacement de Nigel Thomas, lequel ayant fait un passage éphémère à la tête de la formation. Cette transition s’opère au mois de mars. La rencontre entre le groupe et Johnson se passe au studio de Pye où Status Quo travaille sur certains morceaux constituant l’éventuel futur album. La première réaction du groupe, dans son intégralité, est de se moquer de la tenue vestimentaire de Johnson qu’ils jugent trop snobinarde ! Francis Rossi, Rick Parfitt et Alan Lancaster avertissent Johnson qu’ils veulent vraiment continuer dans le genre musical qu’ils ont commencé avec leur album ‘Ma Kelly’s greasy spoon’ et surtout changer de ce circuit qu’ils jugent très ennuyeux. Johnson ne devient pas seulement le manager de Status Quo mais bien plus que çà. Il devient l’ami, le confident, il prend en mains la destinée du groupe. Tout d’abord, Johnson est très perspicace et connaît le monde du buziness sur le bout des doigts. Mais, le plus important, il croît en son groupe, surtout en sa puissance scénique. Cependant, il y a un ‘hic’ et il est de taille. Status Quo est complètement cassé financièrement et ce que le groupe ignore c’est que Johnson l’est tout autant. Courageusement, le nouveau manager hypothèque sa maison et récolte ainsi la somme de 8.000 Livres qu’il investit aussitôt dans le groupe. Cette somme sert, par exemple, à payer certains propriétaires de ballrooms pour engager Status Quo. ‘C’est vrai, il m’arrivait de payer pour placer le groupe. Seulement, ils faisaient une telle sensation que les promoteurs disaient qu’ils les voulaient à nouveau et surtout, en tête d’affiche. Personne d’autre ne semblait vouloir s’investir avec eux. J’ai toujours aimé leur dévouement et c’était le groupe le plus excitant que j’avais pu voir et je voyais quatre à cinq groupes par semaine. De plus, manager un groupe m’attirait vraiment. Ma politique était de leur donner vraiment leur chance, de les laisser jouer, s’exprimer et de montrer leur réelle valeur. C’était un combat de tous les instants pour leur trouver des concerts’ affirme Johnson. Alors que Grand Funk Railroad bat le record de recettes pour un seul concert au Shea Stadium , alors détenu par les Beatles pour leur représentation dans ce même stade, en 1965 (306.000 $ contre 304.000), Status Quo, comme les années précédentes, doit se contenter de quelques £ pour une représentation ce qui est incroyable pour un groupe ayant eu quatre singles au top 40 anglais ! Le nouveau manager est également complètement surpris lorsqu’il prend connaissance des termes du contrat discographique signé avec Pye, cinq ans avant. Il se décide alors d’essayer de renégocier rapidement les chiffres du dit contrat. Johnson propose que le groupe doit percevoir 4% sur les ventes anglaises et 2% à l’extérieur des frontières. Bien que ses chiffres présentés soient réellement modestes, pour l’époque, Johnson essuie un refus catégorique. De plus, concernant les tournées, il espère pouvoir obtenir un plus grand investissement financier de la maison de disques. A nouveau, refus ! Pye ne prétend investir plus dans les tournées que si Quo obtient un grand hit. La maison de disque ne perçoit pas les tournées comme un outil de promotion. Ces péripéties n’altèrent en rien l’enthousiasme des quatre jeunes gens qui est même décuplé grâce à ce nouvel apport humain. Johnson décide de libérer son groupe de l’emprise qu’il y avait avec Barlow. Il les laisse faire selon leur imagination. C’est à cette époque que le groupe décide de terminer ses concerts avec ‘Bye bye Johnny’. Cette année, pas moins de cent cinquante concerts sont donnés ce qui contribue à leur octroyer une certaine popularité. Status Quo joue au Marquee club de Londres, le 9 avril, en compagnie de Thin Lizzy. Quelques heures avant le concert, le camion transportant le matériel de Thin Lizzy fut fracturé et le matériel volé. Phil Lynott jouera avec la basse d’Alan Lancaster. Sur scène, Status Quo se révèle au public. Il est facile de constater que le groupe a mis une sérieuse dose de rock’n’roll et de blues dans sa musique qui s’est considérablement alourdie. Le 26 mai, une nouvelle tournée allemande voit le jour. Seize dates sont programmées. Le 13 juin, Quo joue à Berlin. En effet, Status Quo est incorporé au Pop and Blues Sunday Festival en compagnie d’Alexis Corner et d’Atomic Rooster. Ces incessantes tournées allemandes populariseront les Londoniens sur ce territoire. Le 16 juin, à Twickenham, Status Quo joue, à nouveau en compagnie de Thin Lizzy. Les deux groupes ont ce navrant point commun, c’est qu’ils nagent dans l’insuccès chronique. Rick Parfitt restera un grand ami de Phil Lynott jusqu’au décès de ce dernier , en 1986. A l’image de T.Rex, les quatre membres du groupe songent se renommer S.Quo, projet qui, finalement, sera abandonné.
Pourtant, si le groupe fait sensation sur scène, le nouveau single “Tune to the music”, sorti le 18 juin et écrit par le duo Rossi-Young, en Irlande, est un bide total. Le choix de ce titre comme single peut paraître étonnant car ce n’est pas un boogie de la même mouture que ‘Down the dustpipe’ ou ‘In my chair’. La face B intitulée ‘Good thinking’ est un morceau musical issu des bœufs en studio. John Peel, qui avait craqué pour ‘In my chair’ ignore, là, complètement le titre qui, hors territoire britannique, n’est édité qu’en France et en Allemagne, c’est dire le peu de confiance mis en ce single. Il est, un moment envisagé, par Pye de faire faire des enregistrements de Quo avec John Lee Hooker afin d’élaborer un album ou figurerait le groupe anglais et l’artiste américain. Ce projet meure avant de commencer à être vraiment élaboré. Pas démotivés pour autant, Francis, Rick, Alan et John entrent en studio à l’été pour commencer l’enregistrement de leur nouvel album. En effet, le contrat discographique est arrivé à échéance, le 18 juillet et après quelques tractations difficiles, Pye, grâce notamment à un changement de direction, décide de réitérer sa confiance et renouvelle le contrat pour un seul album. A l’instar de l’enregistrement de l’album précédent, Status Quo ne s’embarrasse pas d’effets ou de mixage sophistiqué, le tout étant réalisé live, en bloc ! Seule nouveauté par rapport à ’My Kelly’s greasy spoon’, l’apport d’un pianiste appelé Bruce Foster. Rossi nous raconte son engagement : ’Je me souviens, qu’à un moment, un type, appelé Bruce, est venu d’un autre studio. Alors que nous jouions, il a passé la tête par la porte entrouverte et nous a demandé s’il pouvait jouer du piano avec nous. Nous lui avons dit de venir, il s’est assis derrière le piano et a commencé à jouer. L’enregistrement pour nous était comme jammer.’ Pas très professionnel tout ça ! Néanmoins, confiants et rassurés un peu sur leur avenir, Rossi et Young partent en vacances à Perranporth, avec leur épouse, chacune attendant un enfant. Là, les premières ébauches de ‘Caroline’ voient le jour. Bob Young nous confie la genèse de ce morceau. ‘Nous avons commencé à écrire ‘Caroline’, Francis et moi alors que nous étions en vacances à Perranporth. Le temps n’était pas terrible et nous étions assis dans la salle de restaurant de cet hôtel vide, avec une guitare, tout en attendant que le soleil apparaisse. Nous avons enregistré les premiers prémices sur un vieux magnétophone et terminé la chanson, quinze jours plus tard, chez Francis’. Le 14 août, afin d’essayer de ‘s’internationaliser’ , Status Quo participe, pour la première fois, à la célèbre émission allemande, Disco. Le titre qui y est interprété est ‘Tune to the music’. Quelques jours après, le groupe se produit à Majorque, en Espagne et pourquoi pas joindre l’utile à l’agréable, John, Rick, Francis, et Alan s’y octroient une semaine de congés avant de participer au festival de Weeley, le 28, devant un public tout acquis à sa cause. Programmés à deux heures du matin mais arrivés en retard à cause d’immenses embouteillages, Status Quo débute son set à 8 heures 30, sous une pluie battante. Rossi se souvient de ce moment : ‘Lorsque nous sommes montés sur la scène, on s’est aperçu qu’il y avait une multitude de gens qui essayaient de se protéger de la pluie en mettant leur vêtement sur leur tête. Ils étaient soit frigorifiés soit endormis alors, je leur ai annoncé au micro qu’on allait faire un boucan d’enfer et que, peut-être, certains d’entre eux allaient aimer’. Dès cette déclaration faite, le groupe attaque avec l’incontournable ‘Junior’s wailing’. Le public découvre ‘Someone’s learning’, ‘Umleitung’ et ‘Mean girl’, morceaux écrits pour le futur album. Pourtant, peu de journalistes mentionnent la participation de Status Quo, le groupe est oublié, mis de côté. Rossi ironise ‘les gentlemens de la presse musicale devaient être trop occupés avec leur bacon et leurs œufs. Apparemment, ils ont oublié notre existence’. Après avoir quitté la scène, Status Quo est véhiculé rapidement par hélicoptère vers Londres où ils s’embarquent pour la Suisse, le groupe devant y donner un second concert plus tard dans la journée.
Rick Parfitt fait l’achat de sa télécaster blanche, en Ecosse, pour la somme de 400 Livres. ‘J’avais essayé plusieurs guitares mais je n’avais pas trouvé cette guitare ! Un gars en avait une à vendre et il l’a apportée à un concert. Ca m’a taquiné et je me la suis payée contre une somme de 400 Livres. Ca représentait beaucoup d’argent pour moi, à cette époque mais je devinais que c’était un bon investissement pour le son. Après tout, je peux dire que c’est cette guitare qui m’a appris comment jouer’
Le 31 octobre, à Croydon, Nazareth assure la première partie de Status Quo devant un public attendant Francis, Rick, Alan et John avec hâte. L’impatience aidant, le public envahit la scène, évacuant le groupe écossais afin de laisser place à leurs idoles. Scéniquement au point, il reste à confirmer en studio. C’est le 5 novembre que sort le nouvel album du groupe intitulé “Dog of two head”. Quelques superbes titres (Railroad, Mean girl etc …) contribuent à faire de cet album le plus abouti du Status Quo produit par Pye. ‘C’était le premier des quatre albums dont j’étais vraiment fier. On y a mis beaucoup plus de temps et Status Quo était plus mature. Les titres étaient plus puissants’ précise Schroeder. Tout le monde note une réelle amélioration. Il faut dire que le groupe travaille sur l’élaboration de cet album depuis décembre 1970. ‘On buvait, on fumait, on était beaucoup plus relax, moins aigris, on avait retrouvé du plaisir et cela se sent dans Dog of two head’ affirme Rossi. C’est vrai que l’album dégage une certaine fraîcheur mais encore une fois, la production est décevante. Pourtant malgré un soutien radiophonique correct, notamment sur Radio Luxembourg du disc-jockey Kid Jensen, et une popularité grandissante, les ventes restent médiocres et le disque ne rencontre qu’un succès d’estime. ‘J’ai pensé, à l’époque, que c’était un grand album. J’avais aimé ‘Down the dustpipe’ bien sûr. J’ai passé l’album à l’antenne sans m’assurer au préalable s’il était présentable. Ensuite ils ont été invité à l’émission ‘Blow Up club’ pour les enregistrer en live. Cette émission fut un très grand succès. Ce fut une telle grande soirée que j’ai fini sur la scène avec eux pour interpréter ‘Bye bye Johnny’ affirme Jensen. Mais Pye n’en a cure des succès radiophoniques et veut pouvoir aligner des chiffres de vente, c’est tout ce qui compte ! La situation devient de plus en plus difficile pour Status Quo. Entre la maison de disques et son groupe, les relations demeurent irrémédiablement tendues, le dernier contrat, signé quelques mois auparavant, n’ayant finalement rien apporté de plus. En effet, Pye ne croit plus en l’avenir de Status Quo. Des quatre albums qu’ils ont produit, aucun n’a été classé. De plus Francis, Rick, Alan et John aimeraient produire leur prochain album dont ils ont commencé l’écriture. La maison de production n’apprécie pas les futurs morceaux et s’oppose fermement à une auto-production. Secrètement, Johnson et le management du Quo partent à la recherche d’une nouvelle maison de disques qui saura profiter de leur indéniable impact scénique. Peu de temps après, Brian Shepherd, manager de chez Vertigo, assiste à un concert du Quo et rencontre Johnson et évoque l’avenir du groupe. En fin d’année, Johnson entame une négociation pour effectuer une rupture à l’amiable du contrat avec Pye. En effet, il estime que la maison de disques ne soutient pas assez le groupe et que John Schroeder, même s’il est un professionnel du métier, n’est pas un producteur de rock. Ce dernier sent la fin de la collaboration proche : ‘J’étais assez mal à l’aise. Colin Johnson était devenu leur manager et croyait fermement que Pye n’était pas la bonne compagnie de disques pour eux depuis qu’ils avaient basculé dans un rock plus puissant. Selon lui, nous ne savions pas faire la promotion de ce type de production et, malheureusement, le groupe était à 100% derrière lui’. De leur côté, les dirigeants de Pye voient d’un bon œil le départ de ce groupe dont ils n’attendent plus rien mais pour leur mettre encore plus de batons dans les roues, refuse la rupture à l’amiable. La suite sera tout autre. Mais, regrettant par la suite ce désengagement, la maison de disques n’hésitera pas d’exploiter massivement tout le matériel enregistré chez eux par Status Quo. En concert, le groupe a ajouté à sa set-list plusieurs titres du denier album comme ‘Umleitung’, ‘Someone’s learning’, ‘Is it realy me ? Gotta go home’, ‘Railroad’ et ‘Mean girl’. Pourtant, ça ne suffira pas à faire remonter les ventes.
En cette fin d’année, le groupe change à nouveau de local pour ses répétitions et emménage dans le pub George IV situé à côté de la prison de Brixton. Le groupe ne peut plus répéter sereinement dans le club de jeunes qu’il occupait jusqu’à présent. Un groupe local, The Elephant Mob, composé de jeunes filles, fans du groupe, avait pris l’habitude d’envahir la pièce où se trouvaient les quatre garçons. Inutile de dire que les répétitions étaient vites abandonnées.
Le 25 novembre, Status Quo est à Stockholm pour enregistrer plusieurs titres pour une radio suédoise (Junior’s wailing, In my chair, Someone’s learning, Railroad, Umleitung et Roadhouse blues). Le groupe en profite, alors, pour effectuer sa première tournée, en Suède, avec un certain succès. Le 1er décembre débute la tournée promotionnelle du nouvel album. Les petites salles anglaises sont pleines à craquer et le 3 décembre au Town Hall d’Oxford, une partie du matériel du groupe est dérobée. Pas besoin de ça, les finances étant déjà dans le rouge.



1. 03/01. Epping Groovesville, Wake Arms (Angleterre) 100
2. 09/01. Brighton, Big Apple Concert Hall (Angleterre) Première partie : If
3. 15/01. Devizes, Corn Exchange (Angleterre)
4. 16/01. Cromer, Links Pavilion (Angleterre)
17/01. Nancy, festival (France) Quo contacté mais ne vient pas.
5. 22/01. Kidderminster, Stone Manor Hotel (Angleterre)
6. 23/01. Whitchurch, Civic Centre (Angleterre)
7. 24/01. Nottingham, Union Rowing Club (Angleterre)
8. 25/01. Chester, Quaintways (Angleterre)
9. 29/01. Ayr, Caledonian Hotel (Angleterre)
10. 30/01. Glasgow ,Strathclyde university (Ecosse)
11. 31/01. Coatbridge, YMCA (Angleterre)
12. 02/02. Londres, Royal Albert Hall (Angleterre) Première partie de Léon Russel. Rencontre avec Nigel Thomas,
futur manager du groupe.
13. 07/02. Bexley, Black Prince Hotel (Angleterre)
14. 09/02. Glamorgan, Polytechnic (Angleterre)
15. 11/02. Athyn, Red Dragon (Angleterre)
16. 12/02. Swansea, University (Pays de Galles)
17. 13/02. Basingstoke, Haymarket Theatre (Angleterre) 400. Avec Brian Tucker
18. 14/02. Croydon, Greyhound Hotel (Angleterre) Première partie : Fairport Convention
19. 16/02. Crawley, Starlight Ballroom (Angleterre)
20. 19/02. Reading, University (Angleterre)
21. 26/02. Luton, Recreation Centre (Angleterre) Première partie : Crunchie Frog
22. 27/02. York, St. Johns College (Angleterre)
23. 28/02. Epping, Wake Arms (Angleterre) 100
24. 15/03. Dublin, Télévision Club (Irlande) Première partie : Thin Lizzy et Freedom. Premier concert avec Colin
Johnson en tant que manager.
25. 27/03. Londres, Marquee Club (Angleterre). 500. Première partie : Thin Lizzy
26. 09/04. Londres, Marquee Club (Angleterre) 500. Première partie : Thin Lizzy
27. 10/04. Weston Super Mare, Winter Gardens (Angleterre) Première partie : Grass
28. 15/04. Swindon, McKilroys (Angleterre) Première partie : Grass
29. 16/04. Malton, Milton rooms (Angleterre) Première partie : Blitz Krieg
30. 23/04. Londres, Southwalk Collège (Angleterre)
31. 24/04. Maidstone, Tudor House (Angleterre)
32. 25/04. Stevenage, Bowes Lyon House (Angleterre) Première partie : Grass
33. 30/04. High Wycombe, Blues loft (Angleterre)
34. 02/05. Nottingham, Palace (Angleterre)
35. 06/05. Wellingborough, Rock Club (Angleterre) première partie : Dark and York
36. 08/05. Reading, Bulmersche College (Angleterre) Première partie : Grass
37. 09/05. Croydon, Greyhound Hotel (Angleterre) Première partie : Thin Lizzy
38. 21/05. Swansea, Top Rank Suite (Pays de Galles) En première partie des Kinks
39. 26/05. Kassel, Festival (Allemagne)
40. 27/05. Detmold, Gasthaus zum Falkenkrug (Allemagne)
41. 29/05. Hildesheim, Stadtfest festival (Allemagne)
42. 30/05. Langelsheim, Freedom Rock festival (Allemagne) avec the Faces, Scorpions et Steamhammer
43. 31/05. Rheinhausen, festival (Allemagne)
44. 02/06. Paderborn, Paderhalle (Allemagne)
45. 03/06. Hameln, Take Five (Allemagne)
46. 04/06. Braunschweig, Stadthalle (Allemagne)
47. 05/06. Venloh, Sportplatz (Allemagne)
48. 08/06. Kaunitz, Ostwerstfalenhalle (Allemagne) Première partie : Golden Earring
49. 09/06. Cloppenbourg, Stadthalle (Allemagne) première partie : Shocking Blue
09/06. Twickenham, Winning Post (Angleterre) annulé, reporté au 16/06.
50. 10/06. Vechta, Auktionshalle (Allemagne)
51. 11/06. Rheindalen, Radio BFBS festival (Allemagne)
52. 12/06. Iserlohn, Eissporthalle (Allemagne)
53. 13/06. Berlin, Sportpalast (Allemagne) En compagnie d’Alexis Corner et Atomic Rooster.
54. 16/06. Twickenham, Winning Post (Angleterre) Première partie : Thin Lizzy
55. 20/06. Epping, Wake Arms (Angleterre) 100
56. 24/06. Southend, Fickle Pickle Club (Angleterre)
57. 26/06. Margate, Dreamland Ballroom (Angleterre) 800
58. 27/06. Southall, Northcote Arms (Angleterre) Première partie : Cosmosis
59. 29/06. Barnet, The Salisbury (Angleterre) Première partie : Angst
60. 02/07. Cambridge, University (Angleterre)
61. 03/07. Stoke, Alsager Collège (Angleterre)
62. 15/07. Fulham, Greyhound (Angleterre) John Edwards assiste à ce concert.
63. 16/07. Hayle, Rugby Club (Angleterre)
64. 18/07. Snigg Hill, Black Swan (Angleterre)
65. 20/07. Wood Green, Nightingale (Angleterre) Première partie : Gnome Sweet Gnome
66. 23/07. Worcester, The Coppertops (Angleterre) Première partie : Anubis
67. 24/07. Birmingham, Small Heath Park (Angleterre) avec Fleetwood Mac
68. 25/07. Epping, Wake Arms (Angleterre) 100
69. 26/07. Chester, Quaintways (Angleterre) Première partie : Judas Priest
70. 28/07. Greenford, Oldfield Tavern (Angleterre) Première partie : Gnome Sweet Gnome
71. 30/07. Wimbledon, Hobbits Garden (Angleterre) Première partie : Renia
72. 31/07. Hitchin, Hermitage Ballroom (Angleterre) Première partie : Angst et Gnome Sweet Gnome.
73. 01/08. Londres, Lyceum Ballroom (Angleterre) Première partie de Medicine Head.
74. 06/08. Hereford, Parks Hall Ballroom (Angleterre) Première partie : The Statesmen
75. 11/08. Nienbourg, British army Base Sporthall (Allemagne)
76. 12/08. Mölln, Deutsches Haus (Allemagne)
77. 13/08. Salzgitter, Markplatz festival (Allemagne)
78. 14/08. Oberhausen, Stadfest (Allemagne)
79. 19/08. Bournemouth, Starkers Royal Ballroom (Angleterre) Première partie : Danta
80. 21/08. Majorque, Festival (Espagne)
81. 22/08. Majorque, Festival (Espagne)
82. 28/08. Weeley, Festival (Angleterre) bootleg
83. 28/08. Zurich, Pop&Rock festival (Suisse)
84. 29/08. Bern, festival (Suisse)
85. 04/09. Zurich, Pop festival meeting (Suisse)
86. 05/09. Winterthur, Reitplatz festival (Suisse)
87. 11/09. Belgrade, Festival (Yougoslavie)
88. 17/09. Leytonstone, Red Lion (Angleterre) Première partie : Jerusalem
89. 21/09. Windsor, 1832 Club (Angleterre) Première partie : Albert Monk
90. 23/09. Wallington, Public Hall (Angleterre) Première partie : Unicorn et Walrus Gumboot
91. 24/09. Plymouth, Van Dike (Angleterre)
92. 25/09. Penzance, The Garden (Angleterre) Première partie : Ezra Pound
93. 28/09. Crawley, Starlight Ballroom (Angleterre)
94. 29/09. Twickenham, Winning Post (Angleterre)
95. 30/09. Manchester, Free Trade hall (Angleterre)
96. 01/10. Worcester, The Coppertops (Angleterre)
97. 03/10. Londres, Bumpers (Angleterre) Première partie : Dando Shaft et Accrington Stanley
98. 05/10. Londres, Wood Green Nightingale (Angleterre)
99. 06/10. Worthing, The Pier (Angleterre)
100. 07/10. Worthing, festival (Angleterre)
101. 08/10. High Wycombe, collège (Angleterre)
102. 09/10. Poters Bar, Farx Club (Angleterre)
103. 09/10. Devizes, Town hall (Angleterre) 2 shows le même jour
104. 10/10. Bexley, Black Prince Hotel (Angleterre)
105. 11/10. Kennington, Oval Surrey Rooms (Angleterre) première partie : Danta
106. 14/10. Southall, The White Hart (Angleterre) 2 shows le même jour
107. 14/10. Londres, Chiswick Wot Club (Angleterre) 2 shows le même jour
108. 15/10. Londres, Marquee Club (Angleterre) 500. Première partie : Open Road
109. 16/10. Halifax, Clarence’s club (Angleterre)
110. 21/10. Tolworth, Toby Jug (Angleterre)
111. 22/10. Crewe, College (Angleterre)
112. 23/10. Leicester, University (Angleterre)
113. 24/10. Birmingham, Henry’s Blues house (Angleterre)
114. 26/10. Stoke on Trent, Black Horse (Angleterre)
115. 27/10. Bletchley, Youth centre (Angleterre)
116. 29/10. Anglesey (Angleterre)
117. 30/10. Chester, Quaintways (Angleterre)
118. 31/10. Croydon, The Greyhound (Angleterre) Première partie : Nazareth
119. 05/11. Barnstaple, Queen Anne’s Hall(Angleterre) Première partie : Howitzer, Thin Lizzy et Stomachs.
120. 05/11. Fulham, The Greyhound (Angleterre) avec Thin Lizzy et Dantas. 2 shows le même jour
121. 06/11. Birmingham, Odeon (Angleterre)
122. 15/11. Brighton, Dome (Angleterre) en compagnie de Hawkwind
123. 20/11. Luxembourg, studios RTL (Luxembourg) enregistrement de ‘Blow Up Club’
124. 23/11. Gavle, Saga Korner (Suède)
125. 24/11. Stockholm, Karen Gladjehuset (Suède)
126. 25/11. Stockholm, Radiohuset (Suède)
127. 26/11. Jonkoping, Stragagarden (Suède)
128. 26/11. Tranas, Pub Stopet (Suède)
129. 27/11. Vaxjo, Barbarella Night Club (Suède)
130. 28/11. Goteborg, Studengaren (Suède)
131. 01/12. Londres, Marquee Club (Angleterre) 500. Première partie : Heron
132. 02/12. Oxford, Town Hall (Angleterre)
133. 03/12. Oxford, Town Hall (Angleterre)
134. 04/12. Durham, University Dunelm house (Angleterre) Première partie : Disco
135. 09/12. Sunderland, Locarno (Angleterre)
136. 10/12. Scarborough, Penthouse (Angleterre)
137. 11/12. Dudley, College Of Education (Angleterre)
138. 13/12. Londres, University, King's College (Angleterre)
139. 14/12. Fulham, Greyhound Hotel (Angleterre) Première partie : Tricky Dicky
140. 15/12. Ipswich, St. Matthews Hall (Angleterre)
141. 17/12. Leytonstone, Red Lion (Angleterre)
142. 18/12. Birmingham, Bourneville Technical College (Angleterre)
143. 19/12. Bexley, Black Prince Hotel (Angleterre)
143. 21/12. Wood Green, Nightingale (Angleterre)
144. 22/12. Altrincham, North Cheshire College (Angleterre)
145. 23/12. Torquay, Victoria Hotel (Angleterre) Première partie : Howitzer et Stomachs.
146. 26/12. Croydon, Greyhound Hotel (Angleterre) Première partie : Easyleaf
147. 28/12. Maidstone, Madhatter (Angleterre)
148. 30/12. Tolworth, Toby Jug (Angleterre)
149. 30/12. Kingston Upon Thames, Polytechnic (Angleterre) 2 shows le même jour



Morceaux joués en 1971 : Umleitung, Nanana, Roadhouse blues, Down the dustpipe, Spinning wheel blues, Is it really me? Gotta go home, Junior’s wailing, April Summer Spring and Wednesdays, In my chair, Railroad, Mean girl, Bye bye Johnny.






Revenir en haut Aller en bas
yvon

avatar

Nombre de messages : 3939
Date d'inscription : 21/08/2007
Age : 63
Localisation : LIMOGES

MessageSujet: Re: 1971 remasterisé    Sam 26 Nov 2016 - 15:44

top3 Merci Eric!
Revenir en haut Aller en bas
jack17

avatar

Nombre de messages : 3507
Date d'inscription : 07/10/2007
Age : 53
Localisation : Valais, Suisse

MessageSujet: Re: 1971 remasterisé    Sam 26 Nov 2016 - 17:48

cheers

assez étonnant qu' avec tous ces concerts de l'année qu'ils finissent dans les chiffres rouges en 1971 saispas

beaucoup de date avec THIN LIZZY qui a cette époque n'avait enregistré qu'un seul disque !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/jack17music
Eric

avatar

Nombre de messages : 2084
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: Re: 1971 remasterisé    Dim 27 Nov 2016 - 7:30

jack17 a écrit:
cheers

assez étonnant qu' avec tous ces concerts de l'année qu'ils finissent dans les chiffres rouges en 1971 saispas

beaucoup de date avec THIN LIZZY qui a cette époque n'avait enregistré qu'un seul disque !

C'est vrai, Jack et pourtant ... Le groupe était peu payé 'live' en 1971 car ils n'ont eu aucun hit singles et tournait, régulièrement mais dans de petites salles peu lucratives. J'ai dans mes tiroirs un dossier 'la vie du groupe en concert' où tout ça est répertorié de façon plus précise. Je le mettrai en ligne, prochainement. helolo
Revenir en haut Aller en bas
jack17

avatar

Nombre de messages : 3507
Date d'inscription : 07/10/2007
Age : 53
Localisation : Valais, Suisse

MessageSujet: Re: 1971 remasterisé    Dim 27 Nov 2016 - 10:14

oui c'est vrai qu'en ces temps là les concerts (au prix souvent dérisoire par rapport a aujourd'hui) servaient surtout a promouvoir la vente des albums qui rapportaient beaucoup ... en cas de vente importante bien sûr!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/jack17music
Jean-Marie
Admin
avatar

Nombre de messages : 14644
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 61
Localisation : Meuse (55)

MessageSujet: Re: 1971 remasterisé    Mar 29 Nov 2016 - 9:09

Le serpent de mer du festival de Nancy . A-t-il eu lieu au final ? Je n'ai pas de trace...
Joli travail surtout pour retrouver les premières parties !
Revenir en haut Aller en bas
Eric

avatar

Nombre de messages : 2084
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: Re: 1971 remasterisé    Mar 7 Mar 2017 - 7:13

Discographie 1971 :

18/06 : Tune to the music


05/11 : Dog of two head (album)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 1971 remasterisé    

Revenir en haut Aller en bas
 
1971 remasterisé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hound Dog Taylor And The Houserockers (1971)
» CHERCHE BOOTLEG RARE UFO 1971
» Gibson Dove custom de 1971
» Amsterdam, 5 juin 1971
» A Tribute To Jack Johnson (1971)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Status Quo le forum francophone :: STATUS QUO :: L'histoire du groupe-
Sauter vers: