Forum francophone dédié au groupe Status Quo
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Petite et grande histoire du Quo - 2013

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eric

avatar

Nombre de messages : 2158
Date d'inscription : 22/08/2007
Age : 50

MessageSujet: Petite et grande histoire du Quo - 2013   Ven 14 Oct - 18:26

Au mois de janvier, l’actualité concernant Status Quo est, surtout, concentrée sur deux sujets : La reformation du groupe original et le remplacement de Matthew Lettley. Le nom de son successeur tarde à venir et les raisons de son départ restent inconnues. Pourtant, une rumeur fait état d’un fait incroyable. Lettley qui n’a, rappelons le, qu’un statut d’employé aurait demandé une augmentation de salaire … refusée par le management ! ! ! Un mois plus tard, coup de théâtre ! ! ! Matthew annonce sa réintégration au sein de Status Quo pour les concerts à venir. Toutes les supputations vont bon train. Et si tout simplement Lettley avait mis Rossi et Parfitt dans l’embarras ! ! ! En effet, le mois de janvier étant depuis quelques années, devenu mois de repos chez Quo donc pas le temps de répéter avec un nouveau batteur. Et puis, en février, les répétitions des quatre originaux voient le jour donc pas de solution excepté une réintégration de l’ancien batteur. Car, en effet, le 21 février 2013 restera une date clef dans l’histoire du groupe. Elle marque le début des fameuses répétitions attendues depuis plus de 30 ans. Status Quo fait la couverture du ‘Classic rock magazine’ du 27 février. Les quinze jours de répétitions nécessaires permettent à la formation de s’imprégner des morceaux qu’elle jouait de 1970 à 1976. Pas de titres antérieurs ou supérieurs à ce créneau ! ! ! Pas étonnant lorsque l’on sait que cette période reste celle de l’homogénéité du groupe. Le 6 mars, l’02 Appolo de Manchester est archi-plein soit 3.500 personnes qui découvrent le rideau à l’effigie de l’album ‘Hello’, cachant la scène. L’enregistrement de la voix de Lynton (l’annonce des mythiques concerts de Glasgow de 1976) bat son plein ! Le rideau tombe, les quatre sont là, dans la lumière … Frissons ! ! ! Le show est entamé, comme en 1976, avec Junior’s wailing puis dix-sept autres morceaux se succèdent dont les inédits ‘O Baby’ et ‘Blue eyed lady’ jamais joués. Les autres dates se déroulent dans la même ambiance ce qui fait dire à Lancaster : ‘C’est fantastique de revenir à Wembley mais, partout où nous sommes passés, la réaction a été étonnante. Sans aucune publicité, les six premières dates se sont vendues en dix minutes. Nous avons, alors, ajouté quelques dates qui se sont tout aussi bien vendues. Nous avons été surpris par la réaction des fans venus de partout dans le monde. Les gens étaient tellement émus de nous voir, à nouveau, ensemble que certains ont pleuré. Il est indéniable qu’il existait une vraie alchimie entre nous quatre, à notre apogée. Nous avons trouvé qu’elle était toujours présente. Seuls les quatre ensemble pouvons jouer et sonner comme du Status Quo. Vous pouvez ajouter un autre bassiste, un batteur, un claviériste, vous ne pourrez jamais remplacer la dynamique que nous avons eu parce que nous sommes très proches musicalement. Je le sais parce que j’ai essayé avec mes groupes en Australie. Même Rossi, jadis profondément opposé à cette réunion y va de son commentaire positif : Dès le premier concert, il était clair que la magie était revenue. Nous sentions déjà ça lors des répétitions mais, chaque soir, devant ce public déchaîné, c’est devenu plus évident’. Après la dernière date, le 17 mars, à l’Arena de Wembley, il est facile de constater que ce tour fut un succès considérable. Les salles sold-out, à chaque fois, un Rossi qui n’a jamais aussi bien joué distillant ses solis façon 70’, chose qui faisait cruellement défaut ces dernières années. Coghlan et Lancaster ont tenu le coup alors que beaucoup voyaient cet immense bassiste capituler, à cause de sa maladie, au bout du premier ou deuxième concert. Seul, Parfitt se montra moins à son avantage même s’il s’est nettement amélioré sur les dernières dates. Enfin, un merchandising digne de ce nom verra le jour. Quant à l’ambiance des concerts, on se serait tout bonnement revenu quarante ans en arrière. L’Hammersmith Odéon verra la présence dans le public de Bown, Lettley (qui partira au bout de vingt minutes) et Edwards venus assister à la représentation. Ce dernier y va, même, de son jugement positif. ‘Je suis allé voir ça à l’Odéon. Ce n’était pas très bon, c’était fabuleux. J’ai vraiment passé du bon temps dans une incroyable atmosphère. Pour moi, Rick fut la star du show. Tout tournait autour de lui mais le public était venu voir les quatre qui avaient fait du Quo le monstre des années 70. Il y avait, énormément d’amour dans la salle. Il ajoute même : ‘J’ai toujours dit que la dernière tournée de ce groupe devrait avoir lieu avec la formation originale. J’ai dit à Rick, la veille du premier concert, qu’il ne savait pas à quel point les fans seraient heureux de les revoir tous les quatre sur scène. Il m’a rappelé, le lendemain, pour me dire que j’avais raison’ J’ai aimé écouter ces vieux titres notamment ‘Blue eyed lady’. Je les emmerdais depuis dix ans pour jouer ce titre’ . Six jours plus tard, à Fremantle , en Australie, ce sont bien eux qui sont sur scène en lieu et place de Coghlan et Lancaster pour un show redevenu classique. Pourtant, Parfitt ne semble pas savourer complètement cette tournée après celle du Frantic Four. Il s’explique : ‘Je ne me suis pas délecté d’un retour avec Rhino et Andy bien que, avec le plus grand respect que j’ai pour eux, ce soient des types sympas et de grands musiciens car j’allais regretter le réalisme des quatre originaux et cette euphorie. Mais ça n’a duré que deux concerts et j’étais de retour avec le Quo actuel qui est, aussi, un groupe fabuleux’’. Sept dates australiennes à succès contrastent avec la réaction européenne concernant du single ‘Bula Quo’, bande originale du film du même nom où sévissent Rossi et Parfitt. La teneur des critiques est telle qu’elle en oblige le management du groupe à fermer, définitivement, le forum du site officiel. Depuis dix ans, Status Quo n’était pas retourné au Mexique où quatre concerts sont programmés. L’annulation des deux premiers n’altère en rien les ardeurs de la formation qui joue devant 60.000 personnes sur les deux dates restantes. De retour en Europe, Status Quo joue au festival de St Tropez, le 4 mai avant de s’octroyer un mois de repos. Le 7 mai, le nouveau single ‘Bula Bula Quo’ est disponible en téléchargement sur itunes ou amazon. Une édition vynil peut, également, être commandée sur le site officiel. C’est un titre festif, à nouveau, très éloigné du traditionnel boogie. Le voile concernant la succession de Matthew Lettley est levé, le 24 mai. Le site officiel annonce le nom de son successeur. C’est Leon Cave. Ce n’est guère une surprise, les rumeurs circulaient depuis quelques jours. Cave, âgé de 34 ans, avait accompagné Rossi sur sa tournée solo. Il était alors désigné comme le successeur naturel de Lettley. ‘Leon a su qu’il allait nous rejoindre au mois de mars mais, faute de temps il n’a pas eu l’opportunité de répéter avec nous car, dès les concerts du Frantic Four, nous avons continué avec Quo’ confie Parfitt à un journaliste hollandais. C’est pourquoi, Lettley prolongera jusqu’au concert du 4 mai, à St Tropez. Et Rick d’ajouter : Le Frantic Four fut fantastique. L'année prochaine, nous allons probablement le faire à nouveau. Si cela ne tenait qu'à moi, nous ne jouerons pas seulement en Angleterre, mais aussi dans un certain nombre d'endroits dans le reste de l'Europe. Le Heineken Music Hall d'Amsterdam serait bien. Je suis toujours impatient de jouer là-bas ! Bien sûr, nous connaissions les titres mais pour les jouer correctement, ça nous a pris du temps. Plus nous avons répété plus la magie revenait. Pensez que John et Alan ne tournaient plus. Certes, ils jouent encore dans des pubs ici où là mais c’est totalement différent de ce que fait Status Quo. Pour eux, ce fut plus difficile que pour Francis et moi. De plus, normalement nous jouons avec Andy Bown et quand il est absent chaque erreur s’entend. Ce fut un travail difficile mais j’ai bien aimé. Le niveau de concentration devait être très élevé pour produire ce que nous avons fait. C’était très rock et bruyant comme un concert de rock se doit s’être. Francis a joué d’une manière fantastique, pareil pour Alan ! Et sa voix ! ! ! Wow ! ! !’. La sortie du nouvel album ‘Bula Quo’ au mois de juin provoque une petite sensation en Allemagne puisqu’il entre, directement, dans le classement des ventes à la cinquième place du jamais vu depuis ‘Live’ en 1977. En Angleterre, il est n°10, rivalisant avec ‘Quid Pro Quo’ sorti deux ans plus tôt ! ! ! Alors que tout le monde prédisait l’apocalypse pour cet album, qui n’est, finalement, qu’une bande son de film, les ventes demeurent tout à fait honorables. (18.281 exemplaires écoulés en deux semaines). Le single qui en est extrait est répertorié comme le centième du groupe ! ‘Cent singles semble incroyable même pour moi. Et pourtant, je les ai tous enregistrés. Lorsque nous avons commencé, nous aurions été heureux de survivre deux ans dans ce business alors réussir ce truc est incroyable’ confie Rossi. A l’accoutumée, Status Quo relève le défi de jouer plusieurs festivals à travers l’Europe, à nouveau avec succès, notamment le 27 juillet au Théâtre de plein air de Scarborough, en Angleterre où les 5.454 fauteuils sont garnis ! Plus une seule place ! Cerise sur le gâteau, près de huit ans après sa sortie, ‘l’album ‘The party ain’t over yet’ est certifié disque d’or en Angleterre, tout comme ‘Whatever you want – the very best of’ ou encore ‘Essential Quo vol.1’, la compilation ‘XS all aréas’ étant, quant à elle élevée au rang de platine. Est-ce les retrouvailles avec le line-up actuel qui fait, pourtant, dire à Rossi, dans le Classic Rock de septembre : ‘Le Frantic Tour s’est déroulé dans un véritable bordel. John Coghlan n’était pas en condition et n’a cessé de ralentir le tempo alors qu’Alan était confronté à ses problèmes personnels. Ce fut, particulièrement difficile pour Rick et moi. Quelquefois, ce fut carrément bâclé et je ne vois pas pourquoi les fans ont aimé ça. Je suis heureux de leur réaction mais je ne comprend pas pourquoi hormis le côté nostalgique. Et ça ne m’a pas réellement motivé. Nous aurions dû plus répéter, c’est ce que nous ferons la prochaine fois. Ce fut réellement difficile pour moi pendant cette tournée et pourtant, il y a quelque chose en moi qui me dit de le refaire pour voir si nous pouvons être meilleurs’. Le souhait de Rossi est exaucé. Le mois d’octobre voit l’annonce de quinze nouvelles dates, à travers l’Europe, du quatuor original. Au même moment, sort l’album ‘The Frantic four réunion 2013’ ! Le succès est très mitigé avec une seule semaine à la 37ième place (3280 unités écoulées). Peu de temps après, le film ‘Bula Quo’ sort en DVD, parenthèse sans intérêt dans la carrière du groupe. Le 9 novembre, l’émission ‘Hello Quo’, un documentaire sur le groupe diffusé sur la BBC rassemble plus d’un million de téléspectateurs. Deux jours auparavant, la tournée ‘Bula Bula Quo’ est entamée à Chemnitz, en Allemagne. Elle comprend vingt trois dates dont onze en Allemagne, autant en Grande-Bretagne et une aux Pays-Bas. ‘Looking out for Caroline’ et ‘Gogogo’ sont intégrés à la set-list. En Allemagne, au risque de se répéter, elle est un énorme succès populaire avec des salles complètes à pratiquement tous les concerts. Et comme l’heure est aux retrouvailles chez Status Quo, les célèbres Gerd et Ula (vieux amis des années 60 et pour lesquels le groupe avait composé un titre) sont présents au concert de Bielefeld du 26 novembre. Rien à signaler de spécial sur la partie anglaise si ce n’est la retraite de Pat Marks, le préposé aux lumières et ce depuis 1989. Bonne retraite, Pat ! ! ! Peut-être, Status Quo aurait pu interpéter ‘I saw the light’ pour lui rendre un petit hommage …

Revenir en haut Aller en bas
Jean-Marie
Admin
avatar

Nombre de messages : 15488
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 61
Localisation : Meuse (55)

MessageSujet: Re: Petite et grande histoire du Quo - 2013   Ven 14 Oct - 20:21

On en redemande. Un régal !
Revenir en haut Aller en bas
quotidien

avatar

Nombre de messages : 735
Date d'inscription : 11/09/2007
Age : 60
Localisation : REIMS

MessageSujet: Re: Petite et grande histoire du Quo - 2013   Ven 14 Oct - 21:49

un book!
Revenir en haut Aller en bas
http://clarenceleo@orange.fr
Patrick
Admin
avatar

Nombre de messages : 186682
Date d'inscription : 17/08/2007
Age : 55
Localisation : Moselle 57

MessageSujet: Re: Petite et grande histoire du Quo - 2013   Ven 14 Oct - 23:43


_________________
Même si l'on sait où l'on va, il est bon quelques fois de se voir rappeler qu'on est dans la bonne direction...
Revenir en haut Aller en bas
http://patquo.buygoo.net/
pile driver

avatar

Nombre de messages : 35242
Date d'inscription : 12/10/2007
Localisation : grenoble

MessageSujet: Re: Petite et grande histoire du Quo - 2013   Sam 15 Oct - 11:33

je regarde ça ce soir en rentrant du boulot.
top3
Revenir en haut Aller en bas
quorreze

avatar

Nombre de messages : 23791
Date d'inscription : 20/08/2007
Age : 51
Localisation : ussel 19

MessageSujet: Re: Petite et grande histoire du Quo - 2013   Jeu 20 Oct - 22:51

Je vais me mettre ça sur papier .
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Petite et grande histoire du Quo - 2013   

Revenir en haut Aller en bas
 
Petite et grande histoire du Quo - 2013
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petite et grande histoire du Quo - 1996
» Petite et grande histoire du Quo - 1975
» Petite et grande histoire du Quo - 2010
» Petite et grande histoire du Quo - 1986
» Petite et grande histoire du Quo - 2009

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Status Quo le forum francophone :: STATUS QUO :: L'histoire du groupe-
Sauter vers: